ROMAN POPULAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le roman populaire est-il réactionnaire ?

Marcel Allain, orfèvre en la matière, définit ainsi le roman populaire : « S'adressant à un public divers, il aura souci, tout d'abord, de ne choquer aucun des éléments constitutifs de ce public. Il ignorera toute question politique, toute discussion religieuse : ce serait restreindre, a priori, le nombre des lecteurs éventuels. Il évitera tout ce qui pourra donner matière à critique. » C'est en limiter singulièrement les ambitions. L'objectif du roman populaire est donc d'amuser, d'effrayer, de faire pleurer ou frémir, mais n'attendons de lui aucun message, aucune contestation. Si, dans le Policier apache, l'un des meilleurs épisodes de Fantômas, « le regard posé sur les classes possédantes est singulièrement narquois : magistrats solennels et imbéciles, hommes politiques corrompus, curés à la solde du pouvoir, militaires arrogants, grandes dames désœuvrées et frivoles, parasites de toute espèce, telle est la vision de la société qui transparaît », Claude Dauphiné, qui s'est livré à une analyse sociale du contenu du volume, ajoute : « Faut-il, parce que cette description est dure, en déduire que l'œuvre est sous-tendue par des sentiments démocratiques ? Nous ne le croyons pas et sommes plutôt tentés de penser que cette peinture, satirique il est vrai, de la bonne société s'adresse avant tout au lecteur qui lui appartient. Les auteurs savent que leur meilleure cible est aussi leur meilleur public. » Si l'on a pu voir un lien entre le mouvement anarchiste, d'une part, Fantômas, Zigomar et Arsène Lupin de l'autre, il est mince. Aucune subversion sociale, même si Marcel Allain se déclare « de gauche » et, avant lui, Eugène Sue, socialiste. « Fantômas n'a aucun côté peuple, aucune sympathie pour les humbles. Sa lutte contre les riches n'est pas révolutionnaire, ni anarchiste. Simplement Fantômas va chercher l'argent où il se trouve et n'est mû que par la cupidité et le goût de la performance dans le crime », conclut Claude Dauphiné. Arsène Lupin serait, certes, plus généreux, mais il se montre trop « paternaliste ». Quant à Chéri-Bibi, il paraît surtout préoccupé par ses propres intérêts. Le marxisme est absent du roman populaire, même si, comme l'a montré Jean Domarchi, Marx a été fasciné par Eugène Sue.

La vision de la femme reste conforme aux interdits de l'époque : l'ouvrière, objet de la lubricité des fils de famille, est condamnée à être séduite puis rejetée une fois enceinte ; ainsi flétrie, elle ne sera régénérée que par le travail (Le Roman d'une ouvrière, 1891). La cocotte, la demi-mondaine, doit être, à la fin du récit, durement punie, plus durement même que les viveurs qui l'entourent (cf. les romans de Félicien Champsaur). En dessous, la prostituée est vouée à une déchéance physique atroce, dont on va puiser les détails dans la grande enquête de Parent-Duchâtelet sous la monarchie de Juillet. Heureuse, en revanche, est la douce héroïne qui s'est gardée vierge jusqu'au mariage ; elle sera protégée par l'amoureux-justicier, la mère meurtrie ou le bienfaiteur entouré d'ombre, celui-ci pouvant être le père inconnu ou un soupirant trop âgé qui garde secrète sa passion.

Le racisme du roman populaire, surtout dans les récits exotiques, est incontestable. Bons ou mauvais, les Noirs sont promis aux crocodiles et aux serpents ; on verse un léger, très léger, pleur sur les premiers ; on se réjouit de la mort des autres. De toute façon, le Noir ne saurait être considéré autrement que comme le meilleur serviteur de l'homme. L'Asiatique fait peur. Pour quelques visions nuancées (Jean d'Esme ou O.-P. Gilbert), que de dénonciations du « péril jaune » ! Un péril qu'incarne, avec un raffinement inouï de cruauté, le diabolique docteur Fu-Manchu, imaginé par Sax Rohmer. Seules échappent à cet opprobre certaines tribus d'Indiens d'Amérique du Nord, grâce à la caution de Fenimore Cooper. Celles d'Amazonie apparaissent en revanche tout à la fois féroces et abruties (Le Maître du curare de Boussenard). S'il épargne quelques détectives chinois ou japonais (Charlie Chan, M. Moto), ce racisme s'est toujours maintenu : on le trouve exprimé avec force dans les aventures de S.A.S.

