RESPONSABILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idée de responsabilité

Est-ce une forme d'ordre que défend le théoricien lorsqu'il met en avant le principe de responsabilité ? Dans ce cas, ne se rend-il pas complice de ceux à qui la morale sert de caution ? Voilà qui aiderait à comprendre, outre le sens des tentatives de « démystification » de la notion de responsabilité, les aspects multiples sous lesquels se présente la tentation de l'irresponsabilité.

L'irresponsabilité se découpe à l'horizon du champ dont les limites viennent d'être tracées. D'un côté, l'établissement d'une pseudo-responsabilité purement objective, s'appliquant du dehors, aliène l'individu-objet, le rendant inapte à l'exercice d'un authentique droit de réponse. De l'autre, l'exaltation d'une pseudo-responsabilité entièrement subjective, manifestant la liberté d'un vouloir qui se déploie dans le vide, proclame à la fois la toute-puissance et la solitude de l'Unique. N'y a-t-il pas quelque illogisme à introduire l'idée d'une responsabilité totale dans un univers métaphysiquement neutre et pour une conscience délivrée de l'obligatoire ? Comment puis-je être « intégralement responsable » si Dieu n'existe pas, si nulle autorité n'offre à mes yeux le prestige de la respectabilité, si tout pour moi revient « au même » ? Une fois démasqué le surmoi, que reste-t-il ? Le dédoublement réflexif ne suffit pas à provoquer l'apparition de deux personnes qui se feraient face et dialogueraient en moi. Comment concevoir une responsabilité du sujet pris dans son état de pure subjectivité ?

Pesée qu'exerce sur un être réduit à rien le groupe devenu tout ; élan sauvage d'un vouloir pour qui tout semble permis : voilà les deux figures théoriques extrêmes de l'irresponsabilité, en deçà et au-delà. Des deux pôles antithétiques mais complémentaires du champ, aucun ne peut être privilégié, aucun sacrifié. La destruction du pôle subjectif dégrade la situation en une forme de contrainte unilatérale. En l'absence du pôle objectif, on n'assiste plus qu'à l' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, docteur ès lettres, professeur à l'université de Rouen

Classification


Autres références

«  RESPONSABILITÉ  » est également traité dans :

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Absence de responsabilité  »  : […] Le marché grandissant des adolescents est devenu depuis les années 1950 l'un des moteurs de la musique populaire – rock, puis pop, disco, rap, etc. −, du cinéma, de la télévision et de la mode vestimentaire. Dans les pays qui connurent les Trente Glorieuses, l'adolescence fut en effet bouleversée par l'émergence des adolescents comme consommateurs potentiels. En dehors de l'école, les adolescent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolescence/#i_5501

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 994 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Intentions des acteurs de l’ignorance »  : […] Certaines critiques dirigées contre la version stratégique de l’agnotologie tenaient au fait qu’une explication complète devait incorporer une description des intentions des acteurs ainsi que de la manière dont ces intentions avaient pu causer les événements. On peut hésiter à tenir compte de l’intention lorsqu’il s’agit de juger de la qualité d’énoncés scientifiques. L’examen des 80 millions de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agnotologie/#i_5501

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 371 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Levinas : l'Autre comme visage »  : […] Toutes les tentatives de la « philosophie occidentale » pour penser l'Autre à partir du Moi témoigneraient en fait pour Emmanuel Levinas de l'« insurmontable allergie », de l'horreur qu'inspire l'Autre « qui demeure Autre » ( En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger , 1949). En réduisant l'« étranger » à un thème ou à un objet, incapable qu'elle est de le laisser ê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_5501

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réconcilier les deux cultures »  : […] Bien qu’elle soit demeurée sans lendemain, la Bio- Ethik de Jahr annonce celle du « père » traditionnel de la bioéthique : Van Rensselaer Potter. Dès son livre Bioethics . Bridge to the Future en 1971 (mais bioethics apparaît déjà dans l’article « Bioethics, the science of survival », i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique-ethique-biomedicale/#i_5501

