RESPONSABILITÉ (droit)Responsabilité civile

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Responsabilité du fait des choses

Des droits antiques aux droits modernes, on trouve des règles spéciales de responsabilité pour les dommages causés par certaines choses.

Les articles 1385 et 1386 du Code civil français rendent les propriétaires responsables des dommages causés par les choses qui, à l'époque de sa rédaction, étaient dangereuses : les animaux et les bâtiments en ruine.

Dans le courant du xixe siècle, pourtant, il apparut que ces dispositions étaient insuffisantes pour permettre au droit de répondre aux besoins sociaux d'une nation où se multipliaient les accidents causés par les machines. Blessé ou tué à son travail, l'ouvrier et sa famille étaient laissés dans une totale détresse s'ils ne pouvaient prouver que l'accident était dû à la faute de l'employeur ou à celle d'un autre ouvrier. Dans la plupart des cas, à vrai dire, l'ouvrier était victime de « sa faute » : une maladresse ou un moment d'inattention dus à l'accoutumance ou à la fatigue. L'injustice du système était criante : il fallait faire peser sur l'employeur une responsabilité de plein droit, responsabilité que l'employeur avait la possibilité de couvrir par l'assurance depuis le milieu du xixe siècle, ou qu'il pouvait faire entrer dans ses frais généraux pour en répartir la charge sur l'ensemble de sa clientèle.

Pour fonder cette responsabilité, les juristes eurent recours au premier alinéa de l'article 1384 qui, annonçant les deux dispositions suivantes, parlait de la responsabilité du fait « des choses que l'on a sous sa garde ». Dès 1896, la Cour de cassation admit qu'il y avait là des mots sur lesquels on pouvait fonder la responsabilité du propriétaire d'une chose quelconque, au moins, déclara-t-elle à l'époque, lorsque celle-ci est entachée d'un vice, cause du dommage. Deux ans plus tard, cette jurisprudence paraissait dépassée : le Parlement votait une loi sur la réparation des accidents du travail. Mais elle retrouvait rapidement son intérêt avec le développement de l'automobile. Alors s'ouvrit une période d'extraordinaire discussion sur le domaine, le fondement, la portée de la responsabilité que l'on voulait créer. En 1930, le célèbre arrêt Jand'heur croit donner la solution des problèmes : désormais, le gardien (normalement le propriétaire) d'une chose qui a participé à la réalisation d'un dommage est de plein droit responsable de celui-ci, à moins qu'il ne puisse prouver que le dommage résulte en réalité de la faute de la victime, ou d'un tiers, ou d'un événement de force majeure. Mais, dans l'application de cette formule, les difficultés renaissent sans cesse et donnent lieu à une jurisprudence d'une extrême complexité.

Nul droit ne peut se vanter d'avoir apporté une réponse satisfaisante au problème des accidents causés par la machine. Les droits de common law n'ont donné que des réponses très fragmentaires. L'Allemagne et la Suisse ont pris une série de lois spéciales sur les dommages causés par les chemins de fer, les tramways, les automobiles, le gaz, l'électricité, les aéronefs, l'énergie nucléaire, etc., mais cette méthode présente l'inconvénient de laisser souvent le droit en retard de quelques années sur la technique et de ne pas couvrir tous les cas d'accidents dus au machinisme moderne. Dans de nombreux autres pays, dont les États-Unis on adopte une autre solution : on pose des règles spéciales pour les dommages causés par les choses, les installations ou les activités « dangereuses ». La solution paraît rationnelle, comparée à la solution française qui applique les mêmes principes à une automobile et à une brouette, à une raffinerie de pétrole et à une savonnette ou même à un escalier. Mais comment définir les choses ou activités « dangereuses » ? Il est évidemment impossible d'en donner une notion précise.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  RESPONSABILITÉ, droit  » est également traité dans :

RESPONSABILITÉ (droit) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Philippe PIERRE
  •  • 1 542 mots

Pour être familier du juriste contemporain, le terme « responsabilité » n'a pourtant que fort récemment pénétré la science du droit. Au commencement était le responsable, à propos duquel la recherche étymologique enseigne qu'il signifiait autant celui qui s'engage (du latin sponsor, « débiteur ») que celui qui garantit (responsor, « caution »), avant qu'il n […] Lire la suite

RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité pénale

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 3 314 mots

Vers 112, Pline le Jeune, alors légat en Bithynie, écrit à l'empereur Trajan pour lui demander comment on doit juger les chrétiens : « Je n'ai jamais participé à des procès (cognitiones) concernant des chrétiens ; c'est pourquoi je ne sais quels sont les faits que l'on punit ou sur lesquels on […] Lire la suite

RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité administrative

  • Écrit par 
  • Michel LÉVY
  •  • 2 742 mots

Au principe général de la responsabilité de l'homme, tel que le pose le Code civil dès 1804, le droit public opposait un principe concurrent d'irresponsabilité de l'État sauf décision gracieuse, au motif de la sujétion née de l'intérêt général. Mais, dès la fin du xixe […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 novembre 2020 Suisse. Votations sur la responsabilité des entreprises et le financement du matériel de guerre.

responsabilité civile en matière de normes environnementales et de respect des droits humains dans le cadre de leurs activités à l’étranger. Cet échec entraîne la mise en œuvre du contre-projet adopté par le Parlement en juin, qui impose aux entreprises la production d’un rapport annuel sur les droits humains, environnementaux et sociaux, et qui introduit […] Lire la suite

1er-30 octobre 2017 Espagne. Référendum d'autodétermination en Catalogne.

responsabilité des pouvoirs légitimes de l’État de garantir l’ordre constitutionnel ». Le 6, CaixaBank, première banque catalane et espagnole, décide le transfert de son siège social hors de Catalogne à la suite d’une forte chute de sa capitalisation depuis le référendum. Plusieurs grandes entreprises feront de même. Le 8, des centaines de milliers […] Lire la suite

7-29 mai 2012 Syrie. Massacre de civils à Houla

responsabilité de cette attaque, la plus meurtrière depuis le début des violences dans le pays. Le 18, des manifestations contre le pouvoir en place, d'une ampleur sans précédent, se déroulent à Alep, deuxième ville du pays. Le 23, Burhan Ghalioun démissionne de la présidence du Conseil national syrien (C.N.S.), principale coalition de l'opposition […] Lire la suite

9 mars 1999 France. Relaxe de Laurent Fabius et Georgina Dufoix, et condamnation d'Edmond Hervé dans le procès du sang contaminé

responsabilité politique des ministres n'est « exclusive ni de la responsabilité civile et administrative de l'État, ni de la responsabilité pénale ». Elle affirme que l'inapplication de la circulaire de juin 1983 sur la sélection des donneurs de sang est due à « l'organisation de la transfusion sanguine à l'époque des faits ». Elle estime que la mesure […] Lire la suite

Pour citer l’article

André TUNC, « RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité civile », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-droit-responsabilite-civile/