RIFT EST-AFRICAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les zones de failles transverses

Le système de rift est-africain est caractérisé par la présence de plusieurs grandes zones de failles transverses, d'orientation préférentielle nord-ouest - sud-est, et d'importance variable. Les plus grandes de ces zones transverses furent identifiées pour la première fois grâce à l'apport de l'imagerie par satellites, et interprétées comme des « zones de failles transformantes intracontinentales », par analogie avec les zones transformantes du domaine océanique.

La première des plus grandes zones transverses à être décrite fut la « zone de failles d'Assoua ». Orientée nord-ouest - sud-est, longue de 1 200 kilomètres, cette vaste zone de failles correspond à un grand couloir tectonique cisaillant du Protérozoïque. Elle s'étend de l'extrémité nord de la branche occidentale (terminaison nord du bassin du lac Albert) à la partie centrale de la branche orientale du rift, qu'elle traverse dans la région centrale du rift du Kenya, avec pour conséquence une virgation très marquée vers l'est du rift, qui caractérise un mouvement décrochant sénestre affectant cette zone de failles. Deux grands volcans du Pliocène jalonnent cette ligne de failles, le mont Elgon qui culmine à 4 320 mètres sur le versant occidental du rift du Kenya et le mont Kenya qui culmine à 5 200 mètres sur le versant est du rift.

La deuxième grande zone de failles transverses est la zone de failles T.R.M., de direction nord-ouest - sud-est, longue de 1 000 kilomètres et large de 200 kilomètres. Elle est décrite comme un exemple de faille transformante intracontinentale, affectée par un mouvement dextre. Cette zone de failles affecte le socle protérozoïque à l'ouest immédiat de la région centrale du fossé du lac Tanganyika, où elle définit le fossé de Luama. Elle forme enfin la zone bordière du bassin du lac Rukwa et se termine à l'extrémité nord du bassin du lac Malawi par l'impressionnant relief des monts Livingstone en Tanzanie. Inscrite dans l'histoire du socle protérozoïque de l'Est africain, la zone de failles T.R.M. a ét [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Schéma structural du système de rift est-africain

Schéma structural du système de rift est-africain
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Vue schématique d'un bassin de rift

Vue schématique d'un bassin de rift
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RIFT EST-AFRICAIN  » est également traité dans :

AFAR DÉPRESSION DE L'

  • Écrit par 
  • Georges MOTTAY
  •  • 497 mots
  •  • 1 média

Vaste dépression située au sud de la mer Rouge en Érythrée et en Éthiopie et qui se poursuit au Kenya, en Tanzanie et au Mozambique. Ce nom est celui des nomades qui habitent cette région, les Afars, appelés Danakil par les Arabes et les Abyssins. « Danakil » est également employé pour décrire la partie nord de la dépression. Du point de vue géologique, l'Afar est d'une importance considérable dep […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 698 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Volcanisme et fracturation »  : […] Au Cénozoïque, un important système de fracturation affecte le domaine oriental de l'Afrique. Il est accompagné par l'émission d'une masse considérable de produits volcaniques, avec des volcans dont certains sont encore actifs, et forme ce que l'on désigne sous le nom de « grands rifts africains » qui dessinent une grande balafre nord-sud, de la mer Rouge au Mozambique. À l'extrême nord, dans la […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les eaux  »  : […] L' hydrologie africaine présente de très grands contrastes dans la répartition des ressources en eau opposant Afrique sèche et Afrique humide. Les cours d'eau, les lacs et les lignes de partage des eaux ont joué un rôle très important dans le tracé des frontières africaines. L'hydrographie a par ailleurs été abondamment sollicitée pour la dénomination des États et des circonscriptions administrat […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les chasseurs-cueilleurs acheuléens et la dispersion de « Homo » sp. »  : […] Les sites acheuléens datant de 1,7-1,6 Ma à 200 000-150 000 B.P. ( before present , c'est-à-dire par convention avant 1950, pour les datations obtenues à l'aide de la méthode du carbone 14) se distribuent sur l'ensemble du continent, avec cependant d'importantes variations régionales. Les densités sont relativement élevées en Afrique du Sud, en Afrique orientale, dans la vallée du Nil et dans le […] Lire la suite

BOUCLIER, géomorphologie

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 5 395 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fracturation et le volcanisme »  : […] Aux bombements et aux affaissements s'ajoute une fracturation typique affectant les socles comme les couvertures sédimentaires discordantes. Elle se manifeste, localement, par l'existence d'accidents grandioses, systèmes de failles ou de flexures, qui peuvent se développer sur des milliers de kilomètres et provoquer des rejets de plusieurs milliers de mètres. De toute évidence d'origine ancienne, […] Lire la suite

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les fractures et les divergences lithosphériques »  : […] Quatre zones de fractures ( rifting ) importantes se sont développées durant le Cénozoïque. Le rifting entre l“Europe du Nord et le Groenland (~ 55 Ma) fut associé à la P.M.A.N. L 'isolement du continent Antarctique s'opéra progressivement. L'Afrique s'en était séparée durant le Jurassique (~ 160 Ma), l'Inde durant le Crétacé inférieur (~ 125 Ma). La séparation du continent australien débuta au P […] Lire la suite

EAST SIDE STORY

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 600 mots

Proposée par le paléo-anthropologue Yves Coppens dès 1980, l' East Side Story est un scénario original qui explique l'origine de l'homme en se fondant non seulement sur des fossiles d'hominidés mais aussi sur des données chronologiques, environnementales et géographiques d'une région, la vallée du Rift. Et, pourtant, seul l'aspect géographique de cette théorie a été retenu et résumé ainsi : l'ho […] Lire la suite

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 456 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Hautes terres et basses terres »  : […] Plus que l'Afrique de l'Est et des Grands Lacs, l'Éthiopie, dont la superficie égale deux fois celle de la France (1 106 000 km 2 ), est « le toit de l'Afrique » (G. Gerster, 1975). Tout au long du Tertiaire, quand s'ouvrirent les fossés tectoniques de la mer Rouge, du golfe d'Aden et de l'Afrique de l'Est, surgirent des trapps (coulées de basaltes) volcaniques, stratifiés sur des milliers de mèt […] Lire la suite

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 525 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Une question de climat ? »  : […] Depuis toujours, l'évolution des êtres vivants a été conditionnée par la position des continents, par les changements de climat et de milieu et par d'autres phénomènes liés à l'évolution de la biosphère. Les Hominidés n'ont probablement pas fait exception à la règle. Il reste clair aujourd'hui que les plus anciens Hominidés sont africains et peut-être localisés en Afrique orientale. Il faut, cepe […] Lire la suite

KENYA

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Denis Constant MARTIN, 
  • Marie-Christine MARTIN, 
  • Hervé MAUPEU
  •  • 12 133 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Topographie et peuplement »  : […] Contraignant largement la géographie du Kenya, la topographie résulte en grande partie des effets combinés de la tectonique des plaques et du volcanisme effusif. À partir de l'ère secondaire, le soubassement précambrien de l'ouest du pays a été progressivement rehaussé à environ 1 000 mètres d'altitude, fracturé notamment par l'ouverture du rift oriental et par endroits recouvert d'effusions volc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Jacques TIERCELIN, « RIFT EST-AFRICAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rift-valleys-africains/