REVENU NATIONAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tentatives de mesure du revenu national et choix politiques

Le revenu national n'a pas été seulement l'objet de débats théoriques entre philosophes. Ainsi, ceux qui ont cherché à le mesurer concrètement ont été, depuis toujours, guidés par des préoccupations précises dont la principale était d'éclairer les choix politiques de l'État.

Les premières estimations connues du revenu national sont celles de William Petty, de Gregory King et de Charles Davenant, en Angleterre, entre 1667 et 1695. Petty avait, sans doute, une gamme d'intérêts très large, mais King et Davenant semblent avoir eu pour principal but d'évaluer la capacité qu'avait leur pays de mener avec succès une guerre contre la France. Ils voulaient évaluer la viabilité du projet politique qu'entretenait une partie de l'élite anglaise de dominer le commerce mondial.

En France, les premières estimations connues du revenu national ont été réalisées par Boisguillebert et Vauban, entre 1690 et 1700. Boisguillebert semble avoir eu pour but de montrer, chiffres à l'appui, que la politique militaire de Louis XIV, la révocation de l'édit de Nantes, les règlements entravant le commerce et la concentration des impôts sur les travailleurs avaient appauvri la France. Apparemment, il souhaitait que la France revînt à la politique menée par Henri IV.

Sous la Révolution française, des estimations du revenu national vont être conduites par le chimiste Lavoisier (en 1791) et, quelques années plus tard, par le mathématicien Lagrange. Ces estimations ont pour but d'évaluer les capacités militaires de la France – qui est alors en guerre contre une coalition européenne – et aussi de montrer que, depuis la Révolution, le niveau de vie du peuple s'est amélioré.

Pendant le xixe siècle, on peut relever de nombreuses tentatives de calcul du revenu national en France et au Royaume-Uni, toutes provenant néanmoins de l'initiative privée de quelques chercheurs. Il faudra attendre les années 1930, lorsque commence la comptabilité nationale moderne, pour que l'État s'intéresse de nouveau à la mesure du revenu national. L'Europe et l'Amérique sont alors en pleine dépression économique et ont besoin, avec urgence, d'un système cohérent et complet de comptes nationaux afin d'évaluer les conséquences quantitatives de leurs choix politiques. Le ralentissement de l'activité provoqué par la récession avait entraîné, entre autres, une diminution des revenus et de la demande ainsi qu'une chute des recettes fiscales, de telle manière que les États étaient obligés de choisir entre trois options : augmenter les impôts, réduire les dépenses ou faire appel à l'emprunt. Nombre d'économistes ont compris que seul un système relié de comptes nationaux permettrait de chiffrer les conséquences de ces différentes mesures sur le revenu national.

Quelques années plus tard, avec la Seconde Guerre mondiale, les gouvernements se sont vus dans l'obligation de savoir exactement combien d'hommes ils pouvaient mobiliser dans les forces armées sans porter atteinte aux capacités productives de leur pays, et de préciser le montant des commandes militaires qu'ils pouvaient passer à l'industrie sans créer des goulots d'étranglement ou des ruptures du ravitaillement de la population. C'est essentiellement en raison des besoins de la guerre que les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni ont abandonné, comme concept de base, le revenu national net au profit du produit national brut, qui est légèrement différent mais qui précise mieux que le revenu national ce qui peut être prélevé, dans les ressources d'un pays, lors d'un effort exceptionnel et de courte durée. Toutefois, l'habitude de dire national income, plutôt que « produit national brut », est encore fortement ancrée chez les Anglo-Saxons.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : chercheur au G.R.E.S.E., université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : président de l'Association pour la diffusion de l'économie politique

Classification

Autres références

«  REVENU NATIONAL  » est également traité dans :

AGRÉGAT ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 482 mots

Dans le chapitre « De l'arithmétique politique à la comptabilité nationale »  : […] Le calcul de grandeurs caractéristiques de l'économie nationale remonte pourtant loin. En 1676, William Petty élaborait, dans son ouvrage, Political Arithmetick , une estimation du revenu ( income ) et de la dépense ( expence ) de l'Angleterre pour 1664. Quelques années plus tard, Gregory King fournissait, pour huit ans consécutifs, ces mêmes grandeurs pour l'Angleterre, la France et la Holland […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Europe de l'Est : le modèle soviétique d'industrialisation »  : […] En Europe de l'Est, certaines démocraties populaires étaient déjà relativement industrialisées au moment du passage au communisme. En Tchécoslovaquie et en Allemagne orientale (devenue R.D.A. en 1949), la population active occupée dans l'industrie représentait près de 40 p. 100 de l'emploi total de 1948-1949, contre une proportion de 10 à 20 p. 100 dans les autres démocraties populaires europée […] Lire la suite

COMPTABILITÉ NATIONALE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 11 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les agrégats intérieurs »  : […] Ces deux colonnes permettent de lire directement les agrégats intérieurs (concernant l'ensemble des unités institutionnelles résidentes) correspondant, d'une part, aux différentes opérations (sur produits, de répartition et financières) et, d'autre part, aux soldes des comptes de l'économie nationale (C.D.F./B.D.F., épargne, revenu national disponible, revenu national [aux prix du marché], excéde […] Lire la suite

