RESTITUTION DES BIENS CULTURELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une prise de conscience politique

L'implosion des régimes communistes en Europe, d'abord et surtout en U.R.S.S., a permis de mettre enfin un terme à la Seconde Guerre mondiale. La fin des hostilités en 1945 ne signifiait pas la fin de la guerre qui, sur le plan politique, ne s'est terminée qu'en 1990 avec la signature à Moscou du traité dit « deux plus quatre » entre les deux Allemagnes et les quatre puissances occupantes (États-Unis, U.R.S.S., Royaume-Uni et France). L'Allemagne ainsi réunifiée est redevenue un État normal, qui peut revendiquer ce qui lui appartient de droit. Cela a permis aussi de liquider une autre conséquence de la guerre, le pacte de Varsovie de 1955 (alliance militaire entre huit pays du bloc communiste) et de rouvrir, ce faisant, les dossiers litigieux entre les pays de l'Europe centrale et orientale et l'U.R.S.S., dont celui des biens culturels pillés dans ces pays par l'Armée rouge, qu'il était auparavant interdit d'évoquer. Vint alors la dissolution de l'U.R.S.S. et une période exceptionnelle de transparence au cours de laquelle fut dévoilée la présence en Russie des œuvres pillées par les nazis dans les pays qu'ils avaient occupés ainsi que celles d'œuvres ayant appartenu à l'Allemagne. Les unes et les autres furent transférées en secret en U.R.S.S. au titre de butin de guerre et y ont été, toujours en secret, gardées depuis lors.

Par ailleurs, les pays colonisés par les Européens ont fini par accéder à l'indépendance dans les années 1960 ; seules les colonies portugaises ont dû attendre dix ans de plus. Mais le problème des biens culturels transférés de diverses manières dans les métropoles n'a pas été abordé à l'époque, sinon de façon marginale, et a resurgi au cours des années 1990. Une décolonisation mentale et culturelle à certains égards plus difficile à conduire que l'émancipa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S., directeur scientifique au Musée de l'Europe, Bruxelles

Classification


Autres références

«  RESTITUTION DES BIENS CULTURELS  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'affaire Waldheim  »  : […] L'arrivée au pouvoir du social-démocrate Bruno Kreisky n'a pas permis un débat sur le passé du pays. Il nomme des ministres qui ont été d'anciens nazis, comme Johann Öllinger au ministère de l'Agriculture en 1970, et accepte que le F.P.Ö., alors dirigé par Friedrich Peter, un ancien SS, soutienne son gouvernement minoritaire. En 1979, la diffusion de la série Holocaust par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_53945

PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

  • Écrit par 
  • Julien ANFRUNS
  •  • 3 404 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le problème des retours ou restitutions de biens culturels »  : […] D’autres problèmes touchant le patrimoine naissent des conflits, comme la délicate question de la restitution ou du retour de biens qui ont fait l’objet de vols ou trafics illicites et qui se trouvent dans un autre pays. Les États ont en partie couvert cette problématique par la Convention sur l’interdiction du trafic illicite d’œuvres d’art de 1970 et la Convention Unidroit de 1995 sur les bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-culturel-et-conflits-armes/#i_53945

Voir aussi

Pour citer l’article

Krzysztof POMIAN, « RESTITUTION DES BIENS CULTURELS  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/restitution-des-biens-culturels/