GARROS ROLAND (1888-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Son engagement lors du premier conflit mondial

Survient la Première Guerre mondiale, qu’il aborde comme pilote d’observation, ce qui ne l’empêche pas de remporter sa première victoire aérienne, le 1er avril 1915, grâce à un système de « tir à travers l’hélice » qu’il a contribué à mettre au point. Reposant sur la synchronisation de la mitrailleuse et du moteur, ce dispositif permet aux balles de passer entre les pales de l’hélice (dont les bords d'attaque sont blindés). Au cours des deux semaines suivantes, il enregistre quatre autres succès. Mais, le 18 avril 1915, une panne de moteur le contraint à un atterrissage forcé derrière les lignes ennemies, au nord de Courtrai (Belgique) ; il ne réussit pas à incendier son appareil, et le nouvel équipement tombe aux mains des Allemands. Fait prisonnier, il parvient à s’évader après trois ans de captivité et retourne se battre, en dépit de graves troubles de la vision. Les règles de la guerre aérienne ont évolué : les combats opposent désormais des escadrilles entières et non des solitaires. Garros refuse un poste « protégé » que lui propose Clemenceau et intègre l’escadrille des Cigognes le 20 août 1918. Il abat un avion ennemi (un Fokker) le 2 octobre suivant. Trois jours plus tard, malgré les supplications de ses amis, inquiets de son état de santé, il se porte volontaire pour participer à une offensive sur Vouziers, dans les Ardennes, dont il aurait dû être raisonnablement écarté… N’a-t-il pas avoué lui-même un peu plus tôt « Je n’y vois plus » ? Quelques heures plus tard, ce 5 octobre 1918, assailli par plusieurs avions ennemis, l’« as français » Roland Garros meurt au combat, près de Vouziers. Ainsi disparaît l’un des plus grands pionniers de l’air, également pianiste de talent, auquel Jean Cocteau, conquis, dédiera son poème « Le Cap de Bonne-Espérance ». Jusqu’à la fin, il aura été fidèle à ce qu’il déclara après son premier vol : « J’étais en face de ce que j’avais décidé de faire. Il n’y avait pas à hésiter. »

En 1928, on inaugure, à Auteuil, le stade Roland-Garros, construi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : historien de l'aviation, membre de l'Académie de l'air et de l'espace

Classification


Autres références

«  GARROS ROLAND (1888-1918)  » est également traité dans :

AVIATION - Histoire de l'aviation

  • Écrit par 
  • Edmond PETIT, 
  • Pierre SPARACO
  • , Universalis
  •  • 10 062 mots
  •  • 36 médias

Dans le chapitre « De 1906 à 1914 »  : […] Théoriciens et « aviateurs » travaillent ferme en même temps dans tous les pays : Phillips en Angleterre, Ellehamer au Danemark, Joukovski en Russie, Crocco en Italie, Esnault-Pelterie en France, Drzewiecki en Pologne. La grande difficulté est de trouver un moteur léger et puissant. C'est un Français, Levavasseur, qui y parvient le premier avec le moteur «  Antoinette », mais c'est un Brésilien, […] Lire la suite

GRANDES TRAVERSÉES AÉROMARITIMES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Bernard MARCK
  •  • 509 mots

1909 Le Français Louis Blériot (1872-1936) réussit la première traversée aérienne de la Manche, le 25 juillet, en 37 minutes à bord du monoplan Blériot   XI . 1912 L'Américaine Harriet Quimby (1875 ?-1912) s'envole de Douvres, le 16 avril, à 5 h 35 min, à bord d'un monoplan Blériot, pour atterrir à Hardelot, à une trentaine de kilomètres de Calais, à 6 h 30 min. Elle est la première femme à réus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard MARCK, « GARROS ROLAND - (1888-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-garros/