POLICIER ROMAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'école française

Après la Seconde Guerre mondiale, le roman noir américain va influencer beaucoup de romanciers français et, plus tard, les générations des années 1970-1980. Mais les vrais pères du « néo-polar » sont sans aucun doute Léo Malet (1909-1996) et Frédéric Dard (1921-2000). Ancien surréaliste, Malet, en 1941, avait commencé à écrire, sous pseudonymes américains, des récits censés se dérouler aux États-Unis. Il innove deux ans plus tard avec 120, rue de la Gare (1943) et transpose l'univers du privé américain en France. Ce dernier prend l'apparence de Nestor Burma, un détective pittoresque et humain, qui va mener une foule d'enquêtes. À partir de 1954, Malet l'utilise dans une série ambitieuse, Les Nouveaux Mystères de Paris (1954-1958), dont chaque épisode se déroule dans un arrondissement de Paris. Si la saga ne fut jamais achevée (quinze arrondissements sur vingt furent visités), elle reste un étonnant témoignage sur le Paris des années 1950. Frédéric Dard commence en 1940 par publier des ouvrages sans rapport avec le genre policier, avant de signer, à partir de 1945, des romans noirs, durs et violents, en usant de divers pseudonymes. Mais c'est sous le nom de San Antonio qu'il va connaître le succès, grâce à sa série truculente consacrée au commissaire homonyme (Réglez-lui son compte, 1949) et à son acolyte, l'infâme Bérurier. S'ils ont marqué le genre, ces deux incontournables ne doivent pas occulter l'importance de l'œuvre de Jean Meckert (1910-1995) qui débute en 1942 à la N.R.F. avec Les Coups. À partir de 1950, sous le pseudonyme de John (puis Jean) Amila, il publie une série d'excellents romans noirs (Ya pas de Bon Dieu ! ; La Lune d'Omaha ; Le Boucher des Hurlus...) parfaite synthèse entre roman populiste français et roman noir américain. Si les préoccupations sociales d'Amila sont évidentes dans chacun de ses livres, il reste pour l'époque une exception. Aux quartiers populaires, la mode préfère l'exotisme de Pi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

Médias de l’article

Edgar Allan Poe

Edgar Allan Poe
Crédits : C.T. Talman/ Library of Congress, Washington, D.C.

photographie

Gilbert Keith Chesterton

Gilbert Keith Chesterton
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Raymond Chandler

Raymond Chandler
Crédits : George Platt Lynes/ Condé Nast/ Getty Images

photographie

Jean Vautrin

Jean Vautrin
Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Corbis

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  POLICIER ROMAN  » est également traité dans :

DICTIONNAIRE DES LITTÉRATURES POLICIÈRES, (dir. C. Mesplède)

  • Écrit par 
  • Fanny BRASLERET
  •  • 1 067 mots

Quatre ans après la première édition des deux volumes du Dictionnaire des littératures policières paraissait une deuxième version (Joseph K, Nantes, 2007) enrichie d'une seconde Préface, de cinq cents articles et d'une liste des entrées. Sous la direction de Claude Mesplède, ce dictionnaire, même s'il n'en porte pas le titre, a un […] Lire la suite

A.D.G. ALAIN FOURNIER dit (1947-2004)

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE
  •  • 666 mots

C'est en août 1971 qu'A.D.G. publie son premier roman, La Divine Surprise , dans la collection Série noire de Gallimard. Il raconte les mésaventures d'Alfred le Cloarec et de son fils Albert, deux truands de la vieille école qui finiront piteusement. Si son écriture tout comme son sujet évoquent Albert Simonin ( Touchez pas au grisbi ), l'ouvrage s'attache avant tout à démythifier le monde de la p […] Lire la suite

ARNAUD GEORGES-JEAN (1928- )

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE
  •  • 770 mots

Georges-Jean Arnaud est encore étudiant lorsqu'il écrit son premier manuscrit, Ne tirez pas sur l'inspecteur . Il l'adresse au secrétariat du Prix du Quai des Orfèvres et remporte le prix (1952). Pour le publier, il utilise le pseudonyme de Saint-Gilles (son village natal dans le Gard) car à l'époque, un autre Georges Arnaud (de son vrai nom Henri Girard) connaît un franc succès avec Le Salaire d […] Lire la suite

