RESPIRATOIRE (APPAREIL)Pathologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tuberculose pulmonaire

L'infection tuberculeuse est une des plus graves et des plus redoutées qui aient frappé le genre humain, jusqu'aux découvertes du xxe siècle qui ont permis de la guérir à peu près totalement par les antibiotiques et de la prévenir par la vaccination. Elle a été ainsi nommée parce qu'elle donne lieu à la formation, à la surface ou à l'intérieur des tissus, de petites élevures blanc jaunâtre, arrondies, dénommées tubercules (de tuber, « truffe ») en 1560.

Ce fut tout d'abord par l'observation anatomique que les médecins du xixe siècle (Bayle et surtout Laennec) recueillirent des notions précises sur la tuberculose pulmonaire. Mais elles étaient toutes déroutantes ; la contexture des tubercules était variable : ferme, parfois dure avec des incrustations calcaires, ou molle, donnant occasionnellement issue à un liquide jaunâtre, épais, qui démasquait une cavité. La taille et le nombre des éléments étaient très différents : depuis les granulations « disséminées », à peine grosses comme un grain de mil (granulation miliaire), jusqu'aux tubercules de dimension un peu supérieure (tuberculose miliaire), ou à de gros tubercules pleins, isolés. Parfois ils s'enkystaient en « tuberculomes » qui avaient l'apparence extérieure d'une tumeur. On constatait aussi des zones d'inflammation diffuse dans un lobe du poumon, blanchâtres, d'aspect caséeux et qui s'ulcéraient par la suite. Aucun lien n'apparaissait entre ces diverses altérations, mais, dès 1819, Laennec montra que ces lésions différaient de toutes les autres maladies pulmonaires qui s'accompagnaient de consomption lente et que l'on désignait alors sous le nom de « phtisie » (du grec phtisis, « consomption »), quelle qu'en soit l'origine. Il s'agissait ici d'une phtisie tuberculeuse.

Pour aller plus loin, il fallut substituer l'expérimentation à l'anatomie. Villemin démontra (de 1865 à 1868) que les lésions de la tuberculose humaine étaient reproductibles chez les animaux (lapins, cobayes) par l'inoculation du tissu altéré. Il s'agissait donc d'une maladie virulente, contagieuse, et non d'une « diathès [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 41 pages



Médias de l’article

Arbre trachéobronchique

Arbre trachéobronchique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Auscultation et examen radiologique

Auscultation et examen radiologique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Bactéries responsables des infections bronchopulmonaires

Bactéries responsables des infections bronchopulmonaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Maladies bronchopulmonaires virales

Maladies bronchopulmonaires virales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 8 médias de l'article





Écrit par :

  • : ancien membre de l'Académie de médecine, ancien professeur à la faculté de médecine de Paris

Classification


Autres références

«  RESPIRATOIRE APPAREIL  » est également traité dans :

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 195 mots
  •  • 1 média

L'appareil respiratoire permet les échanges gazeux entre les liquides circulants et le milieu environnant en assurant l'absorption d'oxygène et le rejet du gaz carbonique. La nature du milieu ambiant conditionne la structure de l'appareil. Il s'agit de branchies chez les Vertébr […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Anatomie

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • René PIÉRON, 
  • Albert POLICARD
  •  • 4 564 mots
  •  • 3 médias

Les deux poumons, droit et gauche, symétriquement disposés dans le thorax, sont enveloppés par la plèvre, sauf au niveau de leur face médiale, ou médiastinale, où ils sont creusés d'une fossette, le hile. Celui-ci est traversé par de gros conduits qui mettent le poumon en relation avec le reste de l'organisme. Ils constituent, d'une part, un système supérieur […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Physiologie

  • Écrit par 
  • Roland LEFRANÇOIS
  • , Universalis
  •  • 7 265 mots
  •  • 3 médias

