RODIN. L'EXPOSITION DU CENTENAIRE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un ogre de la sculpture

La mort de Rodin, le 17 novembre 1917, à l’âge de soixante-dix-sept ans, marque la fin d’une domination inégalée sur le monde de la sculpture internationale. Le maître de Meudon est devenu depuis le triomphe de son exposition au pavillon de l’Alma en 1900, à l’écart de l’Exposition universelle, l’artiste le plus célèbre de Paris, d’Europe, et donc du monde.

Cette gloire qui avait éclipsé la sculpture de son temps, L’exposition du centenaire a permis d’en prendre la mesure en rassemblant de multiples chefs-d’œuvre, mais elle a surtout révélé le rayonnement de son inventivité jusque dans l’art moderne et contemporain. Elle a également fourni l’occasion de mettre en lumière toute une pléiade de sculpteurs qui, pour les moins originaux, ont été avant tout influencés par Rodin, tandis que d’autres ont ouvert ou suivi des chemins de traverse singuliers et porteurs de nouveautés. L’exposition rassemblait donc cent soixante-neuf dessins, photographies, modelages, pierres ou bronzes de Rodin ainsi qu’un nombre quasiment égal (cent soixante-deux) d’œuvres d’environ quatre-vingts artistes, qui ont cru possible, depuis un siècle, d’inventer à l’ombre de Rodin ou de se mesurer à l’éclat de sa force créatrice, au risque pour certains de s’en trouver foudroyés.

En ouverture, on découvrait le monumental Volk Ding Zero (Chose populaire zéro, 2009) du sculpteur allemand Georg Baselitz, version en bronze haute de trois mètres d’un bois violemment peint en bleu et blanc. L’œuvre entrait en confrontation avec une version du Penseur de près de deux mètres de haut. Cette figure de Dante conçue à la fin du xixe siècle pour couronner la monumentale Porte de l’Enfer est devenue, au fil du processus sculptural de Rodin, une sculpture autonome. Dans cet hommage en forme de dialogue ironique, Baselitz révélait un des leitmotiv de l’exposition : si le fantôme de Rodin ne cesse de hanter la sculpture contemporaine, on doit réussir à « oublier Rodin » si on veut faire œuvre originale [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain à l'université de Paris-VIII

Classification

Pour citer l’article

Paul-Louis RINUY, « RODIN. L'EXPOSITION DU CENTENAIRE (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rodin-l-exposition-du-centenaire/