SALINES ROCHES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conditions générales de formation

Précipitation des sels et séquences salines

La précipitation d'un sel s'effectue lorsque le produit des concentrations de ses composés ioniques atteint une valeur limite appelée produit de solubilité dépendant de la température et de la pression.

Les processus sont variés, mais toujours plus ou moins associés : introduction d'ions nouveaux qui permettent la cristallisation de sels de faible solubilité ; addition de nouveaux ions semblables à ceux qui sont déjà présents, ce qui déplace les équilibres ; changements de température ; extraction du solvant. Ce dernier facteur correspond à l'évaporation des saumures, dont la concentration doit atteindre une valeur telle que les autres facteurs puissent intervenir.

Lorsqu'un sel précipite, le chimisme de la solution évolue : un autre sel pourra précipiter en constituant le second terme d'une séquence. Les successions les plus simples se réalisent alors quand les apports en ions sont négligeables par rapport au stock piégé dans le bassin et lorsque les domaines de précipitation des sels successifs ne se chevauchent pas trop. Les dépôts seront ainsi bien ordonnés et bien différenciés. En fait, il est exceptionnel de trouver des bassins qui correspondent à ce cas idéal, car les apports varient en fonction du climat et dépendent de la nature, du chimisme et de la position des tributaires du bassin.

Les dépôts salins les plus communs sont fournis, de nos jours, par des dépressions continentales de faible extension. Mais on connaît des gisements, estimés à plusieurs centaines de milliers de kilomètres cubes, occupant des plates-formes dépourvues d'affleurements salins plus anciens susceptibles de les avoir alimentés. Seule une évaporation d'eaux d'origine marine peut expliquer leur présence. Ces gisements sont donc de caractère paralique. On est donc conduit à choisir comme modèle de séquence saline celle qui résulte de l'évaporation de solutions ayant la composition ionique de l'eau de mer actuelle.

Sels obtenus par évaporation statique isotherme de l'eau de mer

L [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Évaporation de l'eau de mer

Évaporation de l'eau de mer
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Évolution dans le temps dans une sédimentation

Évolution dans le temps dans une sédimentation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Bassin marin à sédimentation

Bassin marin à sédimentation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bassin marin fossilisé

Bassin marin fossilisé
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du laboratoire de géologie de l'École normale supérieure de Paris
  • : professeur à l'université de Nantes

Classification

Autres références

«  SALINES ROCHES  » est également traité dans :

CÉLESTITE ou CÉLESTINE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 445 mots

Souvent de teinte bleu ciel, d'où son nom (du latin caelestis ), la célestite (ou célestine) est un sulfate de strontium, de formule : SrSO 4 . Ce minéral constitue l'un des pôles d'une série isomorphe allant du strontium au baryum (sous sa forme sulfatée : BaSO 4 , barytine ), et présentant toutes les combinaisons intermédiaires. Le calcium se substitue également au strontium, mais dans des propo […] Lire la suite

CHLORURES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 222 mots
  •  • 1 média

Parmi les composés naturels du chlore, les chlorures sont les plus répandus. Prenant difficilement place dans la charpente des silicates, le chlore ne se rencontre que dans quelques minéraux des roches magmatiques, mais il est souvent présent sous forme d'acide chlorhydrique dans les fumerolles volcaniques. L'altération de ces roches magmatiques à la surface des continents libère des ions Cl - , m […] Lire la suite

DIAPIRISME

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 897 mots
  •  • 5 médias

La notion de pli diapir (de διαπέιρειν, percer) a été introduite en 1907 par L. Mrazec pour qualifier les plis à noyau perçant reconnus dès 1900 dans la zone subcarpatique méridionale. Par abréviation, les plis diapirs sont devenus les diapirs , et le phénomène tectonique correspondant le diapirisme . Mrazec utilisait ce terme pour tout style éjectif dysharmonique et affirmait que le diapirisme […] Lire la suite

EPSOMITE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 312 mots

Se présentant généralement en croûtes, en efflorescences ou en groupements de fines aiguilles, ce sulfate de magnésium hydraté cristallise dans le système orthorhombique. Les cristaux peuvent paraître tétragonaux de par la présence d'un angle voisin de 90 0 entre les faces du prisme. La cassure est conchoïdale. L'epsomite, comme d'autres minéraux solubles avides d'eau, peut être caractérisée par […] Lire la suite

PÉTROLE - Le stockage

  • Écrit par 
  • André CLERC-RENAUD
  •  • 2 489 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Stockages souterrains »  : […] Les stockages souterrains demeurent une solution d'avenir. Déjà compétitifs pour les grands stockages, ils le deviennent pour les plus petits. Ils ont, de plus, des avantages déterminants sur le plan de l'environnement (respect du paysage, préservation des espaces verts, sécurité). Ce sont, semble-t-il, les Allemands qui, les premiers, en 1916, déposèrent, au nom de la Deutsche Erdöl, un brevet po […] Lire la suite

POLYHALITE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 227 mots

La polyhalite est un sulfate hydraté de potassium, de calcium et de magnésium : K 2 Ca 2 Mg(SO 4 ) 4 ,2 H 2 O. D'allure massive ou parfois fibreuse, la polyhalite cristallise dans le système triclinique ; les cristaux en tablette sont petits et rares. Lorsqu'elle est pure, la polyhalite est blanche, mais souvent des inclusions d'oxydes de fer la colorent du rose saumon au rouge brique. Ses princip […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches sédimentaires

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 4 542 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les roches sédimentaires d'origine physico-chimique »  : […] L'altération des roches continentales fournit des matériaux résiduels et des solutions . Ces dernières représentent en poids 20 à 25 p. 100 des éléments mobilisés et sont à l'origine de composés précipités dans divers milieux sous l'influence de facteurs physico-chimiques parmi lesquels les plus importants sont le pH, la température, la pression, la solubilité et le potentiel ionique. Les choses s […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Plis

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 042 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Cas particuliers »  : […] La disharmonie présente des cas particuliers quand les caractéristiques mécaniques des couches sont très différentes. Quand certaines couches, comme le gypse et le sel, sont particulièrement incompétentes, la disharmonie devient considérable et les masses de sel ou de gypse peuvent percer les couches qui les surmontent, pour former des plis diapirs , à noyau perçant. Ces plis diapirs peuvent affec […] Lire la suite

SULFATES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 2 043 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sulfates des séries salines sédimentaires »  : […] De nombreux sulfates sont des constituants habituels de séries continentales ou marines particulières, correspondant à des bassins endoréiques ou à des mers épicontinentales des zones climatiques arides. Dans les séquences d'« évaporites », les sulfates occupent des niveaux définis par leur solubilité respective : ceux de calcium précipitent après la séquence carbonatée, ceux de sodium et de magn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André JAUZEIN, Jean-Pierre PERTHUISOT, « SALINES ROCHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-salines/