R.M.N. (résonance magnétique nucléaire), physico-chimie

ALCALOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques E. POISSON
  •  • 5 684 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Détermination de la structure »  : […] Il n'existe pas de procédés propres à cette catégorie de substances naturelles, et il est fait appel à l'ensemble des méthodes physiques maintenant classiques. Elles permettent, sur de faibles quantités de produit, et en quelques semaines, voire quelques jours ou heures, d'établir la structure spatiale exacte de la molécule. À titre de comparaison, l'établissement de la formule de la strychnine a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcaloides/#i_24435

ALCYNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 321 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques »  : […] Les températures d'ébullition des alcynes sont plus élevées que celles des alcanes correspondants ; l'écart est de l'ordre de 6  0 C pour les acétyléniques vrais, de 15 à 20  0 C pour les acétyléniques substitués. Les termes symétriques cristallisent parfois ; les autres très difficilement. Les alcynes sont miscibles aux hydrocarbures et aux solvan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcynes/#i_24435

ANALYTIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Alain BERTHOD, 
  • Jérôme RANDON
  •  • 8 878 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Résonance magnétique nucléaire »  : […] La résonance magnétique nucléaire (R.M.N.) est basée sur un phénomène nucléaire. La molécule est soumise à deux champs magnétiques : l'un, intense et fixe, et l'autre, faible et variable. Ce second champ est obtenu par une radiation électromagnétique dans le domaine des radiofréquences, et il peut interagir avec le spin des noyaux. Comme en spectroscopie d'absorption, on recherchera les fréquences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-analytique/#i_24435

BENZÉNOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 5 547 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Absorption en résonance magnétique nucléaire »  : […] Les atomes d'hydrogène portés par les cycles aromatiques résonnent aux champs faibles en comparaison de ceux que portent les systèmes conjugués ouverts. La cause principale de cette différence réside dans l'existence, pour les systèmes benzénoïdes, d'un courant de cycle qui crée, au niveau des protons de ces systèmes, un petit champ qui s'ajoute au champ extérieur et augmente ainsi le champ local […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benzenoides/#i_24435

BIOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude Michel GARY-BOBO
  •  • 6 408 mots

Dans le chapitre « Investigation des structures moléculaires »  : […] La biophysique moléculaire se donne pour tâche l'étude de l'organisation spatiale des macromolécules en relation avec leurs interactions fonctionnelles dans le milieu biologique. C'est peut-être dans ce domaine que la puissance des méthodes physiques se révèle de façon le plus spectaculaire, par leur pouvoir de résolution aussi bien spatiale que temporelle ; certaines de ces méthodes mesurent de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biophysique/#i_24435

BLOCH FELIX (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 322 mots

Physicien d'origine suisse né le 23 octobre 1905 à Zurich, mort le 10 septembre 1983 à Zurich. Naturalisé américain (1939), professeur à l'université Stanford (Californie), Prix Nobel de physique (avec E. M. Purcell, 1952), Bloch a effectué de nombreux travaux théoriques et parfois expérimentaux, en physique de la matière condensée particulièrement. Il est un des créateurs de la méthode de la rés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-bloch/#i_24435

BLOEMBERGEN NICOLAAS (1920-2017)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 352 mots

Né le 11 mars 1920 à Dordrecht (Pays-Bas), Nicolaas Bloembergen est le fils d'un ingénieur chimiste travaillant dans une usine d'engrais. Il termina ses études universitaires à Utrecht juste avant que les nazis ne ferment l'université en 1943. Après deux dures années d'occupation, durant lesquelles il parvint à échapper au travail obligatoire en se cachant, et en se nourrissant principalement d'oi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolaas-bloembergen/#i_24435

CRISTAUX LIQUIDES

  • Écrit par 
  • Henry GASPAROUX
  •  • 4 839 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Structure microscopique et dynamique moléculaire »  : […] Ainsi que cela apparaît dans la description des caractères généraux des cristaux liquides, les différentes phases peuvent être identifiées à partir de leurs symétries moyennes, qui sont reflétées par les propriétés macroscopiques. Il convient néanmoins de chercher une description plus détaillée (plus microscopique) de ces phases afin d'aboutir à une compréhension complète du phénomène mésomorphe. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux-liquides/#i_24435

