RIVAROL (1753-1801)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le style de Voltaire

Rivarol est, en littérature, le parfait élève de Voltaire. Comme l'enseigne le sensualisme, tout langage est le signe d'une pensée : « Admirable propriété de la parole de montrer ainsi l'homme tout entier ! » Rivarol a donc mis en application une stylistique de la métaphore dont Joubert devait pousser les effets jusqu'à l'extrême. Il incarne là aussi un point de perfection. « Ce qui n'est pas clair n'est pas français. » Son style, imagé et chaleureux, n'a pas vieilli. Lui qui réduisait tout phénomène à ses limites naturelles a fait de ce dépouillement, de cette purge préliminaire le support de l'excellence. Convaincu que les mots et les concepts existent en nombre suffisant et que le secret de l'art d'écrire consiste à les utiliser à bon escient, Rivarol mérite de figurer dans le panthéon de nos meilleurs écrivains, et, s'il est du petit nombre de ceux que l'on relira toujours sans ennui et non sans profit, cela prouve qu'il ne se trompait pas en misant sur la perpétuité de la nature humaine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification

Autres références

«  RIVAROL (1753-1801)  » est également traité dans :

CHAMFORT (1741-1794)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 804 mots

Dans le chapitre « Le moraliste »  : […] Le grand ouvrage que Chamfort préparait c'est au secret de son cabinet qu'il s'élaborait : à travers ce qu'on en a pu reconstituer, nous apprenons à connaître son personnage contradictoire, ravagé de souffrances morales autant que de pustules et d'eczéma. On a voulu faire de sa vision du monde celle d'un « doloriste », que seule la maladie expliquerait. Il semble plus probable que l'eczéma de Cham […] Lire la suite

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « La bataille parlementaire »  : […] Dès la réunion des États généraux, deux camps s'affrontent. Bientôt, on prendra l'habitude de les définir sous les vocables de « droite » et de « gauche ». En effet, lorsque les États deviennent Assemblée nationale, les députés, qui avaient jusqu'alors siégé par ordre, se regroupent par opinion : les aristocrates à la droite du président, les patriotes à sa gauche ; au centre, la Plaine ou le Mara […] Lire la suite

Pour citer l’article

Édouard GUITTON, « RIVAROL (1753-1801) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rivarol/