SILICEUSES ROCHES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Genèse

Solubilité et cristallinité de la silice

Il est utile tout d'abord de rappeler que la silice de l'hydrosphère est le plus souvent à l'état de solution vraie, et non de solution colloïdale comme on l'a si souvent affirmé. L'équation d'équilibre est (SiO2)+ 2n H2O ⇌ n Si(OH)4.

Le monomère Si(OH)4, monomolécule d'acide silicique, est libre et en solution vraie. À la température de 20-25 0C, l'équilibre est atteint pour une teneur de 120 à 140 ppm (ou mg/l) de SiO2. A 100 0C, cette solubilité s'élève à 360-420 ppm. Elle est indépendante du pH pour les valeurs comprises entre pH 2 et pH 9, et s'élève ensuite considérablement dans les milieux alcalins, pour atteindre 6 000 ppm à pH 11 par suite de l'ionisation de l'acide silicique. Or, les solubilités des minéraux de la silice sont beaucoup plus faibles (de l'ordre de 8 à 20 ppm) que celle de la silice amorphe, si bien qu'une eau qui contient par exemple 100 ppm de SiO2, sous-saturée pour la silice amorphe, est sursaturée par rapport aux formes cristallines dont elle peut assurer la croissance. Ces formes cristallines sont le quartz, la cristobalite de basse température, la calcédoine, assemblage fibreux de cristallites de quartz avec désorganisation du réseau à la limite des fibres, et l'opale, dont on a souvent dit qu'elle était amorphe, mais qui est en fait partiellement cristallisée en particules dispersées, d'où l'isotropie statistique qu'elle présente.

Origine et précipitation de la silice

La silice, très répandue dans les roches magmatiques (près de 60 p. 100), est mobilisée par l'altération superficielle et entraînée en solution dans les eaux courantes. Bien qu'elle soit aussi soluble dans l'eau de mer que dans l'eau douce, les rivières en contiennent souvent beaucoup plus : ainsi la teneur dans les eaux du Mississippi est de 4 à 7 ppm et seulement de 0,11 ppm dans le golfe du Mexique au voisinage du delta de ce fleuve. Une partie de la silice est alors fixée par les radiolaires, les diatomées, les silicoflagellés et les spongiaires, tandis qu'une autre partie précipite.

Une source non négligeable de silice e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages






Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  SILICEUSES ROCHES  » est également traité dans :

AGATE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 709 mots
  •  • 1 média

Dioxydes de silicium, les agates appartiennent au groupe des quartz microcristallins, comme les calcédoines et les jaspes. Elles se distinguent facilement des calcédoines car elles présentent une coloration zonée concentrique, sinueuse ou bréchique. Elles peuvent être cependant confondues avec l'onyx marbre (souvent appelé à tort simplement onyx), également zoné, mais qui est constitué de calcit […] Lire la suite

CALCÉDOINE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 794 mots
  •  • 3 médias

Dioxydes de silicium, les calcédoines appartiennent au groupe des quartz microcristallins, au même titre que les jaspes et les agates ; elles se distinguent donc du groupe des quartz macrocristallins, tels que l'améthyste ou le cristal de roche, et du groupe des opales, toujours amorphes. Elles cristallisent en masse concrétionnée cryptocristalline et se caractérisent par un éclat cireux à mat. fo […] Lire la suite

JASPE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 522 mots

Dioxyde de silicium, le jaspe, en tant que minéral, appartient au groupe des quartz microcristallins, comme les calcédoines et les agates. La caractéristique essentielle du jaspe est d'être bariolée ou tachetée de diverses couleurs. formule : SiO 2  ; système : rhomboédrique ; dureté : de 6,5 à 7 ; poids spécifique : de 2,5 à 3 ; éclat : mat à vitreux ; transparence : opaque ; cassure : esquilleus […] Lire la suite

OOLITES ou OOLITHES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 745 mots

Grains à structure concentrique dont l'accumulation peut conduire à la formation d'un sédiment ou d'une roche purement oolitique, appelée anciennement oolithe par extension (oolite blanche du Jurassique du Bassin parisien). Surtout abondantes dans le Jurassique, en Europe, les oolites sont connues du début du Paléozoïque à nos jours. Ces grains, généralement petits et sphériques à ovoïdes (de 0,5 […] Lire la suite

PACIFIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean FRANCHETEAU
  •  • 14 710 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Sédiments actuels »  : […] On prétend que c'est le midship J. M. Brooke, à bord de l'U.S.S. Vincennes , qui a obtenu en 1854 le pre mier échantillon de sédiments à une profondeur de 3 870 mètres en attachant une plume au lest d'une ligne de sonde, observant ainsi 3 tests de foraminifère. À la suite de l'expédition du H.M.S. Challenger , John Murray et Alphonse Renard (1891) établissaient un modèle de classification des s […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches sédimentaires

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 4 542 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les roches sédimentaires d'origine physico-chimique »  : […] L'altération des roches continentales fournit des matériaux résiduels et des solutions . Ces dernières représentent en poids 20 à 25 p. 100 des éléments mobilisés et sont à l'origine de composés précipités dans divers milieux sous l'influence de facteurs physico-chimiques parmi lesquels les plus importants sont le pH, la température, la pression, la solubilité et le potentiel ionique. Les choses s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles POMEROL, « SILICEUSES ROCHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-siliceuses/