RÉSERVES PHYSIOLOGIQUESRéserves végétales

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réserves destinées à la reproduction

Les organes de mise en réserve sont soit des organes spécialisés dans lesquels la plante mère dépose les métabolites en excès dont elle dispose, soit des graines issues de la fécondation des ovules par les grains de pollen. Dans un cas comme dans l'autre, la plante utilise des systèmes de protection et met des barrières (dormances) pour éviter que l'utilisation des matières nutritives se fasse mal à propos. Dans cette sorte de contrat d'assurance vie, destiné à réduire les faux départs à des époques inopportunes, interviennent des systèmes inhibiteurs qui cesseront d'intervenir lorsque les facteurs ambiants offriront une suffisante stabilité pour que la permanence de l'espèce soit assurée.

Les organes de reproduction végétative sont des tubercules, des rhizomes ou des bulbes dans lesquels se trouvent généralement des parenchymes bourrés de produits résultant de la photosynthèse (le plus souvent l'amidon, glucide condensé mais rapidement mobilisable).

Les tubercules de dahlia, de topinambour (Helianthus tuberosus), ceux de nombreuses orchidées sont des racines renflées. Ceux de pomme de terre (Solanum tuberosum) ou de crosne du Japon (Stachys tuberifera) sont des rameaux souterrains auxquels participent plusieurs entrenœuds. Le tubercule de cyclamen n'est composé que d'un seul nœud hypertrophié.

Les rhizomes sont des tiges souterraines vivaces, qui stockent les réserves permettant à l'individu d'affronter la mauvaise saison (exemple : sceau-de-Salomon = Polygonatum officinale, ou encore iris rhizomateux).

Les bulbes sont formés par une tige très condensée, entourée de feuilles plus ou moins modifiées. Dans le cas des bulbes solides, la tige seule est épaissie, les feuilles sont minces et protectrices (colchique, glaïeul, safran, iris bulbeux). Les bulbes écailleux ont leurs feuilles relativement étroites ; gonflées de matières de réserve, elles recouvrent une courte tige portant le point végétatif. Les feuilles des bulbes tuniqués sont au contraire très élargies, chacune entourant à peu près ent [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Lipides, protéines et glucides de végétaux

Lipides, protéines et glucides de végétaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Germination

Germination
Crédits : Davies & Starr, Getty Images

photographie

Chicorée sauvage

Chicorée sauvage
Crédits : Inna Nerlich/ Panther Media/ Age Fotostock

photographie

Arbre-bouteille

Arbre-bouteille
Crédits : P. Jaccod/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Genève, directeur du département de biologie végétale

Classification

Autres références

«  RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES  » est également traité dans :

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves animales

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jean-Marie VERNIER
  •  • 7 470 mots
  •  • 7 médias

Alors que les besoins nutritionnels, et surtout les besoins énergétiques, des animaux sont permanents, leur alimentation est au contraire discontinue. La mise en réserve temporaire est donc une nécessité vitale. Les composés mis en réserve comportent aussi bien des nutriments d'origine endogène que des nutriments d'origine exogène alimentaire. Comparées aux végétaux, les possibilités métaboliques […] Lire la suite

ADIPEUX TISSU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 333 mots

Tissu conjonctif dans lequel les fibrilles de précollagène ne forment qu'un mince réseau enserrant des lobules graisseux et dans lequel la microvascularisation est bien développée ainsi que l'innervation. Le tissu adipeux a pour cellules des fibrocytes et des histiocytes. Ces derniers ont la particularité de pouvoir se charger de lipides, dispersés en phase aqueuse. Une large enclave formée de tri […] Lire la suite

CHOLESTÉROL

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jacques ROUFFY
  •  • 5 931 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Esters de cholestérol tissulaires »  : […] Dans les cellules, le cholestérol est présent principalement sous forme libre. Dans certains tissus toutefois, on trouve des esters de cholestérol en concentration notable : il s'agit alors de formes de réserve du cholestérol. Dans le foie, le cholestérol est ainsi en réserve en vue de sa conversion en acides biliaires et de son exportation au sein des lipoprotéines plasmatiques (cf. tableau)  ; […] Lire la suite

