ROMANLe roman français contemporain

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrire le sujet

Autofictions

Dès la seconde moitié des années 1970, des écrivains reconnus pour leurs pratiques formalistes recherchent les modalités d'une écriture de soi qui ne sacrifie pas aux travers reconnus de l'autobiographie. Roland Barthes élit dans Roland Barthes par Roland Barthes (1975) la forme du dictionnaire. Georges Perec recourt aux listes de Je me souviens, qui dressent en creux un portrait du sujet par le truchement de ses préférences socioculturelles ; et la double tresse, fictive et factuelle, de W, ou le Souvenir d'enfance (1975) conjugue la fiction onirique – ou cauchemardesque – avec la quête d'un passé douloureux. Serge Doubrovsky propose dans Fils (1977) une « fiction d'événements et de faits strictement réels » et nomme « autofiction » cette écriture de soi, placée sous le patronage d'une psychanalyse lacanienne qui accorde l'« initiative aux mots » et fait proliférer les jeux de langage. Ce terme d'autofiction, plus que la notion elle-même, trop labile, connaît un large succès critique, au point de recouvrir des pratiques bien diverses. Il contribue à troubler un peu plus la distinction entre roman et récit déjà mise à mal par les décennies précédentes.

Serge Doubrovsky

Photographie : Serge Doubrovsky

De Fils et Un Amour de soi au Monstre, Serge Doubrovsky a placé son œuvre sous le signe de l'aveu et de la mise à nu. Non sans effet sur l'écriture, l'expérience de soi devenant autofiction. 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

C'est ainsi qu'on a pu y avoir recours, à tort sans doute, pour désigner des pratiques proches, depuis la « nouvelle autobiographie » que tente Robbe-Grillet, non sans en pervertir les termes avec délectation (Le Miroir qui revient, 1985) jusqu'aux traversées de la mémoire, plus ou moins factuelles, plus ou moins formelles, que proposent aussi Marguerite Duras (L'Amant, 1984), Nathalie Sarraute (Enfance, 1983) ou Claude Simon (L'Acacia, 1989 ; Le Jardin des plantes, 1997 ; Le Tramway, 2001). Aucun de ces écrivains ne transforme véritablement sa manière d'écrire, mais chacun la plie désormais sans réticences à l'écriture de soi – invitant parfois à relire dans ses œuvres anciennes la trace enfouie d'une matière plus personnelle. Cette inflexion signe une évolution des enjeux littéraires qu'une nouvelle génération déploie à sa façon, qu’il s’agisse d’Hervé Guibert auscultant la progression du sida dont il est atteint (Le Protocole compassionnel, 1991) ou de Philippe Forest hanté par la mort de son enfant (L'Enfant éternel, 1997; Toute la nuit, 1999; Le Nouvel Amour, 2007). Le roman implique et transpose alors des événements très intimes tout en jonglant avec la langue : Doubrovsky rapporte la tension mortifère qui conduit au suicide de sa compagne (Le Livre brisé, 1989) ; Camille Laurens creuse les méandres de la relation amoureuse (Dans ces bras-là, 2000 ; LAmour roman, 2003) ; Chloé Delaume, empruntant son pseudonyme à Vian et Artaud, conjure le drame dont son enfance fut victime (Le Cri du sablier, 2001), puis, poussant l’autofiction à son comble, s’invente personnage (Jhabite dans la télévision, 2006).

Récits de filiation

Mais l’écriture de soi suit parfois d’autres détours, qui préfèrent passer par l’évocation d’autrui : on a vu en trois décennies s’imposer les « récits de filiation » et les « fictions biographiques ».

La psychanalyse a ruiné le projet d'une autobiographie lucide : comment prétendre accéder à son inconscient ? Comment franchir la césure du refoulement ? C'est aux premiers âges que se façonne la personnalité, dans le contact avec les parents, les ascendants. Dès lors, faute de pouvoir véritablement explorer une intériorité inconnaissable, l'écrivain interroge son antériorité. Annie Ernaux produit dans La Place (1983) puis dans Une femme (1988) le récit quasi ethnographique de ses propres origines, en se tenant au plus près de la réalité des faits, soucieuse de ne rien trahir de ce que fut l'existence de ses parents. Ses récits ultérieurs retournent sur elle-même ce mélange de confession personnelle et d'enquête sociologique (elle parle d’« autosociobiographie ») sans jamais renoncer à ce qu'elle appelle l'« écriture plate », ni sacrifier à la transposition littéraire (Passion simple, 1992 ; L'Événement, 2000), même si Les Années (2008) puis Mémoire de fille (2016) s’interrogent plus profondément sur la distance et le remodelage qu’impose l’écriture. Le même souci de comprendre d'où l'on vient et combien ce trajet est les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Serge Doubrovsky

