RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La conscription, du Directoire au premier Empire

Avant de disparaître, le Directoire avait voté en janvier 1798 la loi de la conscription, qu'il légua comme bien d'autres mesures au Consulat. Cette loi, présentée par Jourdan, prévoyait chaque année l'appel sous les drapeaux des jeunes gens. Tous les Français d'« âge militaire », c'est-à-dire âgés de vingt ans révolus, devaient être inscrits ensemble, c'est-à-dire conscrits, sur les tableaux de recrutement de l'armée ; ils y restaient inscrits jusqu'à l'âge de vingt-cinq ans. Tous les Français nés la même année formaient une classe, la première à partir étant formée des plus jeunes. Le service durait cinq ans. Comme on espérait ne pas avoir besoin de tous les conscrits, seuls les plus jeunes de la classe appelée partiraient. Le système fut très vite vicié par le tirage au sort qui désigna ceux qui iraient sous les drapeaux et par le remplacement qui permettait, en achetant un homme, d'échapper à la conscription. Celle-ci suscita, plus que la réquisition, des refus, des insoumissions et des révoltes.

Le Consulat et l'Empire reprirent dans ses grandes lignes la loi Jourdan, y ajoutant des règlements administratifs pour son application. Le nombre des conscrits et l'appel d'une ou de plusieurs classes furent d'abord fixés par le corps législatif, puis, à partir de 1805, par l'empereur sous forme de senatus-consulte. La loi répartissait le contingent entre les départements. Les conseils généraux indiquaient le contingent de chaque arrondissement, l'arrondissement aux communes, et c'étaient en dernier ressort les municipalités qui présidaient aux opérations de la conscription et notamment à l'établissement du conseil de révision qui se prononçait sur les exemptions. Devant la multiplication des exemptions de complaisance, les municipalités perdirent leurs attributions et ce furent les préfets et les sous-préfets qui eurent la haute main sur la conscription. Dès 1800, d'ailleurs, une circulaire ministérielle leur avait appris que c'était là la première de leurs missions et que ce serait sur elle qu'ils seraient jugés.

En 1803, 174 000 hommes des classes de 1792 à 1799 avaient été maintenus sous les drapeaux et, à partir de 1805, la pratique se généralisa, si bien que le conscrit s'en allant rejoindre une unité ne savait jamais combien de temps durerait son service. En 1805, et plus encore en 1811, on usa du rappel des classes anciennes et on anticipa sur le départ des classes nouvelles. Le bon numéro tiré – le plus éloigné du chiffre 1 – ne garantissait plus contre un prompt départ.

La contribution demandée à la France fut relativement légère, mais le chiffre des levées alla en augmentant, passant de 113 000 hommes en 1805 à 165 000 en 1806 et à plus d'un million pour celles de 1812 et 1813. Au total, ce furent 2 millions d'hommes qui s'incorporèrent aux régiments, soit 37 p. 100 des mobilisables et 7 p. 100 de la population totale. Conscription inégalitaire, elle pesa plus sur l'Ariège que sur la Seine, par exemple, moins sur les départements du Sud que sur ceux du Nord. À l'intérieur d'un département, il y eut des disparités entre les cantons : dans le Calvados, le canton de Honfleur fournit plus de soldats par rapport à sa population que celui, voisin, de Coulibeuf. Si certaines villes comme celles de la Sarthe ou de la Haute-Loire donnèrent plus que les campagnes, d'autres, dans la Seine ou la Loire, contribuèrent moins. Inégalité aussi selon les classes sociales : le pauvre partit plus que le riche capable d'acheter un remplaçant 5 000 francs, voire, en certaines époques, 10 000 francs, soit dix fois le prix d'un champ d'oliviers dans le Midi ! Le fils du bourgeois ne songea pas toujours à fuir la conscription. À Paris, des fils de négociants ou de rentiers furent même volontaires : prestige persistant de la carrière militaire hérité d'un temps où elle était l'apanage de la classe aristocratique, prestige renforcé encore par la politique de Napoléon à l'égard des officiers.

Les insoumis furent plus nombreux dans certaines régions que dans d'autres : dans le Nord longtemps habitué à racheter le service, dans l'Ouest récemment insurgé, dans le Massif central ou les Pyrénées, pays de petits propriétaires qui voulaient garder une main-d'œuvre indispensable, dans les départements aquitains ayant une longue tradition de rébellion contre l'État centralisateur. L'insoumission se généralisa avec la crise de 1811, le divorce de la bourgeoisie a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire moderne à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, agrégé de l'Université, docteur ès lettres

Classification

Autres références

«  RÉVOLUTION & EMPIRE, armée  » est également traité dans :

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 929 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Révolution et premier Empire français »  : […] Cette organisation militaire solide, la Convention en héritera, malgré les désordres de la Révolution. Forte d'une autorité sans frein et riche de toutes les ressources nationales d'un pays prospère, elle dispose, par la réquisition, de masses, jusqu'alors inconnues, de près d'un million d'hommes, réparties en plusieurs armées sur toutes les frontières. En 1793, le système des divisions mixtes est […] Lire la suite

