RAUSCHENBERG ROBERT (1925-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Transfert, sérigraphie, collage, assemblage

Toujours en quête de nouvelles pratiques qui fonctionnent comme autant d'espaces de liberté, Rauschenberg s'approprie dès lors toutes les techniques et tous les supports possibles : peintures, photographies (les siennes et celles des autres), sérigraphie, papier, soie, toile, acier inoxydable, céramique ainsi que toutes les images, celles de l'histoire du monde contemporain comme celles de l'histoire de l'art, sans compter tous les objets possibles. En 1958, l'artiste emploie le procédé de la décalcomanie au trichloréthylène pour reporter des photos de magazine sur du papier retravaillé ensuite à l'aquarelle. Il intègre ainsi des images de l'actualité contemporaine pour la suite monumentale des XXXIV dessins pour l'Enfer de Dante (1958-1960, Museum of Modern Art, New York). Sur les traces du poète et de son exploration du séjour des morts, Rauschenberg ne fait pas qu'explorer une nouvelle technique : il annonce l'évolution de son œuvre future, écrit Bérénice Rose, « vers un cosmos de constellations en expansion dont l'unité conceptuelle se caractérise par l'agencement sériel et la complexité ». En 1962, Rauschenberg adopte également la sérigraphie, procédé de collage indirect qui lui permet de reporter sur la toile des photographies préalablement impressionnées sur des voiles de soie sensibilisés, comme pour l'ensemble des Hoarfrosts (1974, Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris) composé de grandes toiles non tendues où sont incorporées de manière arachnéenne des pages et des images de journaux.

Travailleur infatigable, l'artiste adopte le plus souvent le principe de la série. En 1972, il élabore tout un ensemble d'œuvres à partir de cartons d'emballage, les Cardboads (Museum of Fine Art, Houston, Texas) pour certains recouverts de sable, qui marquent à la fois un dialogue ambigu entre la pierre éternelle et le carton éphémère, et une réflexion sociologique sur les abris que se fabriquent les clochards dans les rues de New York.

En 1984, l'artiste met en place le Rauschenberg Overseas Cultural Interchange (R.O.C.I.), une sorte d'odyssée planétaire au service de la paix. Cette exposition itinérante rassemble plus de 200 œuvres inspirées par ses voyages et ses collaborations avec des artistes et des artisans du monde entier.

Sans qu'il soit possible de citer la totalité des œuvres d'un artiste particulièrement prolifique, on retiendra en l984 la Salvage Série où, à partir des costumes qu'il a réalisés pour un ballet de Trisha Brown et des photographies empruntées à un fond personnel, il réalise des œuvres où les grandes surfaces bistres ou blanches sont empreintes d'une très grande élégance. En 1994, avec les Shales, les photographies transférées sur feuilles de cire sont appliquées directement sur la toile, l'ensemble étant ensuite recouvert de cire transparente où les ouvriers, les outils et les panneaux de signalisation apparaissent comme nombre d'éléments du quotidien. En 1999, il faut citer les Synapsis Shuffle monumental tableau de 52 pièces (chaque panneau mesurant 289,5 cm de hauteur et environ 152,4 cm de largeur, Whitney Museum of American Art, New York). L'installation itinérante est accrochée en fonction d'une liste de « compositeurs », où l'on retrouve aussi bien Merce Cunningham que la soprano Renée Fleming ou l'artiste Chuck Close.

Dès ses débuts, Rauschenberg connaît un succès considérable. Il expose dans les plus grands musées du monde et les plus prestigieuses galeries. Il est présent en l964 à La Biennale de Venise, où il obtient le grand prix de peinture qui déclenche une polémique entre la France et les États-Unis. En 1968, il est invité à la Dokumenta de Cassel. Cherchant sans cesse à explorer de nouveaux espaces de liberté, Rauschenberg refuse encore aujourd'hui les académismes et projette sur ses œuvres la nostalgie du présent. Il demeure cet artiste qui, selon Bérénice Rose « ...s'est mis à transformer les objets en images, le quotidien en poésie, et la poésie en peinture ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAUSCHENBERG ROBERT (1925-2008)  » est également traité dans :

COCA-COLA PLAN (R. Rauschenberg)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 220 mots

D'emblée, le côté comique de Coca-Cola Plan (1958) de Robert Rauschenberg est frappant. Flanquées des ailes de l'aigle américain, trois bouteilles de Coca y sont exposées surmontant une boule d'escalier en bois qui évoque immanquablement un petit globe terrestre. À une époque où se développe rapidement une société de consommat […] Lire la suite

