RÉSEAUX SOCIAUX, Internet

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les différents types de réseaux sociaux

Ces nouveaux services, qu'on qualifie souvent de « Web 2.0 », se caractérisent par l'importance de la participation des utilisateurs à la production de contenus et par leur mise en relation. Les études du phénomène n'en sont qu'à leur début, mais l'immense intérêt suscité par de probables retombées commerciales assure déjà largement leur financement comme leur diffusion. Deux jeunes chercheuses américaines en sciences de la communication, Danah Boyd et Nicole Ellison, définissent les sites de réseaux sociaux comme « des services Web qui permettent aux individus de construire un profil public ou semi-public dans le cadre d'un système délimité, d'articuler une liste d'autres utilisateurs avec lesquels ils partagent des relations et de voir et de croiser leurs listes de relations et celles faites par d'autres à travers la plate-forme ». La nouveauté apportée par ces sites de social networking tient donc à la mise en place progressive de la liste d'amis comme principal outil de navigation. Les premiers sites de réseaux sociaux, Classmates (1995) et Six Degrees (1996), avaient ouvert la voie dès le début d'Internet grand public, mais il aura fallu attendre 2003 pour voir arriver les premiers sites relationnels accordant une place décisive à la fonctionnalité contacts-amis comme LinkedIn, Hi5, Friendster, MySpace et CyWorld, qui ont tous été créés en 2003. Facebook a été, quant à lui, créé l'année suivante.

La réussite exceptionnelle de ces sites s'appuie sur une nouvelle forme de navigation qui, d'une part, prend acte des imperfections de la recherche par combinaison de critères des classiques moteurs de recherche, et, d'autre part, s'enracine dans une expérience d'usage beaucoup plus proche des attentes et des pratiques ordinaires des utilisateurs. Ainsi la découverte d'informations est-elle souvent plus pertinente lorsqu'elle emprunte les chemins frayés par le réseau des proches. Elle procède de l'exploration des traces d'activité des amis de ses amis. Contrairement aux sites plus anciens de tchat et de rencontres où fleurissent l'anonymat, les pseudos et autres petits ou gros mensonges, la mise en visibilité de son réseau d'amis constitue une contrainte de réalisme pour les participants. Il est en effet beaucoup plus difficile de jouer avec ses caractéristiques identitaires lorsque celles-ci sont soumises au regard des proches.

Sur le Web 2.0, les personnes se rendent certes caractérisables par les données qu'on assigne habituellement à la reconnaissance individuelle comme la photo, le sexe, l'âge ou la profession. Mais la dynamique qui concourt à la réussite du Web 2.0 tient surtout au fait que de plus en plus d'informations beaucoup moins stables sont aussi promues au rang d'indices « identitaires ». C'est d'abord le cas du réseau relationnel des individus, qui est devenu un facteur central pour l'existence et la visibilité des personnes sur la Toile. Mais les textes, les photos ou les vidéos qu'on aime ou ceux qu'on a créés constituent aussi de puissants instruments de reconnaissance et d'affiliation aux autres, si bien que les personnes endossent les contours et les couleurs des productions auxquelles elles sont reliées, volontairement ou non. À travers les petites phrases de présentation ou de manifestation d'humeur, la mise en récit de soi s'est aussi généralisée auprès de publics bien plus larges que la population « lettrée » des blogueurs. Enfin, dans certains contextes, la disponibilité temporelle et la localisation géographique apparaissent comme des critères efficaces de caractérisation des individus.