DÉPRESSION ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 3 168 mots

Dans le chapitre « L'analyse keynésienne »  : […] Antérieurement à Keynes, la théorie prépondérante imputait le chômage et l'insuffisance de la production à la rigidité des salaires à la baisse (due elle-même à la pression des syndicats ouvriers), la persistance des phénomènes dépressifs étant expliquée par le maintien du taux de salaire à un niveau supérieur à celui de la productivité marginale de la main-d'œuvre. Keynes suppose le niveau d'emp […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 1 635 mots

Dans le chapitre « Normes et indicateurs »  : […] La notion de développement peut désigner d'abord un processus historique par lequel les sociétés se transforment. C'est alors un concept positif, dont l'analyse relève de la description des changements de tous ordres enregistrés dans la durée. Mais l'idée de développement comporte également une dimension normative ; elle renvoie, d'une manière générale, à la notion de progrès, qui peut désigner, […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 854 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalisation des taux de profit »  : […] Cette critique est liée étroitement à une autre, plus fondamentale encore. Smith détermine les prix naturels en supposant donnés les taux de salaire, de profit et de rente, les salaires, les profits et les rentes étant les composantes du prix naturel. La théorie de la rente différentielle va cependant permettre d'exclure celle-ci des composantes des prix. En conséquence de quoi, le revenu nation […] Lire la suite

HICKS JOHN RICHARD (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 658 mots

Économiste britannique, Hicks a mené de front des activités de professeur (à l'université de Manchester jusqu'en 1946, puis, à partir de 1952, au All Souls College à Oxford) et la rédaction de nombreux ouvrages de qualité. Dès 1932, il publie La Théorie des salaires ( Theory of Wages ), où il développe sa conception des « inventions induites » ; selon lui, les entrepreneurs sont peu enclins à con […] Lire la suite

IMPÔT - Économie fiscale

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 4 359 mots
  •  • 1 média

Parce que l'État occupe aujourd'hui, dans la plupart des pays développés, une place considérable dans l'économie, les prélèvements obligatoires qui en assurent le financement sont au cœur de débats incessants et de réflexions en constant renouvellement. Les modalités du prélèvement, la structure générale ou l'architecture du système fiscal, le contexte économique et technologique dans lequel s'in […] Lire la suite

INDUSTRIE - Industrialisation et formes de société

  • Écrit par 
  • Samir AMIN
  •  • 8 855 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Croissance du secteur tertiaire dans le revenu national »  : […] La prédominance de la production industrielle dans le revenu national s'affirme de la même manière comme le résultat principal de l'industrialisation. Sur la base 100 en 1938, la production industrielle française passe de 6,3 avant la Révolution à 19,5 au milieu du xix e  siècle, 57,8 pour les années 1905-1913 et 187,7 pour la période de 1955 à 1959. Cette progression, de l'ordre de 2 p. 100 l'an […] Lire la suite

INÉGALITÉS - Analyse et critique

  • Écrit par 
  • Alain BIHR, 
  • Roland PFEFFERKORN
  •  • 9 523 mots

Dans le chapitre «  Comment réduire les inégalités ? »  : […] La réduction des inégalités économiques et sociales, pour indispensable qu'elle soit, n'en est pas moins un travail de Sisyphe. C'est une œuvre politique toujours à reprendre, car les inégalités sociales ne sont jamais que des effets de surface résultant de l'action de structures profondes. Elles résultent en particulier des rapports de production, des rapports de classes ou de la division du trav […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou des aides personnalisées au logement (APL). Le gouvernement approuve également le versement d’une prime aux personnels hospitaliers, ainsi qu’une majoration de la rémunération de leurs heures supplémentaires. Enfin, une prime doit être versée aux agents publics soumis […] Lire la suite

4-29 avril 2019 France. Annonce des mesures inspirées par le « grand débat national ».

national » lancé en réponse à la crise des « gilets jaunes ». Le 8, le Premier ministre Édouard Philippe réunit le gouvernement, les directeurs d’administration centrale et des représentants syndicaux et associatifs pour présenter les premières conclusions du grand débat national. Relevant notamment l’« immense exaspération fiscale » qui s’en dégage […] Lire la suite

13 septembre 2018 France. Présentation du plan de lutte contre la pauvreté.

revenu universel d’activité » fusionnant plusieurs minima sociaux, ainsi que la résorption des bidonvilles. L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) estime à huit millions huit cent mille le nombre de pauvres dans le pays, soit 14 p. 100 de la population. Sont considérées comme pauvres les personnes disposant de moins […] Lire la suite

4-17 juin 2008 Israël – Autorité palestinienne. Accord de cessez-le-feu dans la bande de Gaza

revenu, à rouvrir progressivement les points de passage vers le territoire palestinien soumis à un blocus depuis juin 2007. L'accord pourrait ensuite être étendu à la Cisjordanie.  […] Lire la suite

2-25 avril 1991 U.R.S.S. Plan anticrise de Mikhaïl Gorbatchev accepté dans neuf des quinze républiques fédérées

revenu national de 12 p. 100 au premier trimestre de 1991, état catastrophique des finances publiques, baisse du pouvoir d'achat, généralisation du troc. Pour faire face, il préconise un « plan anticrise » : désétatisation, démonopolisation, privatisations. Mais il demande aussi des pouvoirs spéciaux, pour interdire grèves et manifestations pendant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique PAREL, Francisco VERGARA, « REVENU NATIONAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/revenu-national/