Serge Doubrovsky
Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

photographie

Pierre Bergougnioux

Pierre Bergougnioux
Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Getty Images

photographie

Pierre Michon

Pierre Michon
Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Getty Images

photographie

Patrick Modiano : dans le labyrinthe de la mémoire

Patrick Modiano : dans le labyrinthe de la mémoire
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur des Universités, université Paris Nanterre, Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  ROMAN  » est également traité dans :

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

À propos de Beauté mon beau souci, Arland écrivait : « Nouvelle ou roman ? [...] C'est une nouvelle qui soudain se transforme en roman » ; et Robert Mallet : « À la limite du récit autobiographique, de la nouvelle et de l'essai. Certains pourront les considérer comme des ébauches de roman, d'autres c […] Lire la suite

ROMAN - Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 924 mots
  •  • 5 médias

En apparence, une œuvre romanesque est un discours suivi. En fait, un roman est une forme littéraire construite à partir d'une réalité elle-même structurée, ou du moins que le romancier perçoit comme organisée. Un groupe social, un problème ou un cas psychologique, un événement historique, un fait divers, une […] Lire la suite

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 702 mots
  •  • 5 médias

Le roman peut aussi bien traduire la réalité sociale que la trahir. D'une part, il est le mode d'expression artistique dont les relations avec cette réalité sont les plus amples et les plus précises : la fiction chinoise Le Rêve du pavillon rouge, les œuvres de Balzac, de Proust ou de Joyce auront retranscrit, chacun en son temps, une somme […] Lire la suite

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 222 mots
  •  • 2 médias

Un personnage romanesque est souvent héroïque, il n'est jamais un héros. Ce dernier accomplit avec une constance exemplaire un destin décidé par les dieux ou un dessein dicté par le devoir. Œdipe et Antigone, Achille et Ulysse, Lancelot et Siegfried, Hamlet et Macbeth ont en commun l'invariabilité : sauf en de rares moments de faiblesse ils vont dans le sens d'une même éthique supra ou extra-humai […] Lire la suite

ROMAN - De Balzac au nouveau roman

  • Écrit par 
  • Michel RAIMOND
  •  • 5 089 mots
  •  • 3 médias

Les auteurs du nouveau roman ont beaucoup fait depuis une quinzaine d'années pour dessiner les grandes lignes de l'évolution du roman de Balzac à Butor. On serait tenté de montrer quelque scepticisme à l'égard de l'histoire du roman telle qu'ils la présentent parfois. Cela dit, et la part étant faite de ce qui relève de la publicité ou des nécessités de la polémique, il reste que, comme Robbe-Gril […] Lire la suite

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 684 mots
  •  • 1 média

On groupe sous l'expression « nouveau roman » des œuvres publiées en France à partir des années 1950 et qui ont eu en commun un refus des catégories considérées jusqu'alors comme constitutives du genre romanesque, notamment l'intrigue – qui garantissait la cohérence du récit – et le personnage, en tant qu'il offrait, grâce à son nom, sa description physi […] Lire la suite

ROMAN - Roman et cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 6 193 mots
  •  • 5 médias

Les relations de la littérature et du cinéma ont fait l'objet de commentaires nombreux et parfois polémiques, visant le plus souvent à repérer les traces d'une « influence » susceptible de s'exercer dans l'un ou l'autre sens et qui sera estimée bénéfique ou négative selon les cas et les auteurs. Très vite, le débat « littérature-cinéma » a été circonscrit aux rapports du roman et du cinéma, sans d […] Lire la suite

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 895 mots
  •  • 9 médias

À la fin du xviiie siècle, une mutation remarquable vient affecter le genre du récit de voyage : alors que l’âge classique avait privilégié les connaissances rapportées par le voyageur, le nouveau récit s’organisa autour de la personnalité de ce dernier, de ses sentiments, des aventures survenues lors de son voyag […] Lire la suite

ROMAN FAMILIAL

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 848 mots

C'est dans le livre d'Otto Rank, Le Mythe de la naissance du héros (1909), que Freud inséra un petit texte intitulé « Le Roman familial des névrosés ». Le phénomène auquel se rattache ledit « roman » est le processus général de distanciation entre parents et enfants, processus qui, pour Freud, est indispensable et constitue même la cond […] Lire la suite

ROMAN HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 1 016 mots

Le roman a toujours puisé dans l'histoire de quoi nourrir ses fictions et leur donner les prestiges du vraisemblable. Mais, en tant que genre spécifiquement déterminé, le roman historique a pris son essor — comme la plupart des formes romanesques — au xixe siècle, alors que la bourgeoisie prend le pouvoir. C'est au xviii […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique VIART, « ROMAN - Le roman français contemporain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-roman-francais-contemporain/