MERS RETRAITS ET AVANCÉES DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'influence de la tectonique locale et de l'isostasie

La tectonique des plaques et les variations du volume des glaciers continentaux ont une influence globale, et elles sont responsables de changements du niveau de la mer ressentis sur l'ensemble de la planète. Cependant, les forces qui agissent sur les plaques continentales provoquent également des déformations importantes à l'intérieur des continents et sur leur bordure. Pour un observateur situé sur le continent, ces dernières seront vues localement comme des régressions ou des transgressions. Toutefois, ces variations relatives du niveau de la mer ne sont plus associées à des phénomènes globaux et ne reflètent que des mouvements locaux de blocs continentaux, parfois à très petite échelle.

La fonte des grandes calottes glaciaires qui recouvraient le Canada et la Scandinavie a provoqué la remontée de toutes les régions libérées du poids des glaces, selon le principe de l'isostasie (cf. gravimétrie). On retrouve ainsi sur les îles canadiennes arctiques des plages soulevées à plus de 100 mètres d'altitude, datant de 6 000 à 10 000 ans, et qu'une interprétation géologique classique conduirait à considérer comme la preuve d'un très haut niveau marin. Il en va de même sur les rivages de la péninsule scandinave, où le golfe de Botnie remonte encore actuellement au rythme de 1 mètre par siècle. Ce réajustement isostatique se fait sentir, avec des modalités différentes, sur l'ensemble de la Terre, car le manteau terrestre est très visqueux et transmet lentement à la croûte terrestre les déformations qui l'affectent. De vastes régions du globe ont ainsi connu des mouvements soit de surrection, soit de subsidence au cours des dix derniers millénaires. L'évolution du niveau de la mer qu'elles ont subie est donc différente. Par exemple, la plupart des atolls du Pacifique culminent à + 4 mètres parce que la mer a monté à ce niveau il y a 6 000 ans, puis a reculé pour atteindre son niveau actuel. Une situation similaire a été observée le long des côtes du Brésil ou de l'Australie. En revanche, les îles de l'océan Atlantique no [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Centre des faibles radioactivités, Gif-sur-Yvette

Classification


Autres références

«  MERS RETRAITS ET AVANCÉES DES  » est également traité dans :

CÉNOMANIENNE TRANSGRESSION

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN, 
  • Charles POMEROL
  •  • 1 983 mots
  •  • 5 médias

Au Crétacé moyen, la mer envahit toutes les plates-formes continentales. La généralité de cette «  transgression cénomanienne » en fit un des chevaux de bataille de la géologie, mais le qualificatif « mésocrétacée » lui conviendrait beaucoup mieux, car les faits ne permettent pas de réduire cet événement au cadre trop étroit de l'étage cénomanien. L'expansion des mers débute dès l'Aptien, le ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transgression-cenomanienne/#i_85556

INONDATIONS

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 4 241 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Inondations et réchauffement climatique »  : […] Le menhir d'Er Lannic, dans le golfe du Morbihan, est riche d'enseignements. Érigé sur la terre sèche vers 4 000 ans avant J.-C., ce monument mégalithique montre aujourd'hui, à marée basse, une base couverte de goémon. On estime ainsi que le niveau de la mer est monté de 6 mètres depuis son érection. En observant les colonnes du temple de Sérapis à Pouzzoles, à 12 kilomètres au nord-ouest de Naple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inondations/#i_85556

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude DUPLESSY, « MERS RETRAITS ET AVANCÉES DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/retraits-et-avancees-des-mers/