RÉALISME RETOUR AU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une tradition réaliste nationale

Ce regain d'une tradition réaliste nationale se montre avec le plus d'évidence en Espagne, plus précisément en Castille. Alors que partout, en Europe et aux États-Unis, il semble que l'emprise des courants abstraits ou bien de courants intellectualistes comme l'Art conceptuel, où la théorie prime sur la pratique, ait entraîné la décadence de l'enseignement de l'art et la perte de tout métier, à Madrid au contraire, une situation paradoxale a voulu que, favorisé par un régime politique réactionnaire, un enseignement de l'art se soit maintenu sous ses formes les plus traditionnelles, qui ait à son tour entraîné la renaissance d'une peinture réaliste fortement engagée dans la dénonciation sociale de ce même régime. Furent ainsi formés dans les années 1950, à l'école des beaux-arts San Fernando de Madrid, un certain nombre d'artistes qui constituent aujourd'hui l'école réaliste espagnole : Francisco Lopez, Julio Hernandez, Isabel Quintanilla, Maria Moreno et le plus célèbre d'entre eux, Antonio Lopez-Garcia (né en 1936). C'est de 1956 que datent les premières peintures de ce dernier, bien avant donc que se manifeste ailleurs le retour général au réalisme. Son œuvre se partage de manière égale entre la peinture à l'huile, le dessin à la mine de plomb – que pratiquent aussi avec une extraordinaire maîtrise les autres artistes cités –, et la sculpture en bronze. Les sujets vont de la nature morte, dans la tradition du bodegon, à la scène d'intérieur et au paysage urbain ; un métier très classique, à la limite parfois de l'académisme, s'allie à une observation minutieuse et aiguë des aspects les plus prosaïques de la vie quotidienne à Madrid dans les dernières années du franquisme.

Une seconde vague réaliste s'est entre-temps dessinée, composée d'artistes plus jeunes, tous nés après 1946, et chez qui le brio technique l'emporte parfois sur la sincérité de l'émotion. Ce sont Guillermo Lledo, Florencio Galindo, Mathias Quetglas et Daniel Quintero. Proches de ce vérisme madrilène sont des artistes latino-américains comme le Chilien Claudio Bravo ou encore Gregorio Cartuas et Saturnino Ramires.

L'Allemagne, qui fut dans les années 1920 le théâtre de l'étonnante école réaliste de la Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkeit) qu'on redécouvre aujourd'hui, connaît une situation analogue à celle de l'Espagne en cela que presque tout le courant réaliste paraît se concentrer en une seule ville, Berlin. L'ancienne capitale du Reich, en raison sans doute de son statut politique particulier et de son isolement, a vu la naissance, en 1972, d'un mouvement qu'on a appelé le Prinzip Realismus, composé de jeunes peintres qui prétendent renouer avec la dénonciation sociale et stylistique propres au réalisme germanique des années 1920, en particulier du Novembergruppe et de la Neue Sachlichkeit. Ses principaux représentants sont Wolfgang Petrick (né en 1939), Peter Sorge (né en 1937), Klaus Vogelgesang (né en 1945) et Maina Munsky (née en 1943). Les deux premiers se livrent à une charge extrêmement violente des tares de la société ouest-allemande ; d'où le nom qu'on a parfois accolé à leur forme de peinture : « réalisme capitaliste » ou encore « réalisme critique » à travers des traits formels – un graphisme acéré, l'apologie de la laideur, le recours fréquent au collage d'éléments hétéroclites, un chromatisme violent et dissonant – qui sont directement empruntés à la tradition plastique de George Grosz, d'Otto Dix et de Georg Scholz. L'emprunt va parfois jusqu'au pastiche. Le réalisme de Munsky est différent : plus photographique, traité dans une pâte lisse et délicate, et prenant sa thématique presque exclusivement des scènes d'opérations chirurgicales, il évoque le vérisme de Christian Schad. Une exposition au Kunstverein et au Kunsthaus de Hambourg en novembre 1978 a révélé que, curieusement, les jeunes artistes de Berlin-Est manifestaient le même retour aux principes formels et idéologiques du réalisme germanique des années 1920, en particulier à l'art d'Otto Dix : [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Summertime, E. Hopper

Summertime, E. Hopper
Crédits : Bridgeman Images

photographie

The Turtle Pound, W. Homer

The Turtle Pound, W. Homer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sur la plage, W. Homer

Sur la plage, W. Homer
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Ecce Homo, L. Corinth

Ecce Homo, L. Corinth
Crédits : AKG-Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RÉALISME RETOUR AU  » est également traité dans :

BRAVO CLAUDIO (1936-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 261 mots

Claudio Bravo était un artiste peintre chilien réputé pour le style provocant de ses tableaux hyperréalistes, qui se voulait l'héritier de la grande tradition picturale des maîtres espagnols. Portraitiste des grands de ce monde au Chili et en Espagne au début de sa carrière, il était surtout connu pour ses natures mortes hyperréalistes mettant en scène des objets du quotidien, tels des emballages […] Lire la suite

CREMONINI LEONARDO (1925-2010)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 015 mots

Ce Bolognais né en 1925, fils d'un cheminot qui pratiquait la peinture par amour de l'art, n'a pas été baptisé Leonardo par hasard : il fut initié aux techniques picturales dès son enfance. Encouragé par toute sa famille, il lia très tôt le plaisir de peindre à la contemplation des horizons. Son père ayant été muté en Calabre en 1936, le souvenir de deux années passées près de la mer devait l'émer […] Lire la suite

HÉLION JEAN (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 012 mots

Peintre français, né à Couterne (Orne). Rien ne prédisposait Jean Hélion, élève à l'Institut industriel d'Amiens, où il a étudié la chimie, à devenir peintre. Pourtant, on peut le considérer, avec Fernand Léger, comme l'un des plus grands peintres français du xx e siècle ; le plus dérangeant, aussi. Apprenti dans un bureau d'architecte en 1921, il découvre le Louvre un peu par hasard : les tablea […] Lire la suite

HOCKNEY DAVID (1937- )

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 1 722 mots

La participation de David Hockney à l'exposition « Young Contemporaries » (Londres, R.B.A. Galeries, 1961) ainsi que ses sources d'inspiration d'alors, puisées dans la vie quotidienne, les graffiti ou encore les dessins d'enfants lui valurent d'être associé au pop art ; une association aussi brève que circonstancielle, le peintre se considérant lui-même à l'« extrême périphérie » de ce mouvement. […] Lire la suite

NOUVELLE OBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « L'objet et la technique »  : […] À la suite de difficultés matérielles et politiques – la ville de Mannheim était située en Rhénanie, alors sous occupation militaire française –, Hartlaub ne put mettre sur pied son exposition qu'en 1925, du 14 juin au 13 septembre. À l'exception d'un Suisse, Niklaus Stoecklin, les trente-deux peintres retenus par lui étaient allemands. Pour la plupart, ils étaient assez bien connus : Max Beckman […] Lire la suite

RAYSSE MARTIAL (1936- )

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 651 mots

Dans le chapitre « Un retour à l'ordre ? »  : […] En 1969, Martial Raysse quitte Paris et le milieu de l'art pour vivre à la campagne. Il s'engage dès cet instant dans une quête initiatique qui passe par une réflexion philosophique et artistique entièrement fondée sur la pratique de la peinture en tant que telle. Dans un texte qui date de l970 et qui se termine par les mots « À suivre », il écrit : « Ainsi cette forme qui, avant de prendre sa lib […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-21 novembre 1998 France. Poursuite de la polémique au sujet des sans-papiers

Le lendemain, Dominique Voynet, présidente des Verts et ministre de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire, fait de même, invoquant le « bon sens » et le « réalisme ». Elle affirme être, sur ce point, « en désaccord » avec le Premier ministre. Le 17, à l'Assemblée nationale, Lionel Jospin, répondant implicitement à Dominique Voynet, juge « irresponsable » l'« attitude qui revient à faire passer le message qu'en France tout immigré entré irrégulièrement peut être régularisé ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CLAIR, « RÉALISME RETOUR AU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/retour-au-realisme/