RESTAURATION (architecture)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les premières restaurations

L'histoire de la restauration en architecture est parallèle à l'évolution de la critique d'art.

Déjà les monuments de la plus haute antiquité, tels que les palais de Cnossos ou de Phaistos en Crète et l'architecture archaïque de l'Asie Mineure, portent les traces de travaux de restauration. Dans la Periègèsis sur Olympie, Pausanias mentionne la dernière des colonnes du temple du vie siècle, laquelle, à la différence des autres, n'avait pas encore été remplacée par une colonne de marbre. Comme l'a confirmé ensuite l'exploration du monument, il s'agit d'un cas où le nouveau avait été introduit à petites doses dans l'ancien sans en altérer l'esprit et sans constituer une falsification, et où chaque apport de ce genre permettait de dater l'opération. Une telle discrétion de la part des restaurateurs ne s'expliquait qu'eu égard à des valeurs extrinsèques au monument telles que le caractère sacré de l'œuvre avec tout ce qui s'y attachait en fait de dévotions et de traditions. Il a fallu parvenir aux époques de culture raffinée pour qu'on se tournât vers le passé comme vers une réserve culturelle qu'il importait de défendre contre les mutilations et les saccages arbitraires.

L'appréciation des monuments anciens restait cependant infracritique et sentimentale, comme en témoigne la transformation, sous Hadrien, du temple d'Agrippa en panthéon, ou des propylées d'Éleusis par Antonin le Pieux : ces travaux, tels qu'ils furent exécutés, répondaient à la conviction que plus l'Antiquité était admirée, plus elle devait être imitée. Des opérations de ce genre sont tenues pour des restaurations par ceux qui les effectuèrent, mais ce sont en fait des reprises de l'Antique et des exemples de l'action culturelle exercée par le passé sur le présent.

Au Moyen Âge, les travaux de conservation furent sporadiques et exclusivement destinés à maintenir en vie la légende, plutôt que l'histoire, et, parmi les valeurs du culte, celles qui avaient pénétré dans la pratique superstitieuse.

Les calamités naturelles et la violenc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Piero GAZZOLA, Colette DI MATTEO, « RESTAURATION (architecture) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration-architecture/