BADINTER ROBERT (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un combat contre la peine de mort

Inscrit au barreau de Paris en 1951, Robert Badinter est d'abord un spécialiste de droit civil : après sa thèse soutenue à la Sorbonne sur « les conflits en matière de responsabilité civile dans le droit des États-Unis » et un ensemble de contributions au droit de l'automobile, il fonde en 1966, avec son ami Jean-Denis Bredin, un cabinet spécialisé en droit des affaires. Mais c'est aux assises qu'il obtient succès et reconnaissance : au début des années 1970, il défend un certain nombre de personnes risquant la peine de mort, notamment Claude Buffet et Roger Bontemps en 1972, puis Patrick Henry en 1976. Par des conférences, des articles et des ouvrages comme L'Exécution (1973), il transforme ces causes pénales et privées en affaires publiques susceptibles de conduire à des actions politiques. Robert Badinter devient ainsi une figure emblématique du combat contre la peine de mort.

C'est à cette époque que François Mitterrand demande à cette personnalité extérieure au Parti socialiste de participer à l'élaboration d'un programme politique sur la justice. Mais Badinter n'était pas neuf en politique : candidat malheureux aux législatives de 1967, il connaissait Mitterrand de longue date, puisqu'ils avaient créé ensemble la Ligue pour le combat républicain à la fin des années 1950, qui deviendra plus tard la Convention des institutions républicaines, autour de laquelle François Mitterrand fondera le Parti socialiste (P.S.), en 1971. À partir de 1974, Robert Badinter organise un groupe de réflexions, directement rattaché à la personne du premier secrétaire du P.S., chargé d'élaborer une « charte des libertés et des droits fondamentaux », et dont les conclusions seront publiées sous le titre de Liberté, libertés en 1976. Les travaux de la commission se retrouvent dans le chapitre sur la justice des 110 propositions du François Mitterrand, candidat à la présidence de la République en 1981.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en sociologie à l'université de Poitiers, chercheur au C.U.R.A.P.P., C.N.R.S., université d'Amiens

Classification

Autres références

«  BADINTER ROBERT (1928- )  » est également traité dans :

UN ANTISÉMITISME ORDINAIRE. VICHY ET LES AVOCATS JUIFS (R. Badinter)

  • Écrit par 
  • Marc Olivier BARUCH
  •  • 1 194 mots

La photo – tristement célèbre – est reproduite dans deux journaux parisiens : on y voit côte à côte sept des avocats parisiens les plus réputés, l'air grave. Le commentaire, certes étroitement contrôlé par la censure allemande, évoque, à l'exemple de Paris-Soir, « ces Juifs millionnaires, ex-célébrités du barreau parisien, internés dans u […] Lire la suite

PEINE DE MORT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Michel TAUBE
  •  • 7 983 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Reformulation du débat »  : […] Depuis le 11 septembre 2001, on assiste à une radicalisation des positions des partisans de la peine de mort : phénomène rarissime, à la Commission des droits de l'homme de l'O.N.U., une soixantaine d'États s'ingénient à adopter un texte pour se désolidariser de la résolution adoptée contre la peine de mort, sur l'initiative de l'Union européenne, et qui recueille chaque année l'appui d'un nombre […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Mobilisation contre le projet de loi sur l'immigration. 7-27 février 1997

par des associations de défense des droits de l'homme, dont certaines ont lancé des appels à la « désobéissance civile », ainsi que par des élus et des intellectuels. L'ancien garde des Sceaux Robert Badinter (P.S.), accuse le gouvernement d'ouvrir « un boulevard aux succès électoraux du Front national […] Lire la suite

France. Renforcement de la gauche aux élections sénatoriales. 24 septembre 1995

. La gauche reste largement minoritaire au Palais du Luxembourg – 96 sièges sur 321. Parmi les personnalités qui y font leur entrée figurent Michel Rocard (P.S., Yvelines), Robert Badinter (P.S., Hauts-de-Seine) et Charles Pasqua (R.P.R., Hauts-de-Seine). […] Lire la suite

France. Nomination de Roland Dumas à la présidence du Conseil constitutionnel. 22 février 1995

À l'occasion du renouvellement par tiers du Conseil constitutionnel, le président François Mitterrand nomme l'avocat et ancien ministre des Affaires étrangères Roland Dumas, l'un de ses proches, à la présidence de cette institution en remplacement de Robert Badinter dont le mandat de neuf ans […] Lire la suite

France. Adoption de la révision constitutionnelle sur le droit d'asile. 19-24 novembre 1993

» et, dans certains cas, de « créer lui-même » ces principes généraux. Le Premier ministre défend le « large pouvoir d'interprétation de ces principes » par le Parlement. Le 23, dans les colonnes du journal Le Monde, Robert Badinter défend le rôle de « contre-pouvoir » du Conseil […] Lire la suite

France. La date anniversaire de la rafle du Vel' d'Hiv' décrétée journée nationale commémorative. 3 février 1993

, et qu'on ne pouvait donc pas dénoncer la responsabilité de l'État dans cette tragédie. Le président du Conseil constitutionnel Robert Badinter avait alors déclaré que la République pouvait toutefois « rendre hommage » aux victimes, ce qui est le sens de cette journée commémorative. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent WILLEMEZ, « BADINTER ROBERT (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-badinter/