RESPIRATOIRE (APPAREIL)Pathologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cancer

Historique

Il fallut beaucoup de temps pour reconnaître que le cancer primitif du poumon était d'origine bronchique. Les masses blanchâtres qu'il forme dans le parenchyme avaient été considérées par Bayle, en 1810, comme un cas particulier de maladies respiratoires « consomptives » (« phtisies »). Mais leur nature tumorale fut identifiée neuf ans après par Laennec. C'est le microscope qui, au xixe siècle, permit de reconnaître la structure cellulaire de ces éléments que l'on croyait issus du revêtement des alvéoles. Il fallut attendre le xxe siècle pour franchir le pas décisif ; on détermina que les cellules qui composent ces masses sont indiscutablement du même type que celles qui tapissent la surface de la muqueuse des bronches. Il s'agit de cellules épithéliales, modifiées dans leur forme : aplaties, stratifiées, parfois enroulées en globes cornés. Elles peuvent aussi subir des transformations « atypiques », ou en revenir à une indifférenciation qui avait longtemps fait douter de leur lieu d'origine.

Toutes ces connaissances avaient été acquises par les examens post mortem. L'introduction des méthodes d'exploration qui avaient transformé notre connaissance de l'appareil respiratoire dans le premier quart du xxe siècle a permis de percevoir la tumeur sur le vivant, au moyen des rayons X ; d'étudier sa localisation sur les radiographies tomographiques ; de démontrer l'atteinte des bronches et ses conséquences (sténose), par l'injection de lipiodol ; enfin, de voir directement le cancer par bronchoscopie, d'en extraire des fragments (biopsie) et d'en faire l'étude cytologique approfondie. Cela permit d'ajouter d'autres types cellulaires à ceux que l'on connaissait déjà, en particulier des cancers dont le point de départ se trouvait dans les glandes sécrétoires, et des cancers à petites cellules « en grains d'avoine » qui formaient rapidement des nappes diffuses.

Ce n'est que depuis 1930 que l'on essaya d'enlever chirurgicalement les foyers cancéreux pulmonaires, ce qui fut facilité plus tard par le diagnostic systématique précoce. La chimiothérapie fut introdu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 41 pages

Médias de l’article

Arbre trachéobronchique

Arbre trachéobronchique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Auscultation et examen radiologique

Auscultation et examen radiologique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Bactéries responsables des infections bronchopulmonaires

Bactéries responsables des infections bronchopulmonaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Maladies bronchopulmonaires virales

Maladies bronchopulmonaires virales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'Académie de médecine, ancien professeur à la faculté de médecine de Paris

Classification

Autres références

«  RESPIRATOIRE APPAREIL  » est également traité dans :

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 195 mots
  •  • 1 média

L'appareil respiratoire permet les échanges gazeux entre les liquides circulants et le milieu environnant en assurant l'absorption d'oxygène et le rejet du gaz carbonique. La nature du milieu ambiant conditionne la structure de l'appareil. Il s'agit de branchies chez les Vertébr […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Anatomie

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • René PIÉRON, 
  • Albert POLICARD
  •  • 4 564 mots
  •  • 3 médias

Les deux poumons, droit et gauche, symétriquement disposés dans le thorax, sont enveloppés par la plèvre, sauf au niveau de leur face médiale, ou médiastinale, où ils sont creusés d'une fossette, le hile. Celui-ci est traversé par de gros conduits qui mettent le poumon en relation avec le reste de l'organisme. Ils constituent, d'une part, un système supérieur […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Physiologie

  • Écrit par 
  • Roland LEFRANÇOIS
  • , Universalis
  •  • 7 265 mots
  •  • 3 médias

La physiologie de la respiration est l'étude des mécanismes, nombreux et complexes, qui permettent de transporter du milieu ambiant jusqu'aux cellules une quantité adéquate d'oxygène et de rejeter dans l'atmosphère le dioxyde de carbone produit par le […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pharmacologie

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 1 518 mots
  •  • 1 média

Lesmédicaments utilisés chez l'homme dans le traitement des maladies de l'appareil respiratoire appartiennent à des séries pharmacologiques variées. Il paraît en conséquence logique de les grouper suivant le but qu'ils se proposent d'atteindre.La chimiothérapie a bouleversé le pronostic de nombreuses maladies du système respiratoire. […] Lire la suite

ACIDO-BASIQUE ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 2 972 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La régulation de l'équilibre »  : […] La régulation de l'équilibre s'effectue dans l'immédiat par l'intervention des systèmes tampons, à court terme par le poumon, à long terme par le rein. Le poumon , en excrétant par les voies respiratoires du gaz carbonique, modifie la pCO 2 du sang artériel. Or, la régulation de la ventilation pulmonaire dépend de deux stimuli : la pCO 2 artérielle et le pH du sang artériel. Par mécanisme réflexe […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Appareil respiratoire »  : […] Chez les Amphibiens adultes, il est de type pulmonaire. Mais la présence d'une paire de poumons chez ces animaux a une importance qui est plutôt d'ordre anatomique et phylogénétique que d'ordre fonctionnel. En effet, les larves possèdent toutes une respiration branchiale et certains Urodèles conservent des branchies toute la vie. De plus, chez l'adulte, la peau et la muqueuse bucco-pharyngée ont […] Lire la suite

ANOURES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 591 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Phonation . Le coassement du mâle , en période sexuelle, consiste en une expiration forcée. L'air passe dans la bouche (les narines sont fermées) puis dans les sacs vocaux, sortes de diverticules pairs ou impairs de la paroi buccale, qui jouent le rôle de résonateurs. Leur position varie avec les genres. Certains, tel le crapaud commun ( Bufo bufo ), en sont dépourvus. Respiration . Les échanges r […] Lire la suite

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 667 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractères distinctifs des arachnides »  : […] Le corps des arachnides est constitué d’une série de segments, disposés les uns à côté des autres, qui illustre la métamérisation (parfois presque totalement disparue chez certains groupes comme les araignées ou les acariens). La zone céphalique n’est pas individualisée et le corps se divise en deux régions : à l’avant le céphalothorax, ou prosome, qui résulte de l’union de la tête et du thorax ; […] Lire la suite

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 664 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Appareils digestif et respiratoire »  : […] La cavité buccale, dont le fond est garni par une bandelette sinueuse formée de cellules à forte ciliature, comporte à son plafond une dépression dont la signification est obscure, la fossette de Hatschek. Elle se prolonge par un large pharynx qui assure le transport des aliments et la fonction respiratoire. Les parois latérales du pharynx sont percées de perforations étroites et nombreuses (180 p […] Lire la suite

CÉTACÉS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Vincent RIDOUX
  •  • 3 281 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Appareils digestif, respiratoire, circulatoire »  : […] L'orifice de l'œsophage est traversé par le larynx (fig. 1) de telle sorte que la nourriture passe, au moment de la déglutition, de part et d'autre de celui-ci. Les glandes salivaires sont absentes. L'estomac comporte trois poches successives, et, chez certains autres odontocètes, il peut être constitué de quatorze poches. L'intestin atteint quinze fois la longueur du corps . Les dauphins, comme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raoul KOURILSKY, « RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/