REVENU NATIONAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le débat sur les prix

Jusqu'ici, l'exposé a essentiellement porté sur ce que l'on inclut et ce que l'on n'inclut pas dans le revenu national. Mais, si l'on veut disposer d'une évaluation chiffrée de celui-ci, alors on doit faire appel à un système de prix. Cela pose un problème complexe car il n'y a pas un système de prix unique pour faire une telle évaluation. Prenons un exemple : la comparaison du revenu national d'un pays entre deux années différentes. À première vue, il y a deux possibilités : utiliser les prix de l'année de départ ou bien ceux de l'année d'arrivée. Mais les résultats seront, en règle générale, différents selon les prix choisis. Il est même possible que les résultats soient contradictoires, c'est-à-dire qu'avec un système de prix le revenu ait augmenté tandis qu'avec un autre il ait diminué. Comment savoir alors si, par exemple, le pays s'est enrichi ou non, si la politique économique appliquée a été bonne ou mauvaise ?

Mais pourquoi choisir entre le système de prix de l'année initiale et celui de l'année finale ? Il semble tout aussi légitime d'utiliser n'importe quelle moyenne de ces deux systèmes de prix. Et pourquoi utiliser les prix du pays considéré ? Ainsi, lorsque la C.I.A. réalisait des estimations du revenu des anciens pays communistes, elle multipliait leur production parfois par les prix moyens du commerce international, parfois par les prix moyens de l'O.C.D.E. On peut même imaginer un système de « prix vrais », qui refléterait mieux que les prix constatés la véritable contribution au bien-être des différents produits ou leurs véritables coûts de production pour la société.

On entend souvent dire que les meilleurs prix à utiliser, pour évaluer le revenu national, seraient ceux qui se sont « formés librement sur le marché » car ils auraient l'avantage d'être moins frappés de « distorsions ». Cette question est fort complexe, et les économistes John R. Hicks et Amarthya Sen attirent l'attention sur le nombre impressionnant d'hypothèses cachées que contiennent les propositions de ce genre.

Comme l'a très bien expliqué Amarthya Sen, derrière le choix d'un ensemble de prix il y a en général des « jugements de valeur [...] qui sont souvent implicitement acceptés plutôt qu'explicitement énoncés ». Si l'on cherche à calculer le revenu national, c'est notamment pour effectuer des comparaisons, par exemple, entre le présent et le passé, ou entre deux pays, ou entre des couches sociales différentes. Il semble impossible de dire qu'un système de prix « contient des distorsions » si l'on n'a pas d'abord explicité ce que l'on veut comparer, et pourquoi. En dernière instance, ce que l'on veut savoir c'est si la situation (à un instant donné ou dans un pays donné) est meilleure ou pire (qu'avant ou que dans un autre pays) ; ce qui revient à se demander quel est le but de la vie sociale, ce qui est « bien » et ce qui est « mal », et donc à se poser des questions qui relèvent de l'éthique. Si le choix d'un système de prix donne une réponse tandis que le choix d'un autre système donne la réponse contraire, il est évident que s'est glissée subrepticement, dans les prix choisis, une réponse à la question qu'on se posait.

Parmi les économistes, l'opinion majoritaire à l'heure actuelle est que le but véritable de l'activité économique est l'accroissement du « bien-être collectif » (social welfare). Toutefois, il existe un débat sur le rôle que joue le niveau du revenu national dans le bien-être. Les économistes les plus prestigieux, depuis John Stuart Mill au moins, sont d'accord pour soutenir que, à partir d'un certain niveau de richesse (niveau que les pays développés ont atteint depuis longtemps), l'augmentation du revenu national est un assez mauvais indicateur de l'accroissement du bien-être. Nombre d'auteurs pensent qu'à partir d'un certain niveau de richesse, la croissance économique (l'augmentation du revenu national) pourrait diminuer et non augmenter le bonheur de la communauté. D'ailleurs, dans l'indicateur de développement humain, construit par les experts des Nations unies afin de classer les pays d'après leur niveau d'épanouissement, une place assez limitée est accordée au revenu par tête.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : chercheur au G.R.E.S.E., université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : président de l'Association pour la diffusion de l'économie politique

Classification

Autres références

«  REVENU NATIONAL  » est également traité dans :

AGRÉGAT ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 482 mots

Dans le chapitre « De l'arithmétique politique à la comptabilité nationale »  : […] Le calcul de grandeurs caractéristiques de l'économie nationale remonte pourtant loin. En 1676, William Petty élaborait, dans son ouvrage, Political Arithmetick , une estimation du revenu ( income ) et de la dépense ( expence ) de l'Angleterre pour 1664. Quelques années plus tard, Gregory King fournissait, pour huit ans consécutifs, ces mêmes grandeurs pour l'Angleterre, la France et la Holland […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Europe de l'Est : le modèle soviétique d'industrialisation »  : […] En Europe de l'Est, certaines démocraties populaires étaient déjà relativement industrialisées au moment du passage au communisme. En Tchécoslovaquie et en Allemagne orientale (devenue R.D.A. en 1949), la population active occupée dans l'industrie représentait près de 40 p. 100 de l'emploi total de 1948-1949, contre une proportion de 10 à 20 p. 100 dans les autres démocraties populaires europée […] Lire la suite

COMPTABILITÉ NATIONALE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 11 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les agrégats intérieurs »  : […] Ces deux colonnes permettent de lire directement les agrégats intérieurs (concernant l'ensemble des unités institutionnelles résidentes) correspondant, d'une part, aux différentes opérations (sur produits, de répartition et financières) et, d'autre part, aux soldes des comptes de l'économie nationale (C.D.F./B.D.F., épargne, revenu national disponible, revenu national [aux prix du marché], excéde […] Lire la suite

