BARTHES ROLAND (1915-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sémiologie, « un rêve euphorique de la scientificité »

Montrer le déboîtement, la duplicité du mythe par rapport au langage, en révéler les étapes de constitution, les mécanismes, les fonctionnements, en freiner, si possible, l'activité éhontée et superfétatoire, voilà le projet barthien tout tracé. Encore faut-il passer d'analyses plus ou moins impressionnistes à une formalisation plus poussée. À cet égard, « Le Mythe, aujourd'hui », synthèse et condensation théorique des tableautins narquois de Mythologies, pose les premiers jalons et commence à mettre les codes « ventre à l'air ». Mais Barthes, bien vite, va beaucoup plus loin et se propose, tout bonnement, de tenter de construire la sémiologie, « science qui étudierait la vie des signes au sein de la vie sociale » telle que, dès 1910, Saussure l'avait postulée dans son Cours de linguistique générale. C'est ce à quoi s'emploient Système de la mode et surtout Éléments de sémiologie. Barthes, d'emblée, y retourne l'hypothèse saussurienne. Saussure, en effet, pensait que la linguistique proprement dite serait appelée à se fondre dans une science générale des signes. Barthes démontre le contraire : la signification passant toujours par le langage, la sémiologie ne sera qu'une spécification et non une extension de la linguistique : « La sémiologie n'a eu jusqu'ici à traiter que de codes d'intérêt dérisoire, tel le code routier ; dès que l'on passe à des ensembles doués d'une véritable profondeur sociale, on rencontre de nouveau le langage » (la mode, en particulier, n'a de système qu'en tant qu'elle est écrite, c'est-à-dire représentée et appuyée de légendes). Manière de dire, Benveniste le montrera, que le langage, c'est le social même.

Si donc la sémiologie relève de la linguistique, l'affaire devient relativement simple. Il suffit d'emprunter à la linguistique sa rigueur de méthode et ses concepts les plus opératoires (principalement ces couples fondamentaux que sont : langue/parole, signifiant/signifié, syntagme/paradigme, dénotation/connotation), de prendre pour modèle le système langagier avec ses principes s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  BARTHES ROLAND (1915-1980)  » est également traité dans :

LE DEGRÉ ZÉRO DE L'ÉCRITURE, Roland Barthes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 260 mots
  •  • 1 média

Publié en 1953 aux éditions du Seuil, Le Degré zéro de l'écriture est le premier livre de Roland Barthes (1915-1980), qui ne s'était fait connaître jusqu'alors que par des articles (en particulier ceux qui seront réunis, en 1957, dans les Mythologies) donnés aux […] Lire la suite

ROLAND BARTHES (T. Samoyault)

  • Écrit par 
  • Christine GENIN
  •  • 1 108 mots

Le centenaire de sa naissance, le 12 novembre 1915, permet de redécouvrir Roland Barthes à travers plusieurs colloques, une exposition à la Bibliothèque nationale de France, où son frère a déposé ses archives en 2010, et des publications très variées : de l’Albumoù Éric Marty a réuni des documents inédits, notam […] Lire la suite

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

Dans le chapitre « Un modèle d'enseignement »  : […] Développée par Aristote, acclimatée à la latinité par Cicéron puis Quintilien, enfin intégrée par Augustin et les Pères de l'Église au christianisme, la rhétorique a considérablement changé de visage dans ces différentes périodes. Progressivement écartée au cours du Moyen Âge, elle fait retour pendant la Renaissance qui redécouvre les textes antiques. Elle établit les moyens de fabriquer un bon d […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Procès du sujet, procès de l'autobiographie »  : […] Il semble pourtant possible à certains, par-delà l'intervalle, de rechercher l'image d'une autre coïncidence. Si tout signifiant peut être considéré comme « mis à la place » de je , l'écriture sera nécessairement saturée d'autobiographisme. Les perturbations que subit le sujet livrent ses disjecta membra au grand océan du symbolique. L'autobiographie, transgressant les limites de la narration, s […] Lire la suite

BOUDINET DANIEL (1945-1990)

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 541 mots

C'est un Polaroid énigmatique de Daniel Boudinet qui ouvrait l'ouvrage de Roland Barthes sur la photographie, La Chambre claire (1980) : « La photographie – ma photographie –, écrivait Barthes, est sans culture : lorsqu'elle est douloureuse, rien, en elle, ne peut transformer le chagrin en deuil. » Aussi, l'exposition conçue par la galeriste Viviane Esders, Daniel Boudinet-Roland Barthes , présen […] Lire la suite

COMME UNE IMAGE (A. Jaoui)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 053 mots

Lolita a vingt ans et se trouve « grosse », « moche », « nulle »… S'il est vrai que, lorsqu'elle essaie une robe dans la cabine d'un magasin, elle ne donne pas l'image filiforme que la publicité renvoie du corps de la femme, là n'est peut-être pas l'essentiel. Avec le même succès public, Agnès Jaoui poursuit dans Comme une image (2004) la réflexion entamée dans son précédent film, Le Goût des au […] Lire la suite

COMPAGNON ANTOINE (1950- )

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 117 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Questions de poétique et d’histoire »  : […] Fils de militaire – le général Jean Compagnon, qui fut l’un des premiers à entrer dans Paris avec le général Leclerc en 1944 –, Antoine Compagnon suivit une éducation assez stricte et fut élève du Prytanée militaire de La Flèche : il tirera un beau roman de cette expérience ( La Classe de rhéto , 2012). L’adolescent liseur fait des sciences et entre à Polytechnique. Ingénieur des Ponts et Chaussé […] Lire la suite

COSTUME DE THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 865 mots

Moyen de métamorphose, le costume est un des signes visibles du théâtre. Il est à la fois réel et irréel : réel par ses liens avec le vêtement d'une époque, irréel parce qu'il est chargé d'une signification plus forte, celle d'un véritable code vestimentaire. Longtemps, le costume n'a représenté que le goût d'un acteur ou sa richesse. Les classiques français étaient représentés en habit de cour. A […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La déconstruction »  : […] On appelle déconstruction les lectures de textes littéraires qui s'inspirent de la réflexion philosophique de Jacques Derrida sur la phénoménologie et le structuralisme, en jouant l'un contre l'autre et vice versa. Le passage au poststructuralisme a lieu par la critique et la radicalisation du saussurianisme, l'insistance sur la textualité et la différence au détriment du prétexte et de la référe […] Lire la suite

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La chasse au « naturel » hypocrite »  : […] Dans ses Mythologies , Roland Barthes fait un usage critique de la distinction nature/culture et vise un autre usage que d'autres font – mais, eux, subrepticement – de cette distinction et qui consiste moins à abolir celle-ci qu'à faire passer le contenu de l'un des termes sous l'emprise apparente de l'autre. Par son analyse sémiologique du langage de la culture de masse, Barthes montre par quel […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « BARTHES ROLAND - (1915-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-barthes/