CIESLEWICZ ROMAN (1930-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Témoin de son temps

Dans les années 1980, tout en continuant de diffuser ses recherches sur le photomontage à travers la publicité (campagnes pour Charles Jourdan), il collabore de plus en plus régulièrement comme illustrateur et graphiste à des périodiques : Libération, Révolution... À la fin de la décennie, il établit ainsi plusieurs formules de presse dont celles du magazine scientifique VST.

En 1986-1987, il réalise une nouvelle série de photomontages personnels, Pas de nouvelles-Bonnes nouvelles, qui délivrent un message violent et pessimiste sur l'état du monde, selon un graphisme vif, soutenu par une typographie conçue pour l'écran (l'OCR-A), préfigurant le mode d'échanges des images et des informations par ordinateur. Il déploie ce nouveau style dans ses « éditoriaux graphiques » pour le magazine L'Autre Journal, en 1992, auquel il donne également plusieurs couvertures marquantes.

Il revient, par ailleurs, à la scénographie, avec un décor d'images projetées sur le fronton de l'Assemblée nationale pour la célébration du bicentenaire de la Révolution française en 1989, puis en concevant les animations sur la façade de l'Hôtel de Ville de Paris, en 1990, à l'occasion du centenaire de la naissance du général de Gaulle.

L'œuvre de Roman Cieslewicz a fait l'objet de plus d'une centaine d'expositions personnelles de son vivant, en France et à l'étranger. Le Centre Georges-Pompidou lui consacre une grande rétrospective, en 1994, et fait l'acquisition de nombreuses pièces, depuis les affiches polonaises jusqu'aux numéros de la revue Kamikaze. Le quotidien Le Monde le charge, la même année, de la conception graphique et artistique de l'album anniversaire de son cinquantenaire. Cette réalisation sera sa dernière commande importante.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien du graphisme et de la typographie, diplômé en histoire de l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Autres références

«  CIESLEWICZ ROMAN (1930-1996)  » est également traité dans :

ROMAN CIESLEWICZ, LA FABRIQUE DES IMAGES (exposition)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 335 mots

L’exposition Roman Cieslewicz, la fabrique des images (musée des Arts décoratifs, Paris, du 3 mai au 23 septembre 2018) a permis de redécouvrir un des artistes graphiques les plus importants de la seconde moitié du xxe siècle, qui a d’abord exercé en Pologne, où il est né en 1930, puis en Fra […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 822 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le vent de la contestation »  : […] Au milieu des années 1960, des mouvements de contestation sociaux et culturels trouvent leur traduction dans l'affiche. Le Flower Power, en Californie, donne naissance aux affiches dites « psychédéliques », réalisées par de jeunes créateurs (Victor Moscoso, Wes Wilson), souvent autodidactes. C'est aussi le cas aux Pays-Bas avec le mouvement Provo, auquel le dessinateur Willem contribue. Les affich […] Lire la suite

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 446 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Vers un nouveau lyrisme »  : […] Face au dogme qu'impose le style international, un nouveau lyrisme se fait jour, dont le graphiste américain Herb Lubalin et le Push Pin Studio à New York (Seymour Chwast, Milton Glaser, Edward Sorel) sont les principales figures. Le premier explore l'éclectisme typographique dans les mises en pages du Saturday Evening Post , Eros , Fact et Avant Garde . Le Push Pin puise à l'art populaire améric […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel WLASSIKOFF, « CIESLEWICZ ROMAN - (1930-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-cieslewicz/