RHÉTORIQUE, notion de

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le discours contre le vrai

La rhétorique est, dès le début de son histoire, opposée à la philosophie : dénonçant les sophistes, Platon condamne dans le même geste la rhétorique qui est flatterie, et par là mensonge. Cette condamnation témoigne d'un pouvoir : entre la grammaire qui dit justement et la logique qui dit vrai, la rhétorique, troisième terme du trivium défini par les arts libéraux, élabore les règles du discours public. Elle serait apparue dans un contexte à la fois juridique et démocratique, en Sicile, au début du ve siècle avant Jésus-Christ, lors de procès tenus devant des jurys populaires. Le rhéteur, c'est alors l'avocat, celui qui s'engage par le discours (logos), devant l'assemblée populaire, sur l'agora, pour défendre ou accuser. Entre le cas juridique et la façon dont il est dit, le parti pris de l'orateur (rhèma) établit sa position. Certaines règles permettent de convaincre et de persuader l'auditoire : la rhétorique se constitue en en dressant l'inventaire. Elles peuvent être esthétiques, comme chez Gorgias ; mais, à partir de Protagoras, elles s'autonomisent et ne sont plus indexées sur des vérités extérieures et transcendantes (ce pourquoi la rhétorique donne à toute chose l'homme pour mesure, ce qui causera la condamnation platonicienne). La rhétorique se lie ainsi à l'incertitude démocratique : si la bonne décision est celle qui convainc le peuple, la persuasion rhétorique sera le moyen d'établir ce consensus ; la rhétorique est relativiste.

Aristote, dans sa Rhétorique (env. 367 av. J.-C.), propose un accord de cette science du langage et de la philosophie : il partage avec les sophistes une même fascination pour le langage et sa vertu herméneutique. Entre morale et logique, le philosophe reconnaît en effet à la rhétorique une spécificité, celle qui lie la décision sur le vrai à la fois à l'autorité mora [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres modernes, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  RHÉTORIQUE  » est également traité dans :

RHÉTORIQUE

  • Écrit par 
  • Françoise DOUAY-SOUBLIN
  •  • 6 015 mots

La rhétorique est l'art de dire quelque chose à quelqu'un ; l'art d'agir par la parole sur les opinions, les émotions, les décisions, du moins dans la limite des institutions et des normes qui, dans une société donnée, règlent l'influence mutuelle des sujets parlants. C'est aussi la discipline qui prépare méthodiquement à l'exercice de cet art, en apprenan […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Une première conception de l'allégorie provient de la rhétorique (Cicéron, Quintilien) : elle définit comme une « métaphore continuée » cette manière de parler qui désigne une chose par une autre (du grec allos , « autre », et agoreuein , « parler en public »). La métaphore, ou transposition, est une figure d'analogie : une comparaison implicite entre deux termes, suivant un rapport de ressemblan […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la tradition classique »  : […] Sans pouvoir entrer ici dans l'extrême complexité et la richesse immense de l'expérience grecque de l'affectivité et des passions – notamment dans la littérature tragique –, il est néanmoins possible de placer quelques repères significatifs chez les philosophes. « Le Grec, écrit E. R. Dodds, a toujours vu dans l'expérience d'une passion une chose mystérieuse et effrayante, l'expérience d'une forc […] Lire la suite

AGÔN, théâtre grec

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 161 mots

Substantif grec correspondant au verbe agô , « mener », qui désigne l'assemblée, puis le concours, en particulier sportif (Agôn personnifié — cf. Pausanias, Description de la Grèce , V, xxvi , 3 — avait sa statue à Olympie, tenant des haltères) et, plus généralement, toutes sortes de luttes et de combats. En rhétorique, le terme a le sens précis d'argument principal, par opposition à l'exorde et à […] Lire la suite

ALEMÁN MATEO (1547-env. 1615)

  • Écrit par 
  • Edmond CROS
  •  • 1 568 mots

Dans le chapitre « L'empire de la rhétorique »  : […] Le Livre du Gueux doit tout à l'art de l'éloquence, qui se présente ainsi comme une des sources du roman moderne. Ce n'est pas sans raison que Mateo Alemán présente son héros sous les traits d'un « excellent étudiant en latin, en rhétorique et en grec », justifiant ainsi le choix de son cadre autobiographique, détail capital sur le plan de la recherche de la vraisemblance. Certes, cette recherche […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

On définit généralement l'allégorie en la comparant au symbole , dont elle est le développement logique, systématique et détaillé. Ainsi, dans la poésie lyrique, l'image de la rose apparaît souvent comme le symbole de la beauté, de la pureté ou de l'amour ; Guillaume de Lorris en a fait une allégorie en racontant les aventures d'un jeune homme épris d'un bouton de rose. Il est évident qu'entre le […] Lire la suite

ANAPHORE, linguistique

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 198 mots

Dans la rhétorique traditionnelle, figure de style qui consiste à répéter le même mot ou le même tour en tête de plusieurs membres de phrase, pour obtenir une symétrie ou pour donner plus de force à l'énoncé ; ainsi : Rome, l'unique objet de mon ressentiment, / Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant, / Rome qui t'a vu naître et que ton cœur adore, / Rome enfin, ... (Corneille). La li […] Lire la suite

ANTIPHON DE RHAMNONTE (480 av. J.-C.?-411 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 396 mots

Orateur et homme d'État athénien actif vers 480-411 av. J.-C. Antiphon exerce comme logographe – il compose des discours pour des clients qui doivent assurer leur défense devant un tribunal –, une profession particulièrement utile dans le climat de suspicion qui règne à Athènes à la fin de la guerre du Péloponnèse contre Sparte. Sur le terrain politique, Antiphon est l'instigateur de la révoluti […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Délimitation du domaine arabe : les deux rhétoriques »  : […] Il faut commencer par dissiper un malentendu qui pourrait résulter de l'application du terme « grec » de rhétorique au domaine arabe. Rhétorique traduit, en effet, deux mots arabes : khaṭāba et balāgha . Or parler de rhétorique à propos de la balāgha relève beaucoup plus de l'adaptation approximative que de la traduction : les « champs d'observation » de ces deux disciplines ne coïncident, comm […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rhétorique »  : […] Très remarquable à cet égard est la Rhétorique d'Aristote, que la tradition n'a pas rangée dans l' Organon , mais qui n'en est pas moins une partie importante de la théorie du logos. À la différence du discours dialectique, qui s'adresse à l'homme en tant seulement qu'il peut répondre à ce qu'on lui dit, c'est-à-dire à l'homme en tant que parlant, le discours rhétorique s'adresse à l'homme total, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain BRUNN, « RHÉTORIQUE, notion de », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rhetorique-notion-de/