La physiologie de la respiration est l'étude des mécanismes, nombreux et complexes, qui permettent de transporter du milieu ambiant jusqu'aux cellules une quantité adéquate d'oxygène et de rejeter dans l'atmosphère le dioxyde de carbone produit par le […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pharmacologie

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 1 518 mots
  •  • 1 média

Lesmédicaments utilisés chez l'homme dans le traitement des maladies de l'appareil respiratoire appartiennent à des séries pharmacologiques variées. Il paraît en conséquence logique de les grouper suivant le but qu'ils se proposent d'atteindre.La chimiothérapie a bouleversé le pronostic de nombreuses maladies du système respiratoire. […] Lire la suite

ACIDO-BASIQUE ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 2 972 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La régulation de l'équilibre »  : […] La régulation de l'équilibre s'effectue dans l'immédiat par l'intervention des systèmes tampons, à court terme par le poumon, à long terme par le rein. Le poumon , en excrétant par les voies respiratoires du gaz carbonique, modifie la pCO 2 du sang artériel. Or, la régulation de la ventilation pulmonaire dépend de deux stimuli : la pCO 2 artérielle et le pH du sang artériel. Par mécanisme réflexe […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Appareil respiratoire »  : […] Chez les Amphibiens adultes, il est de type pulmonaire. Mais la présence d'une paire de poumons chez ces animaux a une importance qui est plutôt d'ordre anatomique et phylogénétique que d'ordre fonctionnel. En effet, les larves possèdent toutes une respiration branchiale et certains Urodèles conservent des branchies toute la vie. De plus, chez l'adulte, la peau et la muqueuse bucco-pharyngée ont […] Lire la suite

ANOURES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 591 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Phonation . Le coassement du mâle , en période sexuelle, consiste en une expiration forcée. L'air passe dans la bouche (les narines sont fermées) puis dans les sacs vocaux, sortes de diverticules pairs ou impairs de la paroi buccale, qui jouent le rôle de résonateurs. Leur position varie avec les genres. Certains, tel le crapaud commun ( Bufo bufo ), en sont dépourvus. Respiration . Les échanges r […] Lire la suite

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 667 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractères distinctifs des arachnides »  : […] Le corps des arachnides est constitué d’une série de segments, disposés les uns à côté des autres, qui illustre la métamérisation (parfois presque totalement disparue chez certains groupes comme les araignées ou les acariens). La zone céphalique n’est pas individualisée et le corps se divise en deux régions : à l’avant le céphalothorax, ou prosome, qui résulte de l’union de la tête et du thorax ; […] Lire la suite

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 664 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Appareils digestif et respiratoire »  : […] La cavité buccale, dont le fond est garni par une bandelette sinueuse formée de cellules à forte ciliature, comporte à son plafond une dépression dont la signification est obscure, la fossette de Hatschek. Elle se prolonge par un large pharynx qui assure le transport des aliments et la fonction respiratoire. Les parois latérales du pharynx sont percées de perforations étroites et nombreuses (180 p […] Lire la suite

CÉTACÉS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Vincent RIDOUX
  •  • 3 281 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Appareils digestif, respiratoire, circulatoire »  : […] L'orifice de l'œsophage est traversé par le larynx (fig. 1) de telle sorte que la nourriture passe, au moment de la déglutition, de part et d'autre de celui-ci. Les glandes salivaires sont absentes. L'estomac comporte trois poches successives, et, chez certains autres odontocètes, il peut être constitué de quatorze poches. L'intestin atteint quinze fois la longueur du corps . Les dauphins, comme […] Lire la suite

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 669 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Systèmes circulatoire et respiratoire »  : […] Le cœur, situé au milieu du thorax, est suspendu dans un grand sac péricardique. Le sang, admis par des ostioles, est envoyé dans des artères ramifiées vers les différents organes. Circulant alors dans un système de lacunes, il est drainé vers les branchies puis ramené au sinus péricardique. Les branchies sont situées dans deux chambres latérales formées par les rebords de la carapace ; les unes […] Lire la suite