BIALOT JOSEPH (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE
  •  • 664 mots

Écrivain abordant des genres aussi divers que le polar ou le roman historique, Joseph Bialot fut aussi un témoin de la Shoah. Sa vie fut une succession d'épreuves qu'il s'efforça de surmonter grâce à une énergie de tous les instants, une énorme capacité de travail et un humour permanent qui empruntait autant à la tradition yiddish qu'à l'almanach Vermot. Joseph Bialot, de son vrai nom Bialobroda, […] Lire la suite

BLOCH ROBERT (1917-1994)

  • Écrit par 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 370 mots

Pour le grand public, Robert Bloch reste avant tout l'auteur de Psychose , un grand roman dont Hitchcock tira un grand film, et qui marqua Anthony Perkins au point qu'il redevint Norman Bates dans trois suites (1983, 1986, 1990). Mais derrière l'arbre, il n'est pas interdit de voir la forêt : derrière Psychose , il y a d'éminentes réussites comme Le Monde des ténèbres et Autopsie d'un kidnapp […] Lire la suite

BLOCK LAWRENCE (1938- )

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE
  •  • 750 mots

Né à Buffalo dans l'État de New York, Lawrence Block est embauché après ses études comme directeur littéraire chez Scott Meredith et publie ses premières nouvelles policières. Durant quelques années, il va écrire sous divers pseudonymes des dizaines de romans un peu lestes. Mais, officiellement, sa bibliographie débute en 1961 avec des romans noirs, L'Étouffe serviette , bientôt suivi de Y'a qu'à […] Lire la suite

BROWN CARTER (1923-1985)

  • Écrit par 
  • Hervé DELOUCHE
  •  • 586 mots

Deux cent soixante-dix romans publiés durant son existence, dont plus de cent cinquante policiers traduits en français, voilà qui fait de Carter Brown l'auteur le plus prolifique de la Série noire, cette célèbre collection créée chez Gallimard par Marcel Duhamel au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Carter Brown, de son vrai nom Alan Geoffrey Yates, naquit à Londres le 1 er  août 1923. Il fu […] Lire la suite

BURKE JAMES LEE (1936- )

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE
  •  • 1 086 mots

Les amateurs français de littératures policières tiennent le romancier américain James Lee Burke pour un grand styliste. En 2009, adapté d'un de ses plus beaux romans publié en 1993, le film de Bertrand Tavernier Dans la brume électrique a reçu le grand prix du festival international du film policier de Beaune. Il constitue une passerelle idéale pour découvrir l'œuvre d'un talentueux écrivain. […] Lire la suite

CAMILLERI ANDREA (1925-2019)

  • Écrit par 
  • Serge QUADRUPPANI
  •  • 1 052 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La saga Montalbano »  : […] Le deuxième registre est celui du roman policier, centré autour du personnage du commissaire Montalbano, ce Maigret sicilien qui se distingue de son modèle du quai des Orfèvres par le goût d'une cuisine plus épurée (les fameux rougets de roche) en contraste avec les arrière-cuisines peu ragoûtantes du pouvoir qu'il est obligé de traverser. Le premier roman de cette série, La Forme de l’eau , est p […] Lire la suite

CHARYN JEROME (1937- )

  • Écrit par 
  • Yves-Charles GRANDJEAT
  •  • 1 154 mots
  •  • 1 média

« Fantômas ne s’arrête jamais. Son véritable masque, c’est le fait de toujours se déplacer. Il se trouve toujours hors de portée de l’endroit où vous espériez le saisir. » Voici ce que disait Isaac Sidel à l’Académie dans El Bronx (1997). Jerome Charyn lui non plus ne s’arrête jamais. On le connaît surtout comme le créateur du commissaire Isaac Sidel, principal héros de sa série de romans poli […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MESPLÈDE, Jean TULARD, « POLICIER ROMAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/