ROMAN DE TROIE, Benoît de Sainte-MaureFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une forteresse de mots

Pour construire ce texte clos sur lui-même, Benoît de Sainte-Maure a utilisé des sources moins prestigieuses que la Thébaïde ou l'Énéide mais qui étaient considérées au Moyen Âge comme des documents historiques : deux textes en prose de la latinité tardive, attribués l'un à Darès le Phrygien, l'autre à Dictys le Crétois, prétendus témoins oculaires de la guerre de Troie. Label d'authenticité qui conforte la réflexion historique à laquelle se livre le clerc : comment expliquer qu'une civilisation aussi puissante, aussi belle, aussi judicieusement organisée ait pu être ainsi détruite ? La réponse est donnée hors texte. En s'appuyant sur le mythe médiéval de l'origine troyenne des principaux peuples de l'Occident, issus de la diaspora des survivants troyens, Benoît suggère que cette civilisation détruite a eu la possibilité de se reconstruire ailleurs, d'essaimer en quelque sorte à travers le temps et l'espace, et jusque dans ce nouvel espace politique et culturel qu'est, dans la seconde moitié du xiie siècle, le monde des Plantagenêts.

Comme il ne cesse de le souligner, Benoît respecte la « matière » que lui fournissent ses sources. Son invention est ailleurs : dans l'élaboration d'un style ample, soutenu, voire « sublime », fondé sur la répétition, la profusion des comparaisons, la présence insistante du pathétique ; dans l'abondance des pauses descriptives qui sont autant de lieux, comme la chambre de Beautés, cœur de la cité de Troie, ou d'objets (tombeaux, statues, automates), où l'artisan des mots entre en rivalité avec l'art du peintre, du sculpteur, de ceux qu'il désigne comme créateurs d'une beauté à mi-chemin entre l'art et l'artifice humain.

De manière plus variée enfin que ses prédécesseurs, Benoît explore les multiples aspects de la passion. L'image pessimiste ou tragique qu'en donnent des couples de toute manière condamnés, comme Pâris et Hélène, Hector et Andromaque, Troïlus et Briséida, Achille amoureux de Polyx [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROMAN DE TROIE, Benoît de Sainte-Maure  » est également traité dans :

BENOÎT DE SAINTE-MAURE (fin XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 178 mots

Auteur du Roman de Troie , poème de 30 000 octosyllabes, où se mêlent la légende et l'histoire des Grecs. Il ignorait le grec et utilisa deux narrations latines du siège de Troie, tenues pour véridiques ; l'une, composée au vi e siècle, était attribuée à un Phrygien, Darès, l'autre, datant du iv e siècle, était attribuée au Crétois Dictis. Tous deux étaient censés avoir été les témoins oculaires […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Narration et textualité »  : […] La prose des premiers textes narratifs n’a pas l’aspect de la prose latine et ne prétend pas avoir le même statut rhétorique. L’absence presque totale de codification explicite avant Brunetto Latini est compensée par un investissement formel très important ; il s’agit surtout d’une compétence collective des écrivains, une codification implicite qui touche en premier lieu à la cohérence et à la coh […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emmanuèle BAUMGARTNER, « ROMAN DE TROIE, Benoît de Sainte-Maure - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-troie/