ENFANCE (Situation contemporaine) - Le droit de l'enfant

  • Écrit par 
  • Alain BRUEL
  •  • 9 294 mots

Dans le chapitre « Bilan mitigé de la promotion des droits de l'enfant  »  : […] Nous avons mentionné plus haut les apports incontestables de la Convention de New York et les prolongements globalement positifs qui en ont résulté, même si certains spécialistes ont parfois tendance à définir l'intérêt supérieur de l'enfant à partir de leur seule discipline. Cette convention a laissé néanmoins subsister des ambiguïtés, se gardant par exemple de trancher entre une interprétation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-situation-contemporaine-le-droit-de-l-enfant/#i_5501

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'engagement comme conduite »  : […] La conduite d'engagement est un type d'attitude qui consiste à assumer activement une situation, un état de choses, une entreprise, une action en cours. Elle s'oppose aux attitudes de retrait, d'indifférence, de non-participation. Elle doit, bien entendu, se traduire par des actes, mais, en tant que conduite, elle ne s'identifie à aucun acte particulier, elle est plutôt un style d'existence, une f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/engagement/#i_5501

ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX, 
  • Christelle HUE
  •  • 6 537 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des nouvelles méthodes d'aide à la décision »  : […] La maîtrise des risques environnementaux prend des formes multiples et implique de nombreuses parties prenantes, les générations futures, les sociétés éloignées et même, selon des préoccupations écologiques et éthiques, l'ensemble des êtres vivants. C'est pourquoi les politiques de développement durable s'inscrivent désormais dans la perspective d'une nouvelle gouvernance. Cette dernière renvoie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-environnement-et-economie/#i_5501

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 714 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « pôle-tu » de l'éthique »  : […] La position par soi-même de la liberté a pu être appelée le point de départ de l'éthique, mais elle ne constitue pas encore l'éthique elle-même. Ce qui manque, c'est la position dialogique de la liberté en seconde personne. Nous n'avons donc fait que la moitié, et même le tiers, du chemin dans une analyse purement solipsiste de l'exigence d'effectuation de la liberté. On ent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique/#i_5501

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pressions internationales et tensions internes »  : […] Sur tous les sujets qui font l'objet des débats actuels, la modernisation du droit français dépend du jeu complexe de ces facteurs internes et externes. Les bases constitutionnelles sont elles-mêmes affectées par l'accélération des révisions partielles (17 de 1992 à 2007) et la constante réinterprétation des principes d'égalité et de liberté. Le droit français s'est longtemps caractérisé par l'uni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-droit-francais/#i_5501

JONAS HANS (1903-1993)

  • Écrit par 
  • Nicolas TERTULIAN
  •  • 1 276 mots

Le trajet philosophique de Hans Jonas a connu une ligne de développement sinueuse, sur laquelle on peut distinguer au moins trois étapes. Si les recherches sur la gnose et le gnosticisme ont dominé au début de son activité théorique, il s'est orienté, à partir de la Seconde Guerre mondiale, vers les questions d'ontologie, pour se concentrer finalement sur les questions d'éthique. Profondément marq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-jonas/#i_5501

LÉVINAS EMMANUEL (1905-1995)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 188 mots

Dans le chapitre « L'écharde dans la chair de la raison : une responsabilité infinie »  : […] Deux titres emblématiques annoncent la transition à une troisième période de la pensée, qui culminera avec la publication d'un second chef-d'œuvre : Autrement qu'être et au-delà de l'essence (1974). Difficile Liberté (1963) regroupe des essais sur le judaïsme. La liberté qui n'est plus pensée sous le signe de l'autonomie, mais sous le signe de la respo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-levinas/#i_5501

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 650 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'agent responsable »  : […] Le moment est venu d'introduire le dernier trait, le plus difficile à placer dans le réseau du discours de l'action : il concerne le sujet de l'action ; ici encore, le langage est un bon guide ; de même que l'on dit : « Décider quelque chose  » et « décider parce que ... », on dit : «  se décider ». La forme pronominale du verbe est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_5501

ORGANISATIONS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • René DAVAL
  •  • 5 301 mots