DIPNEUSTES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 222 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques des dipneustes »  : […] Le corps des dipneustes, très allongé , est recouvert par des écailles arrondies dérivées de celles, losangiques, des sarcoptérygiens ; il se termine par une nageoire caudale symétrique. Les nageoires pectorales et pelviennes, allongées ou formant une palette, soutenues par un squelette entièrement cartilagineux, comportent un axe médian articulé sur lequel s'insèrent symétriquement des rayons eux […] Lire la suite

FIBROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Thomas LAVERGNE
  •  • 241 mots

La fibroscopie est une technique d'exploration interne utilisant les propriétés de propagation des rayons lumineux dans une fibre de verre. Elle permet de visualiser certaines régions de l'organisme — viscères creux notamment — qui sont inaccessibles à l'examen direct. On distingue la fibroscopie des voies aériennes (bronchoscopie) et la fibroscopie digestive (œsogastroduodénoscopie, jéjunoscopie, […] Lire la suite

HÉMOPTYSIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 192 mots

Rejet, au cours d'un effort de toux, de sang en provenance de l'arbre broncho-trachéal, à l'exclusion des saignements buccaux (d'origine digestive ou rhinopharyngée notamment). L'hémoptysie met rarement la vie en danger par son abondance ; mais sa valeur sémiologique considérable justifie toujours un bilan clinique et paraclinique très complet, comprenant le plus souvent une radiographie pulmonair […] Lire la suite

HYPOXIE & ANOXIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 188 mots

Diminution de la quantité d'oxygène utilisable par les cellules de l'organisme, l'hypoxie se manifeste le plus souvent par de la cyanose et par des signes de douleur affectant les organes les plus sensibles, cerveau et myocarde notamment. La mesure de la pression partielle de l'oxygène du sang artériel permet d'évaluer l'importance du déficit en oxygène, sauf lorsque l'hypoxie est liée à une anémi […] Lire la suite

INSECTES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 12 838 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Le système respiratoire »  : […] Les Insectes possèdent un système respiratoire très particulier, constitué par des trachées s'ouvrant à l'extérieur par des stigmates qui contrôlent les échanges entre l'animal et le milieu où il vit (fig.12) . Les stigmates sont généralement présents sur les deux derniers segments thoraciques et les huit premiers segments abdominaux. Il existe cependant des cas de réduction de ce nombre en relati […] Lire la suite

LARYNX, pathologie

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  •  • 1 981 mots
  •  • 3 médias

Organe de la phonation, puisqu'il joue un rôle très important dans l'émission des sons vocaux, le larynx est placé dans le cou à l'extrémité supérieure de l'arbre respiratoire. Les cartilages qui le constituent s'articulent en bas à la trachée et se rattachent en haut, par l'intermédiaire de l'os hyoïde, au plancher buccal. Directement en rapport avec les téguments du cou (pomme d'Adam), le lary […] Lire la suite

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Appareil respiratoire »  : […] L' homéothermie trouve au niveau de l'appareil respiratoire ses réalisations anatomiques et physiologiques essentielles. La lutte contre le froid dépend en définitive de l'intensité des oxydations et de la couche de graisse ; la lutte contre la chaleur, de l'évaporation d'eau surtout au niveau des voies respiratoires supérieures. Chez les Mammifères, trois dispositions anatomiques importantes conc […] Lire la suite

MOLLUSQUES

  • Écrit par 
  • André FRANC
  •  • 9 401 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Respiration »  : […] La respiration est branchiale chez la plupart des Mollusques aquatiques, moins souvent pulmonaire (Pulmonés) ou cutanée (certains Aplacophores et Opisthobranches, Scaphopodes). Les branchies consistent en longs « filaments » à ciliature définie ; au travers de la mince paroi de ces filaments, solidaires les uns des autres et agencés en lames particulièrement étendues chez les Bivalves, a lieu l'h […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raoul KOURILSKY, « RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/