On observe aussi, à côté d'un fort patriotisme, des tendances antidémocratiques et antiparlementaires, notamment dans Le Coup d'État de Chéri-BibiGaston Leroux exalte l'autorité militaire face à la déliquescence et à la corruption des assemblées.

Le roman populaire est apparu, sous la monarchie de Juillet, avec l'avènement de la bourgeoisie ; loin d'être « populaire », il n'a cessé de refléter les peurs et les fantasmes d'une classe et d'un milieu. Peur devant la montée des « classes dangereuses », des criminels et des ouvriers souvent confondus ; fascination devant l'argent et le sexe ; défoulement dans un sadisme qui imprègne aussi bien le cycle de Fantômas – plein de morts horribles dont Queneau dressa la statistique – que les romans historiques de Maindron et Rebell, où la femme, jeune et belle, est condamnée à l'humiliation et au viol.

Les thèmes de ces romans ne sont pas nés spontanément, à la façon de ceux d'un folklore dont les origines se perdent dans la nuit des temps. Ni Marcel Allain, ni Gaston Leroux, ni Maurice Leblanc, ni Louis Noir, ni Boisgobey ne viennent du peuple ; ils traduisent, à côté de sujets généraux, les obsessions de leur milieu. Bref, le roman populaire est surtout un roman bourgeois.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ROMAN POPULAIRE  » est également traité dans :

ABOUT EDMOND (1828-1885)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 387 mots

Romancier, essayiste et surtout publiciste, Edmond About fait un séjour à l'École française d'Athènes à sa sortie de l'École normale supérieure. À son retour, il fait paraître La Grèce contemporaine (1855), une satire peu complaisante du régime de ce pays, et un roman, Talla , qui lui donne une rapide renommée : on l'accuse en effet de plagiat. Il tente alors sa chance au théâtre, sans grand succè […] Lire la suite

AIMARD GUSTAVE (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 110 mots

Romancier populaire français. De son véritable nom Olivier Gloux, Gustave Aimard est l'auteur de nombreux romans d'aventures. Les Trappeurs de l'Arkansas (1858) constitue le premier d'une longue série de livres dont l'Ouest américain est le cadre. Par là, Aimard se trouve être un précurseur de la diffusion de toute une mythologie du western. Ses œuvres, qui connurent longtemps les honneurs des ré […] Lire la suite

ARNAUD GEORGES-JEAN (1928- )

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE
  •  • 770 mots

Georges-Jean Arnaud est encore étudiant lorsqu'il écrit son premier manuscrit, Ne tirez pas sur l'inspecteur . Il l'adresse au secrétariat du Prix du Quai des Orfèvres et remporte le prix (1952). Pour le publier, il utilise le pseudonyme de Saint-Gilles (son village natal dans le Gard) car à l'époque, un autre Georges Arnaud (de son vrai nom Henri Girard) connaît un franc succès avec Le Salaire d […] Lire la suite

BAUM VICKI (1888-1960)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 318 mots

Romancière américaine d'origine autrichienne née le 24 janvier 1888 à Vienne, morte le 29 août 1960 à Hollywood. Après avoir étudié la musique au Conservatoire de Vienne, Vicki Baum (de son vrai nom Hedwig Baum) se tourne vers l'écriture à l'adolescence. Un mariage raté plus tard (avec le chef d'orchestre Richard Lert), c'est pratiquement sans le sou qu'elle quitte Vienne pour Darmstadt, puis Berl […] Lire la suite

BENOIT PIERRE (1886-1962)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 356 mots