DYNAMIQUE MOLÉCULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean RIESS
  •  • 5 165 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Une méthode privilégiée pour l'étude de la dynamique moléculaire : la résonance magnétique nucléaire »  : […] Pour observer un phénomène de dynamique moléculaire, suivre les fluctuations de structures et mesurer leur fréquence, il faut disposer d'une méthode dont le temps caractéristique – c'est-à-dire le temps qu'il lui faut pour réagir à la présence des atomes dans un site moléculaire donné et les « voir » dans ce site – soit comparable à la durée du mouvement que l'on veut étudier. Si ce temps caractér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamique-moleculaire/#i_24435

ERNST RICHARD ROBERT (1933- )

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 458 mots

Chimiste suisse né le 14 août 1933 à Winterthur (Suisse). Richard Robert Ernst fait ses études à l'institut polytechnique de Zurich (E.T.H.), où il obtient en 1962 un doctorat en chimie physique pour des recherches théoriques et l'étude de problèmes d'instrumentation concernant la résonance magnétique nucléaire (R.M.N.). De 1963 à 1968, Ernst travaille dans les laboratoires des établissements Var […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-robert-ernst/#i_24435

FULDE-FERRELL-LARKIN-OVCHINNIKOV PHASE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 656 mots

L’état FFLO (initiales des physiciens Peter Fulde, Richard Ferrell, Anatoly Larkin et Yuri Ovchinnikov, qui ont prédit son existence en 1964) est un état supraconducteur qui résiste à la présence d’un champ magnétique élevé. Sa mise en évidence, plus de cent ans après que l’équipe du physicien néerlandais Heike Kamerlingh Onnes a mesuré la disparition de la résistance électrique d’un échantillon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phase-fulde-ferrell-larkin-ovchinnikov/#i_24435

IMAGERIE PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE DE DIFFUSION (IRMD)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 2 860 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principes de l’IRM de diffusion »  : […] L'imagerie par résonance magnétique de diffusion fait partie de la famille des techniques d’imagerie basées sur la résonance magnétique nucléaire (RMN). Dans un fort champ magnétique, les protons des atomes d’hydrogène des molécules d’eau, excités spécifiquement par une certaine fréquence d’un rayonnement électromagnétique, ont la propriété d’absorber ce rayonnement et d’en restituer un autre, lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imagerie-par-resonance-magnetique-de-diffusion/#i_24435

KARPLUS MARTIN (1930- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 448 mots
  •  • 1 média

Physico-chimiste austro-américain, Prix Nobel de chimie en 2013, Martin Karplus naît à Vienne (Autriche) le 15 mars 1930 dans une famille juive qui fuit la Shoah en émigrant aux États-Unis en 1938. Après des études universitaires à Harvard, il prépare son doctorat sous la direction de Linus Pauling à l’Institut de technologie de Californie (Caltech) et soutient sa thèse en 1953. Une bourse de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-karplus/#i_24435

LAUTERBUR PAUL (1929-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 806 mots

À l'écart des modes, chercheur solitaire et pionnier d'une rare audace, le chimiste américain Paul Lauterbur, né à Sidney (Ohio) le 6 mai 1929 et mort à Urbana (Illinois) le 27 mars 2007, marqua la science du xx e  siècle d'une profonde empreinte. Il eut, à Tiffin puis à Sidney, une enfance idyllique de scientifique en herbe. Vivant dans une ferme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-lauterbur/#i_24435

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison hydrogène

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 324 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Résonance magnétique nucléaire »  : […] La résonance magnétique nucléaire, comme les autres méthodes, permet de déceler la présence de liaisons hydrogène par la modification de la valeur des constantes de glissement chimique de la raie de résonance du proton du groupement AH, mais aussi, grâce à la structure fine de la raie, de préciser la géométrie de l'association. La décomposition de la raie en plusieurs composantes est en effet li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaison-hydrogene/#i_24435

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Résonance magnétique »  : […] À l'image du gyroscope, un moment magnétique m peut effectuer un mouvement de précession autour d'un champ magnétique statique H 0 avec une vitesse angulaire : indépendante de l'orientation de m par rapport à H 0 . En mesurant la susceptibilité magnétique dans une direction perpendiculaire au champ H 0 , à l'aide d'un petit champ excitateur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_24435

MAGNÉTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jean HOARAU
  •  • 5 364 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Application de la loi d'additivité de Pascal »  : […] L 'établissement et l'utilisation de la loi d'additivité des susceptibilités diamagnétiques par Paul Pascal font de lui un des créateurs de la magnétochimie moderne. D'après cette loi, la susceptibilité magnétique d'une molécule χ M est égale à la somme des susceptibilités χ A des atomes qui la constituent, corrigée éventuellement d'incréments λ caractérisant certaines particularités moléculair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/#i_24435

ORGANIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 7 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Identification d'une substance organique »  : […] À l'origine surtout, le point de départ de l'identification d'une substance organique était l'analyse élémentaire. Elle permet de déterminer le pourcentage des divers éléments : C, H, O, N... ; si la masse moléculaire, dont la cryoscopie fournit une valeur approchée, n'est pas trop grande, et si les résultats de l'analyse sont suffisamment précis, on en déduit la formule brute CαH β O γ N δ ... […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-organique/#i_24435

POMPAGE OPTIQUE

  • Écrit par 
  • Alfred KASTLER
  •  • 4 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Applications »  : […] La méthode de pompage optique qui permet de changer les répartitions de population entre les états Zeeman ou entre les états de structure hyperfine d'un atome en phase vapeur fait l'objet de nombreuses applications. Toute cause qui produit une modification du degré d'orientation est susceptible d'être étudiée. Il devient ainsi possible de faire, dans les différents cas, une étude détaillée des pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pompage-optique/#i_24435

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 683 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Analyses de la conformation »  : […] Les premières études de structures tridimensionnelles ont été réalisées par analyse de la diffraction des rayons  X (de longueur d'onde 0,05-0,25 nm) par des cristaux prot\'e9iques. Les rayons X diffractés génèrent des interférences à partir desquelles il est possible d'obtenir une image 3D de la protéine. La connaissance de la séquence de la protéine est un prérequis indisp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines/#i_24435

PURCELL EDWARDS MILLS (1912-1997)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 341 mots

Né le 30 août 1912 à Taylorville, dans l'Illinois (États-Unis), Edward Mills Purcell fit ses études supérieures à l'université Purdue, dans l'Indiana, où il obtint un diplôme d'ingénieur électricien, en 1933. Après un an à la Technische Hochschule de Karlsruhe (Allemagne), il fut admis à Harvard, où il soutint sa thèse en 1938. En 1940, il rejoignit le laboratoire du rayonnement du Massachusetts I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwards-mills-purcell/#i_24435

RÉSONANCE MAGNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques COURTIEU, 
  • Maurice GOLDMAN
  •  • 7 306 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Applications de la résonance magnétique à la chimie »  : […] La R.P.E. connaît quelques applications en chimie, notamment par l'étude de centres paramagnétiques appelés radicaux libres produits transitoirement au cours de certaines réactions chimiques, qui permet d'en élucider le mécanisme. L' utilisation la plus importante de la résonance magnétique, par le nombre de travaux et le nombre de chercheurs qui s'y consacrent, est cependant la R.M.N. de haute r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resonance-magnetique/#i_24435

SPECTROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Michel de SAINT SIMON
  •  • 5 066 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Spectroscopie moléculaire »  : […] À faible résolution, on observe dans les spectres moléculaires la présence de bandes continues qui, analysées avec des appareils plus puissants, révèlent la présence de très nombreuses raies. Celles-ci correspondent à des transitions électroniques dans le visible et dans l'ultraviolet, à des modes de vibration des molécules de plus faible énergie dans l'infrarouge et à des combinaisons vibration- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spectroscopie/#i_24435

WÜTHRICH KURT (1938- )

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 487 mots

Kurt Wüthrich naît en 1938 à Aarberg (Suisse). Il obtient sa licence de chimie en 1962, puis devient docteur en chimie inorganique en 1964 à Bâle. En 1967, il effectue deux stages post-doctoraux, à Bâle et à Berkeley. De 1967 à 1969, il travaille pour les laboratoires Bell Telephon Murray Hill, dans le New Jersey. En 1969, il entre à l'École polytechnique fédérale de Zürich, où il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-wuthrich/#i_24435