MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans une lignée viennoise

Né le 24 mars 1886 à Paris, fils de Maurice André Mallet, expert en tableaux et de Juliette Stevens, petit-fils d'Arthur Stevens, collectionneur et critique belge, Robert Mallet-Stevens passe son enfance à Maison-Laffitte. Il est formé à l'École spéciale d'architecture à Paris de 1903 à 1906. Ses premiers articles, écrits en collaboration avec Jacques Rœderer, sont publiés en 1907 et 1908 dans la revue britannique The Architectural Review, puis dans les revues belges, Le Home et Tekhné, dès 1911, ainsi que dans des périodiques français comme L'Illustration. Ses premiers projets sont exposés à partir de 1912 au Salon d'automne à Paris et publiés dans la revue Der Architekt en 1911 et en 1914-1915.

Les débuts de la carrière de Robert Mallet-Stevens sont nettement inspirés de l'œuvre de Joseph Hoffmann et des principes des Wiener Werkstätte. Le Palais Stoclet (1905-1911), construit à Bruxelles par Joseph Hoffmann et commandité par Adolphe Stoclet, l'oncle de Mallet-Stevens, est pour lui un modèle : une œuvre totale marquée par une volumétrie rigoureuse, la synthèse des arts, l'utilisation raisonnée de l'ornement et une logique de l'expression du parement. L'influence de la Sécession viennoise est encore présente bien après la guerre dans certains projets ou encore dans Une cité moderne, recueil conçu en 1917 et publié en 1922. Cet ouvrage, dont le titre est un double hommage à Tony Garnier et à Antonio Sant'Elia, se présente comme un catalogue d'architectures composées de volumes élémentaires articulés, généralement symétriques. La fréquentation de Francis Jourdain qui, en France, est un fervent défenseur d'Adolf Loos, et la connaissance de l'œuvre de Joseph Hoffmann et du [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale supérieure d'architecture de Strasbourg, chercheur au L.A.C.T.H.-E.N.S.A.P. de Lille

Classification


Autres références

«  MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)  » est également traité dans :

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les révolutions du béton armé »  : […] Loin de favoriser l'émergence d'une pratique ou d'un langage spécifique, le béton armé offrait au contraire, par sa malléabilité, une infinie variété de mises en œuvre. En s'emparant du nouveau matériau, les rationalistes lui ont cependant donné une forme en accord avec leurs idéaux. À l'église Saint-Jean-l'Évangéliste, dite Saint-Jean de Montmartre, 19, rue des Abbesses ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/#i_18052

PROUVÉ JEAN (1901-1984)

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 2 015 mots

Dans le chapitre « L'apprentissage »  : […] Né le 8 avril 1901 à Paris, Jean Prouvé passe son enfance à Nancy dans un milieu intellectuel et artistique imprégné d'idées réformatrices. Son père, Victor Prouvé, et son parrain, Émile Gallé, ont fait de la capitale lorraine l'un des hauts lieux du rapprochement de l'art et de l'industrie. Pour ces protagonistes du mouvement Art nouveau, la pensée créatrice, quel que soit son domaine, doit s'app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-prouve/#i_18052

Voir aussi

Pour citer l’article

Richard KLEIN, « MALLET-STEVENS ROBERT - (1886-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-mallet-stevens/