Tous les livres de Pierre Benoit ont obtenu un vif succès pendant l'entre-deux-guerres et sont encore lus aujourd'hui par un vaste public. Il débute en 1918 avec Kœnigsmark  ; sa méthode est déjà au point et il excelle dans ce genre du roman de voyages qu'il remet à la mode. Il situe chacune de ses intrigues dans une province française ou un pays lointain dans lequel il voyage afin d'avoir une con […] Lire la suite

BEST-SELLER

  • Écrit par 
  • Pierre NORA
  •  • 3 400 mots

Dans le chapitre « Le best-seller et l'édition »  : […] Dans le cas de cette nouvelle forme de « littérature populaire » qu'est le best-seller, l'intéressant est de suivre, à la faveur de l'indifférenciation sociale qui caractérise les sociétés démocratiques de masse et qui réunit des publics autrefois séparés, la métamorphose contemporaine de toutes les formes du magique autrefois présentes dans le roman-feuilleton ou la littérature de colportage, […] Lire la suite

BOUSSENARD LOUIS (1847-1910)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

Romancier populaire français, Louis Boussenard est, avec des auteurs comme Paul d'Ivoi, le capitaine Danrit, René Thévenin, l'un des piliers de la revue pour la jeunesse que fut Le Journal des voyages (fondé en 1877). Outre Le Tour du monde d'un gamin de Paris (publié en feuilleton de 1878 à 1880), il a écrit plusieurs romans d'aventures qui, sans être à proprement parler d'anticipation, ont par […] Lire la suite

CARTLAND BARBARA (1901-2000)

  • Écrit par 
  • Claude COMBET
  •  • 490 mots

Barbara Cartland fut la reine du roman sentimental. Dame of the British Empire depuis 1991, fut un auteur prolifique et sa longévité n'a d'égal que son succès. Elle a signé plus de 723 ouvrages, dont 460 romans, traduits en 36 langues et dépassant le milliard de ventes dans le monde. Bien que sa production compte déjà cinquante romans en 1950, c'est dans les années 1970 que son succès s'avère le p […] Lire la suite

COLPORTAGE LITTÉRATURE DE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 2 022 mots

Dans le chapitre « Triomphe, mort et transfiguration du colportage »  : […] Au xix e siècle, le développement rapide de la librairie (système des représentants, des commis, puis des grossistes) exclut les colporteurs de la ville, ou limite leur rôle à la criée des journaux et des images satiriques. En revanche, on assiste à une considérable expansion du colportage dans les campagnes, là où une librairie ne serait pas rentable mais où existe, malgré tout, une demande pot […] Lire la suite

LE COMTE DE MONTE-CRISTO, Alexandre Dumas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 091 mots
  •  • 1 média

Le Comte de Monte-Cristo est sans doute, avec Les Trois Mousquetaires , le roman le plus célèbre d'Alexandre Dumas (1802-1870) . Popularisé tout au long du xx e  siècle par le cinéma – près d'une trentaine d'adaptations, de 1907 à 1971 – il appartient depuis longtemps aux grandes mythologies de la littérature française moderne : beaucoup ne l'ont pas lu, rares sont ceux qui en ignorent l'histoire, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-21 avril 1992 Pérou. Coup de force du président Alberto Fujimori

Roman, premier vice-président, prête serment comme chef de l'État « constitutionnel » devant les membres du Parlement dissous réunis clandestinement dans la capitale. De son côté, Alberto Fujimori présente un calendrier qui étale le rétablissement de la démocratie sur un an.  […] Lire la suite

7-24 septembre 1991 U.R.S.S. Troubles dans la plupart des républiques

Roman, Premier ministre roumain, s'entretient avec Mircea Snegur, président de Moldavie qui a déclaré son indépendance le 27 août. Cette république, constituée de territoires arrachés à la Roumanie et annexés par Staline en 1940, est peuplée aux deux tiers de roumanophones. Les tensions ne cesseront de monter tout au long du mois entre populations  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TULARD, « ROMAN POPULAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-populaire/