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 231 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Vésicule ombilicale »  : […] Chez les reptiles et les oiseaux ovipares, la vésicule ombilicale est toujours volumineuse. Elle est, comme dans l'œuf de poule, caractérisée par l'abondance des réserves nutritives (ou vitellus) du « jaune » de l'œuf. Le vitellus est constitué par des protéines, des graisses, lécithines et autres phospholipides, du cholestérol, des hydrates de carbone, des sels minéraux et une faible quantité […] Lire la suite

FER - Rôle biologique du fer

  • Écrit par 
  • Carole BEAUMONT
  •  • 4 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les réserves en fer de l'organisme »  : […] Les réserves en fer de l'organisme se trouvent principalement dans les hépatocytes et dans les macrophages du foie et de la rate. Ce fer de réserve est associé à la ferritine, une protéine hétérogène, constituée d'une coquille protéique creuse de diamètre extérieur 12-13 nm et d'un noyau ferrique pouvant contenir jusqu'à 4 000 atomes de fer au sein de la cavité centrale (fig. 2a ). Cette coquille […] Lire la suite

GLUCIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Charles PRÉVOST, 
  • Fraidoun SHAFIZADEH, 
  • Melville Lawrence WOLFROM
  •  • 10 651 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Polymères du fructose (fructanes) »  : […] Les fructanes constituent, tout comme l'amidon, la réserve glucidique de certaines plantes, particulièrement Composées et Graminées. L' inuline , très répandue dans de nombreux organes de plantes (artichaut, dahlia), se range dans ce groupe. Elle est composée de 30 à 40 résidus D-fructofuranosyl, unis par des liaisons β (1 → 2), et de 1 à 2 unités D-glucopyranosyl placées en bout de chaîne . D'aut […] Lire la suite

GLYCÉMIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET, 
  • Universalis
  •  • 3 643 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les lieux du métabolisme glucidique »  : […] Les lieux du métabolisme glucidique comprennent deux plaques tournantes essentielles (la cellule hépatique et la cellule graisseuse) et un lieu privilégié d'utilisation (la cellule musculaire). Les études biochimiques fondamentales, réalisées in vitro, consistent à analyser les modifications, en fonction du temps, que subissent différentes substances au contact de broyats tissulaires. Le foie peu […] Lire la suite

GLYOXYSOME

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 738 mots
  •  • 1 média

Pendant la germination des graines oléagineuses (ricin, tournesol), les réserves lipidiques de l'albumen ou des cotylédons des semences disparaissent. Ces lipides sont convertis en glucides, principalement du saccharose : ainsi un flux de carbone dérivé des lipides pourra alimenter la plantule en croissance, en lui fournissant les composés carbonés indispensables à son métabolisme hétérotrophe. La […] Lire la suite

HÉMOCHROMATOSES

  • Écrit par 
  • Claude EUGÈNE
  •  • 2 559 mots

Dans le chapitre «  Le fer dans l'organisme humain »  : […] Le fer est un élément primordial de différents constituants du corps humain. Il est présent, d'abord, dans les composés héminiques que sont l'hémoglobine (dans les globules rouges), la myoglobine (protéine musculaire) et diverses enzymes. Il appartient, ensuite, à des composés non héminiques tels que la transferrine, molécule de transport, ou encore la ferritine et l'hémosidérine, molécules de […] Lire la suite

LECTINES

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 2 168 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Distribution et localisation »  : […] Les lectines se rencontrent communément dans les graines surtout de Légumineuses où elles peuvent représenter une part importante de leurs protéines (par exemple 30 p. 100 des protéines totales chez Canavalia ensiformis ), ce qui fait penser qu'elles peuvent avoir un rôle de réserve. Elles se forment au cours de la maturation de la graine (vingt-sept jours après l'anthèse chez Dolichos biflorus ) […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MIÈGE, « RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-vegetales/