BROWN TRISHA (1936-2017)

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérimentation méthodique »  : […] Trisha Brown attire l'attention par l'originalité de ses œuvres. Délaissant les théâtres traditionnels – où l'on n'est guère pressé de programmer ces trublions –, elle replace la danse dans des espaces inattendus, investit la rue et les toits. Elle privilégie ainsi de nouvelles perspectives, d'autres angles d'approche. À l'aide de harnachements spéciaux, fixés à un plafond, elle fait progresser le […] Lire la suite

COLLAGE

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 227 mots

Dans le chapitre « De l'autonomie à la dissémination »  : […] Véritable laboratoire de l'imaginaire moderne durant la première moitié du xx e  siècle, le collage s'impose ensuite comme un ressort essentiel du renouveau esthétique. Il est au cœur des tentatives de redéfinition des concepts et des enjeux de l'art, nécessitées non seulement par l'éclatement des formes, mais par celle du champ artistique proprement dit. Dès la fin des années 1940, un retour du c […] Lire la suite

CUNNINGHAM MERCE (1919-2009)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 2 656 mots

Dans le chapitre « Une pensée imprévue dans la danse »  : […] Merce Cunningham (de son vrai nom Mercier Philip Cunningham) naît le 16 avril 1919 à Centralia (État de Washington). Bien qu'il commence la danse à l'âge de douze ans et se produise dans des Vaudeville (des spectacles de variétés précurseurs des comédies musicales où les claquettes figurent en bonne place), il s'oriente vers le théâtre et intègre la Cornish School de Seattle (1937-1939), où il sui […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DU HAPPENING SELON ALLAN KAPROW - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 731 mots

1922 Projetant la future dissolution de l'art dans la vie, Piet Mondrian écrit : « L'art est déjà en partielle désintégration – mais sa fin serait prématurée. Les conséquences du Néoplasticisme sont effrayantes. » Allan Kaprow prolongera cette intuition. 1943 Quelques années avant qu'Allan Kaprow ne s'en occupe définitivement, Piet Mondrian déclare encore : « Je pense que l'élément destructif es […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT, art

  • Écrit par 
  • François LOYER
  • , Universalis
  •  • 3 220 mots

Dans le chapitre « Rendre le réel à l'état brut »  : […] Environnement, en effet, est emprunté au vocabulaire du «  pop art » : le jeu de l'environnement consiste à réunir des objets d'usage courant, voire des déchets, dont la simple agglomération constitue l'œuvre d'art. En 1959, le pop art était encore un phénomène typiquement américain, étroitement relié à ses antécédents dadaïstes – notamment Duchamp, et Schwitters avec ses Merzbau . En 1960, lors […] Lire la suite

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « L'éphémère comme qualité »  : […] Sans doute est-ce véritablement du côté du mouvement Fluxus qu'il faut chercher une conception nouvelle de l'éphémère. En 1961, l'artiste américain Allan Kaprow, inventeur du happening, écrit : « Le dernier point que j'aimerais développer à propos de la comparaison entre happening et pièce de théâtre est implicite dans toute la discussion – c'est leur caractère éphémère. Composé de sorte qu'une p […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. L'accident de voiture qui lui coûte la vie ne fait […] Lire la suite

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « De la peinture à la mise en scène »  : […] Le happening est né d'une volonté d'échapper à la peinture, mais il est né de la peinture. Autour de 1955, et à peu près simultanément aux États-Unis et au Japon, des peintres ont éprouvé le besoin de transformer le tableau en un système dynamique et évolutif, notamment l' assemblage d'objets auquel, le premier sans doute, Allan Kaprow a donné le nom d'environnement. Ces œuvres composites sont l […] Lire la suite

KLÜVER BILLY (1927-2004)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 974 mots

Il y a un cas Billy Klüver. Cherchez son nom dans quelque nomenclature ou catalogue d'exposition sur l'art du xx e  siècle : vous ne le trouverez pas. Pourtant, Johan Wilhelm dit Billy Klüver, ingénieur suédois né à Monaco en 1927, a prêté la main à quelques-unes des créations les plus fortes de l'art moderne et contemporain, comme l' Hommage à New York (1960) de Jean Tinguely, œuvre éphémère, ou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « RAUSCHENBERG ROBERT - (1925-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-rauschenberg/