DÉPRESSION ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 3 168 mots

Dans le chapitre « L'analyse keynésienne »  : […] Antérieurement à Keynes, la théorie prépondérante imputait le chômage et l'insuffisance de la production à la rigidité des salaires à la baisse (due elle-même à la pression des syndicats ouvriers), la persistance des phénomènes dépressifs étant expliquée par le maintien du taux de salaire à un niveau supérieur à celui de la productivité marginale de la main-d'œuvre. Keynes suppose le niveau d'emp […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 1 635 mots

Dans le chapitre « Normes et indicateurs »  : […] La notion de développement peut désigner d'abord un processus historique par lequel les sociétés se transforment. C'est alors un concept positif, dont l'analyse relève de la description des changements de tous ordres enregistrés dans la durée. Mais l'idée de développement comporte également une dimension normative ; elle renvoie, d'une manière générale, à la notion de progrès, qui peut désigner, […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 854 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalisation des taux de profit »  : […] Cette critique est liée étroitement à une autre, plus fondamentale encore. Smith détermine les prix naturels en supposant donnés les taux de salaire, de profit et de rente, les salaires, les profits et les rentes étant les composantes du prix naturel. La théorie de la rente différentielle va cependant permettre d'exclure celle-ci des composantes des prix. En conséquence de quoi, le revenu nation […] Lire la suite

HICKS JOHN RICHARD (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 658 mots

Économiste britannique, Hicks a mené de front des activités de professeur (à l'université de Manchester jusqu'en 1946, puis, à partir de 1952, au All Souls College à Oxford) et la rédaction de nombreux ouvrages de qualité. Dès 1932, il publie La Théorie des salaires ( Theory of Wages ), où il développe sa conception des « inventions induites » ; selon lui, les entrepreneurs sont peu enclins à con […] Lire la suite

IMPÔT - Économie fiscale

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 4 359 mots
  •  • 1 média

Parce que l'État occupe aujourd'hui, dans la plupart des pays développés, une place considérable dans l'économie, les prélèvements obligatoires qui en assurent le financement sont au cœur de débats incessants et de réflexions en constant renouvellement. Les modalités du prélèvement, la structure générale ou l'architecture du système fiscal, le contexte économique et technologique dans lequel s'in […] Lire la suite

INDUSTRIE - Industrialisation et formes de société

  • Écrit par 
  • Samir AMIN
  •  • 8 855 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Croissance du secteur tertiaire dans le revenu national »  : […] La prédominance de la production industrielle dans le revenu national s'affirme de la même manière comme le résultat principal de l'industrialisation. Sur la base 100 en 1938, la production industrielle française passe de 6,3 avant la Révolution à 19,5 au milieu du xix e  siècle, 57,8 pour les années 1905-1913 et 187,7 pour la période de 1955 à 1959. Cette progression, de l'ordre de 2 p. 100 l'an […] Lire la suite

INÉGALITÉS - Analyse et critique

  • Écrit par 
  • Alain BIHR, 
  • Roland PFEFFERKORN
  •  • 9 523 mots

Dans le chapitre «  Comment réduire les inégalités ? »  : […] La réduction des inégalités économiques et sociales, pour indispensable qu'elle soit, n'en est pas moins un travail de Sisyphe. C'est une œuvre politique toujours à reprendre, car les inégalités sociales ne sont jamais que des effets de surface résultant de l'action de structures profondes. Elles résultent en particulier des rapports de production, des rapports de classes ou de la division du trav […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou des aides personnalisées au logement (APL). Le gouvernement approuve également le versement d’une prime aux personnels hospitaliers, ainsi qu’une majoration de la rémunération de leurs heures supplémentaires. Enfin, une prime doit être versée aux agents publics soumis […] Lire la suite

4-29 avril 2019 France. Annonce des mesures inspirées par le « grand débat national ».

national » lancé en réponse à la crise des « gilets jaunes ». Le 8, le Premier ministre Édouard Philippe réunit le gouvernement, les directeurs d’administration centrale et des représentants syndicaux et associatifs pour présenter les premières conclusions du grand débat national. Relevant notamment l’« immense exaspération fiscale » qui s’en dégage […] Lire la suite

13 septembre 2018 France. Présentation du plan de lutte contre la pauvreté.

revenu universel d’activité » fusionnant plusieurs minima sociaux, ainsi que la résorption des bidonvilles. L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) estime à huit millions huit cent mille le nombre de pauvres dans le pays, soit 14 p. 100 de la population. Sont considérées comme pauvres les personnes disposant de moins […] Lire la suite

4-17 juin 2008 Israël – Autorité palestinienne. Accord de cessez-le-feu dans la bande de Gaza

revenu, à rouvrir progressivement les points de passage vers le territoire palestinien soumis à un blocus depuis juin 2007. L'accord pourrait ensuite être étendu à la Cisjordanie.  […] Lire la suite

2-25 avril 1991 U.R.S.S. Plan anticrise de Mikhaïl Gorbatchev accepté dans neuf des quinze républiques fédérées

revenu national de 12 p. 100 au premier trimestre de 1991, état catastrophique des finances publiques, baisse du pouvoir d'achat, généralisation du troc. Pour faire face, il préconise un « plan anticrise » : désétatisation, démonopolisation, privatisations. Mais il demande aussi des pouvoirs spéciaux, pour interdire grèves et manifestations pendant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique PAREL, Francisco VERGARA, « REVENU NATIONAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/revenu-national/