Dans le chapitre « Le mouvement des relations humaines »  : […] Les travaux qui ont donné naissance à ce mouvement sont ceux qu' Elton Mayo a effectués de 1927 à 1932 à l'usine de la Western Electric, à Hawthorne. Parti d'une hypothèse taylorienne sur le lien entre les conditions matérielles du travail et la productivité, Mayo a découvert l'importance du climat psychologique et des modalités du commandement sur le comportement au travail. Il a mis l'accent su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-organisations/#i_5501

PÉCHÉ, religion

  • Écrit par 
  • Jacques POHIER
  •  • 6 302 mots

Dans le chapitre « Péché, liberté et responsabilité »  : […] La façon dont le problème de la liberté et de la responsabilité de l'homme à l'égard du péché est abordé dans la révélation vétéroet surtout néo-testamentaire comporte une série de paradoxes assez déroutants : d'une part, le péché est une réalité individuelle résultant de l'agir de chacun ; d'autre part, il est une réalité qui englobe et conditionne l'agir de chacun et de tous, ayant presque une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-religion/#i_5501

LE PRINCIPE RESPONSABILITÉ, Hans Jonas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 802 mots

Dans le chapitre « Peur, espérance, responsabilité »  : […] Au Principe Espérance de Ernst Bloch (1954-1959), moteur des utopies dans l'histoire, Jonas oppose une éthique de la responsabilité. Logiquement, le dernier chapitre de son livre est une critique de l'utopie – exemplairement le marxisme –, considérée comme « modèle extrême » de la technologie et de l'emprise qu'elle exerce sur le monde. L'enjeu, souligne le sous-titre, est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-principe-responsabilite/#i_5501

RESPONSABILITÉ SOCIALE DES SCIENTIFIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 7 658 mots
  •  • 5 médias

La responsabilité de la science et de ses acteurs au regard de la société ne serait pas un problème crucial si la science avait un impact modéré sur la vie des hommes et sur la planète – ce qui n'est plus le cas depuis au moins un demi-siècle – et si elle n'était pas une activité sacralisée échappant au regard critique de la société – ce qui est le cas depuis au moins les Lumières. C'est pourquoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-sociale-des-scientifiques/#i_5501

SCIENCES - Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 650 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Éthique et pouvoir »  : […] La science doit se doter d'une conscience. Les chercheurs ne doivent pas rester dans leur tour d'ivoire, ils doivent s'exprimer ; ils doivent s'intéresser de plus près au processus de la prise de décisions et, dans la mesure du possible, s'y intégrer au lieu d'en faire trop souvent l'objet. Ils doivent être libres d'informer et de conseiller sans se laisser réduire au simple rôle d'outils dont l'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sciences-et-societe/#i_5501

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin du système littéraire symboliste en France »  : […] La fin du système littéraire ne marque pas celle du symbolisme. L'imagination du rythme comme mode de concordance entre l'être et la représentation poursuit sa carrière non seulement chez un Claudel ou un Barrès, mais chez Romain Rolland, Péguy ou Segalen. Le Mercure de France continue de jouer un rôle actif. En revanche, le système se défait, en trois étapes. Une première p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_5501

TORTURE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « Torture et conflit »  : […] Le nazisme n'accordait aux juifs aucun droit civil : la torture du juif était, sous cet aspect, proche de la torture infligée à l'esclave romain. La justification – ou l'absence de besoin de justification – était, au regard des nazis, de droit. La torture moderne se justifie par les mêmes voies que dans l'Antiquité ; l'homme que l'on torture n'est jamais totalement homme : déviant, juif, antisovi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torture/#i_5501

WEBER MAX (1864-1920)

  • Écrit par 
  • Julien FREUND
  •  • 3 661 mots

Dans le chapitre « Les lignes directrices de la philosophie wébérienne »  : […] La désagrégation lente mais irréversible du christianisme, qui ne cesse de s'accentuer depuis plus d'un siècle, et la floraison conjointe des philosophies les plus diverses réveillent dans l'âme humaine des déchirements et des ruptures que le pathos unitaire grandiose de l'éthique chrétienne avait réussi à masquer pendant plus d'un millénaire. La nouvelle affirmation du pluralisme des valeurs qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-weber/#i_5501

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques HENRIOT, « RESPONSABILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite/