RESTITUTION DES BIENS CULTURELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la décolonisation à la globalisation, les aléas de la restitution

Passons aux déplacements des œuvres d'art et d'autres biens culturels qui furent causés par les rapports de domination imposés par l'Occident – l'Europe occidentale et les États-Unis d'Amérique – à une grande partie de l'Asie, à l'Afrique et à l'Amérique centrale et du Sud du xvie siècle aux années 1950. Tutelle sur les finances et les douanes, expéditions punitives avec leur lot de pillages, occupation et protectorat, enfin colonisation au sens strict du terme : différentes pour ce qui est du pouvoir exercé par les puissances occidentales, ces situations l'étaient tout autant du point de vue des règles juridiques en vigueur à l'époque. Pour rendre les problèmes d'aujourd'hui intelligibles, il faut de plus tenir compte des mentalités. Pendant une partie de la longue période de domination occidentale, variable selon les pays, plusieurs peuples soumis à celle-ci ne se sentaient pas attachés à des monuments et des œuvres d'une antiquité qui leur était – ou leur était devenue – étrangère. Ce qui valait aussi pour des objets souvent abandonnés à la destruction. De leur côté, les Occidentaux, imbus d'un sentiment de supériorité culturelle si ce n'est « raciale », croyaient à bon escient protéger ces œuvres et ces monuments contre une disparition imminente au nom des intérêts de la science censée apporter ses bienfaits à l'humanité entière. À preuve, la création par Auguste Mariette du service des Antiquités de l'Égypte (1858) et par sir Alexandre Cunningham de l'Archaeological Survey of India (1861), avec pour effet, dans les deux cas, la préservation des monuments et le contrôle de l'exportation des antiquités.

Aboutissements d'une longue histoire, les problèmes de restitution qu'il faut résoudre aujourd'hui posent par conséquent la question de l'application rétroactive de normes élaborées dans un monde devenu profondément différent. Un monde où les rapports de domination à l' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S., directeur scientifique au Musée de l'Europe, Bruxelles

Classification


Autres références

«  RESTITUTION DES BIENS CULTURELS  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'affaire Waldheim  »  : […] L'arrivée au pouvoir du social-démocrate Bruno Kreisky n'a pas permis un débat sur le passé du pays. Il nomme des ministres qui ont été d'anciens nazis, comme Johann Öllinger au ministère de l'Agriculture en 1970, et accepte que le F.P.Ö., alors dirigé par Friedrich Peter, un ancien SS, soutienne son gouvernement minoritaire. En 1979, la diffusion de la série Holocaust par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_53945

PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

  • Écrit par 
  • Julien ANFRUNS
  •  • 3 404 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le problème des retours ou restitutions de biens culturels »  : […] D’autres problèmes touchant le patrimoine naissent des conflits, comme la délicate question de la restitution ou du retour de biens qui ont fait l’objet de vols ou trafics illicites et qui se trouvent dans un autre pays. Les États ont en partie couvert cette problématique par la Convention sur l’interdiction du trafic illicite d’œuvres d’art de 1970 et la Convention Unidroit de 1995 sur les bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-culturel-et-conflits-armes/#i_53945

Voir aussi

Pour citer l’article

Krzysztof POMIAN, « RESTITUTION DES BIENS CULTURELS  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/restitution-des-biens-culturels/