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 994 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Masse, manœuvre et idéologie »  : […] La royauté française expirante léguait à la Révolution une armée dotée d'un règlement de manœuvre (1791), de l'amorce de l'organisation divisionnaire (1788) et d'un armement qui restera en service pendant toutes les guerres de la Révolution et de l'Empire (fusil 1777 et artillerie Gribeauval). La Révolution remplit ces structures de la masse des citoyens, les anima d'une idéologie dynamique et co […] Lire la suite

AUGEREAU CHARLES PIERRE FRANÇOIS (1757-1816) maréchal d'Empire (1804) duc de Castiglione (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 320 mots

L'un des seuls Parisiens d'origine parmi les généraux de la Révolution et de l'Empire. Fils d'un domestique et d'une fruitière, Augereau s'engage à dix-sept ans, puis passe dans l'armée napolitaine. En 1790, il rentre de Naples où il avait fini par devenir maître d'armes, et s'engage comme volontaire. Général de division en 1793, envoyé à l'armée d'Italie en fin 1795, il entre alors dans la légend […] Lire la suite

AUSTERLITZ BATAILLE D' (1805)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 299 mots
  •  • 1 média

En septembre 1804, renonçant à envahir l'Angleterre, Napoléon lance la Grande Armée depuis les côtes de la mer du Nord au cœur de l'Europe pour frapper séparément les coalisés russes et autrichiens. Après avoir obtenu la reddition du général Mack à Ulm le 20 octobre et fait son entrée dans Vienne abandonnée le 14 novembre, il recherche une victoire décisive sur les armées alliées de l'empereur d'A […] Lire la suite

BARRAS PAUL comte de (1755-1829)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 680 mots

Issu d'une famille provençale noble, Barras entre dans l'armée à seize ans, fait campagne aux Indes puis sous les ordres de Suffren, et donne sa démission à la fin de la guerre d'Indépendance. Suivent quelques années plus indolentes qu'actives, d'où il émerge inopinément comme député du Var à la Convention. Il y siège à la Montagne, vote la mort de Louis XVI, est envoyé dans le Midi pour une missi […] Lire la suite

BERNADOTTE JEAN-BAPTISTE (1763-1844), roi de Suède et de Norvège sous le nom de CHARLES XIV (1818-1844)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 546 mots
  •  • 1 média

Fils d'un magistrat de Pau, engagé à dix-sept ans, sergent-major en 1788 et connu alors sous le sobriquet de « Belle Jambe », Bernadotte prend ses grades dans les armées de la Révolution, devient le lieutenant de Jourdan à l'armée de Sambre-et-Meuse puis de Bonaparte à l'armée d'Italie. Ambassadeur à Vienne pendant deux mois en 1798, il y rencontre Beethoven et lui conseille de consacrer une symph […] Lire la suite

BERTHIER ALEXANDRE (1753-1815) maréchal d'Empire (1804) prince de Neuchâtel (1806) prince de Wagram (1809)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 539 mots

Né à Versailles, ingénieur-géographe et officier de carrière, combattant valeureux de la guerre d'Amérique, Berthier, déjà connu comme officier d'état-major modèle, est lieutenant-colonel en 1789 ; avant de devenir le major-général (c'est-à-dire chef d'état-major) de Napoléon, il est celui de La Fayette à la tête de la garde nationale parisienne dès l'automne de 1789. Patriote à tout le moins fort […] Lire la suite

BRUNE GUILLAUME MARIE ANNE (1763-1815) maréchal d'Empire (1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 472 mots

Né à Brive-la-Gaillarde, clerc de procureur, puis imprimeur à Paris, Brune offre un exemple typique d'homme que rien ne semblait appeler à la carrière ni à la gloire des armes et dont la Révolution seule fit un soldat. (Parmi les autres maréchaux d'Empire, on pourrait citer encore le cas de Gouvion-Saint-Cyr, artiste peintre jusqu'en 1792.) Au début de la Révolution, Brune se lance dans le journal […] Lire la suite

COALITION GUERRES DE (1792-1815)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe. La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes posses […] Lire la suite

CONSCRIPTION MILITAIRE

  • Écrit par 
  • Henry DUTAILLY
  •  • 787 mots
  •  • 1 média

Inscription individuelle, sur les rôles de l'armée, sans distinction de classes sociales, de tous les jeunes gens ayant atteint l'âge fixé par la loi. Pour qu'elle apparût, deux conditions étaient nécessaires : en premier lieu, au militaire subordonné à son souverain par un lien personnel quasi féodal devait se substituer le soldat citoyen, émanation armée de la nation ; en second lieu, il fallait […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul BERTAUD, « RÉVOLUTION & EMPIRE, armée », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/