ROMAN ÉPISTOLAIRE

CRÉBILLON PROSPER (1674-1762) & CLAUDE PROSPER (1707-1777)

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 882 mots

Dans le chapitre « Crébillon fils, entre sensualisme et orientalisme »  : […] « Si jamais le public honore mes faibles talents d'un peu d'estime, si la postérité, en parlant de vous, peut se souvenir que j'ai existé... » Les termes par lesquels le fils dédie à son père Les Égarements du cœur et de l'esprit étaient-ils ironiques ? Après avoir appris la rhétorique chez les jésuites de Louis-le-Grand et la vie chez les épicuriens, Claude Prosper donne, en 1730 son premier ouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crebillon-prosper-et-claude-prosper/#i_86440

EMPFINDSAMKEIT, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 655 mots

L'Empfindsamkeit, la plus forte et la plus universelle des manifestations préromantiques, déferla d'Ouest en Est entre 1740 et 1790 sur toute l'Europe littéraire et artistique. La vague, partie de l'Angleterre, balaya devant elle le rationalisme tranquille de l'Aufklärung (les Lumières) pour le remplacer par l'inquiétante nostalgie de l'au-delà de la raison, où se trouvent rimes et sentiments. Un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empfindsamkeit-litterature/#i_86440

FOSCOLO UGO (1778-1827)

  • Écrit par 
  • Claude MINOT
  •  • 778 mots

Né d'une mère grecque et d'un père italien, Ugo Foscolo se déclare vénitien de cœur. À Venise, il fréquente les milieux intellectuels, éprouve ses premières émotions sentimentales. De 1796 à 1806, il se bat pour la « liberté » : enthousiasmé par les idées démocratiques, il écrit une Ode à Bonaparte libérateur et milite dans l'armée républicaine ; déçu par le traité de Campoformio qui livre Venis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ugo-foscolo/#i_86440

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 064 mots

L'expression littérature épistolaire désigne tout texte qui relève de la situation pragmatique de la correspondance et peut être lu hors de cette situation ; elle paraît ainsi contradictoire : les régimes de vérité de la littérature et de la lettre semblent mal s'accorder. Le premier se trouve du côté d'une fabrication visant à plaire à un public, du côté d'une certaine fiction, quand le second s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire-notion-de/#i_86440

LACLOS CHODERLOS DE (1741-1803)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 1 822 mots

Dans le chapitre « Trop de clarté devient suspecte »  : […] Observons l'art du romancier. Rien de plus simple en apparence : un récit par lettre, qui suit l'ordre linéaire du calendrier. Les lettres offrent de nombreux avantages. On nous les livre , elles détectent ; c'est, sous une autre forme, mais selon le même principe, la technique du Diable boiteux qui soulève les toits de Paris : elles découvrent ce qui est couvert. Comme, d'ailleurs, chaque épisto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choderlos-de-laclos/#i_86440

LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 179 mots

Rien ne semblait destiner l'officier d'artillerie Choderlos de Laclos (1741-1803) à la littérature, ni son roman, Les Liaisons dangereuses , paru en 1782, à un tel succès de scandale. Sa formation lui assura une solide culture scientifique et technique ; son expérience, de garnison en garnison, lui permit de côtoyer le libertinage aristocratique plus que de le pratiquer lui-même. Il offre pourtan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-liaisons-dangereuses/#i_86440

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman épistolaire »  : […] Cette conversion du réel vécu en objet littéraire représente, dans le roman par lettres, la convention fondatrice du genre : un récit s'y construit non par la voix d'un narrateur, mais par le jeu d'une ou de plusieurs correspondances données pour vraies. Le lecteur se trouve en prise directe sur les mots et les pensées avouées des personnages, et l'usage de la lettre fonctionne comme un puissant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_86440

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roman, fiction et critique »  : […] L’expansion phénoménale du roman a ouvert au genre des voies très variées. Le goût pour le romanesque reste vif : dans ses Confessions , Rousseau avoue une passion durable pour L ’ Astrée . Il marque des œuvres de toute sorte, celles de l’abbé Prévost, de Claudine Alexandrine Guérin de Tencin, de Jean-Jacques Rousseau, de Sade, qui, dans son Idée sur les romans , l’inscrit au cœur du genre. Les r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_86440

MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BENREKASSA
  •  • 7 177 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Destins des « Lettres persanes » »  : […] Nous avons notre lecture, justifiable, des Lettres persanes , roman secret du pouvoir et de l'impuissance, de l'éloignement et de l'implication d'un spectateur – Usbek – qui croit possible de vivre quelques années dans la jouissance paisible, mais toujours provisoire, de la distance et de la parenthèse. Distance de nature variable (il y a les variations d'Usbek, celles de Rica et les autres) dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/#i_86440

LA NOUVELLE HÉLOÏSE, Jean-Jacques Rousseau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 042 mots
  •  • 1 média

Le roman par lettres de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), Julie, ou la Nouvelle Héloïse , forme avec Émile et Du contrat social un trio de grandes œuvres que l'écrivain achève presque en même temps. Mais si les traités pédagogique et politique correspondent à l'image que le citoyen de Genève entend donner de lui, l'œuvre de fiction semble contredire la condamnation de la littérature que celui- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nouvelle-heloise/#i_86440

POINT DE VUE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 404 mots
  •  • 1 média

L'usage du terme et de la notion de point de vue remonte probablement à l'œuvre de Henry James et aux préfaces qu'il écrivit pour un certain nombre de romans dans lesquels il fait un usage systématique et personnel d'un procédé littéraire déjà connu : raconter une histoire entière par le moyen d'un personnage fictif doté d'une existence à l'intérieur même du livre qu'il est en train de contribuer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/point-de-vue-litterature/#i_86440

RICHARDSON SAMUEL (1689-1761)

  • Écrit par 
  • Jean DULCK
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'analyste des cœurs »  : […] Richardson adopte la technique épistolaire qui permet l'analyse en profondeur des motivations, des erreurs de point de vue et des difficultés qui naissent de l'instabilité des relations humaines. Cette technique convient, par ailleurs, fort bien au protestant qu'est Richardson et à son public. Celui-ci est constitué non seulement des petits-bourgeois, de leurs femmes et de leurs filles, mais il g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-richardson/#i_86440

ROMAN - Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 922 mots
  •  • 5 médias

En apparence, une œuvre romanesque est un discours suivi. En fait, un roman est une forme littéraire construite à partir d'une réalité elle-même structurée, ou du moins que le romancier perçoit comme organisée. Un groupe social, un problème ou un cas psychologique, un événement historique, un fait divers, une biographie peuvent être les matrices d'une œuvre de fiction. Quand cette forme première, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-essai-de-typologie/#i_86440

SÉNAC DE MEILHAN GABRIEL (1736-1803)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 560 mots

Malgré une carrière politique assez brillante sous l'Ancien Régime, Sénac de Meilhan est surtout connu par le témoignage précieux qu'il apporte sur les milieux de l'émigration dans son roman L'Émigré (1797). Né à Paris en 1736, ce fils d'un premier médecin de Louis XV fait preuve d'un esprit brillant et manifeste autant de goût pour le plaisir que pour l'étude. Il fréquente très tôt des personnag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-senac-de-meilhan/#i_86440


Affichage 

Clarissa Harlowe

photographie

Une illustration de Clarissa Harlowe, de l'Anglais Samuel Richardson (1689-1761) 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Clarissa Harlowe
Crédits : Hulton Getty

photographie