JUILLET RÉVOLUTION DE (1830)

CARBONARISME ou CHARBONNERIE

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 082 mots

Société secrète, répandue dans divers États européens pendant le premier tiers du xix e siècle, particulièrement en Italie, où elle suscite les débuts du Risorgimento national. En raison même de sa nature, de la fragmentation de ses structures et de ses localisations, la charbonnerie (appellation française ; les membres italiens de l'organisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonarisme-charbonnerie/#i_16882

CARREL ARMAND (1800-1836)

  • Écrit par 
  • Élisabeth CAZENAVE
  •  • 270 mots

Fils d'un marchand drapier de Rouen, Armand Carrel entre à l'école de Saint-Cyr en 1818 et y fait preuve à la fois de libéralisme et de militarisme. Sorti sous-lieutenant, il est affecté au 29 e de ligne de Verdun, où il est mêlé en 1822 à la conspiration libérale de Colmar. Muté à Marseille, il prend position dans une lettre envoyée aux Cortes espagnoles pour la Constitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-carrel/#i_16882

CHARLES X (1757-1836) roi de France (1824-1830)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 516 mots
  •  • 1 média

Né à Versailles le 9 octobre 1757, Charles était le quatrième fils du dauphin Louis (fils de Louis XV, mort en 1765 sans avoir régné). À la cour de Versailles, la vie du jeune comte d'Artois (tel était son titre) fut celle d'un écervelé aimable et libertin, fort empressé auprès des dames qui se plaisaient à le surnommer chevaleresquement Galaor. Dans la crise de 1789, Artois soutint le parti de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-x/#i_16882

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'organisation lente et fragmentaire de la discipline »  : […] La révolution de 1830 permet à l'économie de faire une percée. L'hostilité au libéralisme économique n'est plus de mise et le régime, se sentant menacé par la montée du socialisme, décide de donner aux économistes libéraux les moyens de s'exprimer, de façon à ce qu'ils présentent comme une nécessité scientifique la politique que Louis-Philippe met en place. En mars 1831, consécration suprême, Say […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_16882

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 922 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Consolider la Révolution (1830-1848) »  : […] La Révolution de juillet 1830 sembla rejouer celle de 1789. Se souvenant de la faiblesse de caractère de son frère Louis XVI, Charles X voulut frapper durement l'opposition libérale qui se manifestait à la Chambre des députés. Les Trois Glorieuses (27-29 juillet) qui en résultèrent opposèrent ainsi le roi sacré qui désirait l'absolutisme, d'un côté, et le peuple de Paris, son drapeau bleu-blanc-r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/#i_16882

JUILLET MONARCHIE DE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 8 485 mots
  •  • 2 médias

La monarchie de Juillet tire son nom de l'émeute qui se transforma en révolution, les 27, 28 et 29 juillet 1830 (les Trois Glorieuses). Cette origine révolutionnaire et le choix du duc d'Orléans, devenu Louis-Philippe , parce que Bourbon pour les uns, quoique Bourbon pour d'autres, expliquent l'ambiguïté du régime qu'une autre révolution devait emporter dix-huit ans plus tard. La France connut pen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie-de-juillet/#i_16882

MARMONT AUGUSTE FRÉDÉRIC LOUIS VIESSE DE (1774-1852) duc de Raguse

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 308 mots

Issu d'une famille noble de Bourgogne, jeune officier d'artillerie sous la Révolution, Marmont a la chance d'être remarqué par Bonaparte au siège de Toulon et d'être pris par lui comme aide de camp. En Italie, en Égypte, lors du 18-Brumaire, à Marengo enfin, il seconde intelligemment son maître. Napoléon a pour lui une affection presque paternelle, mais n'en fait pas un de ses premiers maréchaux e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marmont-auguste-frederic-louis-viesse-de-duc-de-raguse/#i_16882

MARSEILLAISE LA

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 2 970 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le chant de la résistance républicaine »  : […] Sous l’Empire (1804-1815), La Marseillaise est interdite, au profit du Chant du d épart ou de Veillons au salut de l’Empire , un hymne révolutionnaire créé en 1791. La   Marseillaise devient alors, et pour longtemps, un ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marseillaise-la/#i_16882

NATIONAL LE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 536 mots

L'origine des capitaux qui permirent la création du National n'a pas été clairement établie, mais on peut estimer qu'une partie fut d'origine orléaniste. Le journal fut lancé le 3 janvier 1830 par trois associés : Thiers, qui ne se trouvait plus assez libre au Constitutionnel , Mignet, son ami venu du Courrier français , et Armand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-national/#i_16882

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 011 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fin du régime (1828-1830) »  : […] De janvier 1828 à août 1829, le ministère Martignac essaie vainement de se concilier la gauche ; au demeurant, le roi ne le souhaite pas et saisit la première occasion pour se débarrasser de son ministre. Le 8 août 1829, un nouveau ministère est formé, sous la direction du prince de Polignac. Il ne comprend que des ultras, notamment La Bourdonnaye et Louis Bourmont. L'opinion réagit avec une extr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_16882

SAINT-ANTOINE FAUBOURG

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 851 mots

Édifié à partir du xvi e  siècle autour de l'abbaye du même nom, entre la Bastille et la place du Trône, le faubourg Saint-Antoine a été, à plusieurs reprises, un lieu d'affrontements et un foyer d'agitation dans la capitale, et cela dès le xvii e  siècle. S'il ne prit pas part à la Fronde civile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faubourg-saint-antoine/#i_16882

SAINT-SIMON CLAUDE HENRI DE ROUVROY comte de (1760-1825) ET SAINT-SIMONISME

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL, 
  • Ernest LABROUSSE
  •  • 6 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La prédication saint-simonienne avant la condamnation d'Enfantin »  : […] En ébranlant l'ordre politique, en remettant en cause les idées reçues, la révolution de Juillet fut une chance que les saint-simoniens saisirent avec empressement. Les prédications se multiplient à Paris comme en province. L'Église du Midi se développe sous la direction de Rességuier et de Bouffart ; la bourgeoisie cultivée de Montpellier est parfois acquise aux idées du mouvement ; à Lyon, Jean […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-simon-et-saint-simonisme/#i_16882

THIERS ADOLPHE (1797-1877)

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL
  •  • 2 091 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un Rastignac marseillais »  : […] Adolphe Thiers est né à Marseille. Après de bonnes études au lycée de cette ville, il étudie le droit à Aix, est lauréat de l'académie d'Aix. En septembre 1821 il « monte » à Paris où il rejoint Mignet auquel le liera une amitié de près de soixante ans. Thiers se lance dans le journalisme libéral ; il écrit dans Le Constitutionnel , est le correspondant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-thiers/#i_16882