La manière dont sont rendus visibles ces multiples signes d'identité sur les sites du Web 2.0 constitue l'une des variables les plus pertinentes pour apprécier la diversité de ces plates-formes et des activités relationnelles qui y ont cours. Un examen transverse des différentes familles de sites relationnels – qu'il s'agisse des services de rencontres, d'échanges entre amis, des communautés de goût ou d'intérêt, des plates-formes de partage d'œuvres autoproduites ou des mondes virtuels – montre que la manière dont les individus apparaissent et dont ils peuvent tisser des liens est souvent structurée très différemment. D'une part, certains sites demandent au participant une fiche signalétique enregistrant son identité civile et sociale sans lui proposer d'inviter à inscrire avec lui son réseau d'amis ou de proches, alors que d'autres suggèrent à l'utilisateur d'adopter un pseudo, tout en invitant son réseau relationnel à partager ses activités sur la plate-forme. D'autre part, certains sites privilégient la recherche par le truchement d'un moteur fonctionnant par combinaison d'une série de critères retenus a priori, alors que d'autres, souvent à dessein, ne proposent pas de moteur, mais invitent à une navigation à travers les « amis d'amis », l'appartenance à des groupes ou le partage de tags (mots clés librement choisis et agrégés par tout un chacun, aboutissant à la catégorisation collaborative, ou folksonomy, classement « par les gens » et non par les experts). Pour mineurs qu'ils paraissent, les choix opérés dans le design des fonctionnalités de ces plates-formes ont aussi des conséquences très importantes sur les publics auxquels elles s'adressent et les activités qu'elles accueillent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : sociologue au Laboratoire des usages de France Telecom R &D, chercheur associé au Centre d'étude des mouvements sociaux, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  RÉSEAUX SOCIAUX, Internet  » est également traité dans :

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 995 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Agnotologie, post-vérité et fake news »  : […] L’expression « post-vérité » – élue « mot de l’année 2016 » par l’ Oxford English Dictionary  – désigne une forme de circulation de l’information sans qu’intervienne un réel souci concernant sa véracité et sa validité. Il peut s’agir d’une circulation virale d’informations mal sourcées sur les réseaux sociaux, de reprise au premier degré d’éléments parodiques ou même parfois d’un visage nouveau de […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Des Algériens à l’écoute du monde par les réseaux sociaux »  : […] Lors des émeutes de 2011, les Algériens étaient encore peu équipés en moyens de téléphonie et de communication personnels par rapport aux Tunisiens ou aux Égyptiens. Mais, au cours des années 2010, le nombre de téléphones portables s’envole : 20 millions d’Algériens, soit la moitié de la population, sont sur les réseaux sociaux en 2019. Les Algériens sont désormais surinformés, entre téléphonie mo […] Lire la suite

APPRENTISSAGE ET INTERNET

  • Écrit par 
  • Franck AMADIEU, 
  • André TRICOT
  •  • 1 197 mots

Dans le chapitre « Un nouvel environnement documentaire »  : […] Après l’invention de l’écriture, de l’imprimerie, du cinéma, de la télévision, Internet accroît de façon très importante la quantité de connaissances auxquelles nous pouvons accéder. Pourtant, dans les faits, son apport aux apprentissages est souvent limité. D’une part, des enquêtes révèlent que les usagers d’Internet ne recherchent généralement que des informations qui confirment ce qu’ils saven […] Lire la suite

BIG DATA

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX
  •  • 6 153 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La consommation et la société  »  : […] Le big data entre de plus en plus dans le quotidien des individus. Quiconque consulte une page Web sur Internet actionne de manière quasi automatique des systèmes de recommandation particulièrement efficaces qui vont, en marge de la navigation de l’utilisateur dans l’Internet, analyser le contenu des demandes et des réponses pour construire et consolider les profils des utilisateurs et les regrou […] Lire la suite

BLOG

  • Écrit par 
  • Dominique CARDON
  •  • 2 581 mots

Dans le chapitre « Le blog comme conversation »  : […] Dans ses divers usages, le blog apparaît moins comme un outil de publication que de communication, permettant de trouver des semblables. En effet, lorsqu'un blog n'est pas commenté, son auteur se décourage et le blog meurt alors très vite. Mais, plus encore, selon ce que l'on montre de soi en public, les relations sociales qui se forgent à travers Internet empruntent des chemins très différents. […] Lire la suite

CONSOMMATION - Comportement du consommateur

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Marc VANHUELE
  •  • 8 995 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'étude des besoins et motivations »  : […] Pourquoi un individu achète-t-il un produit ou un service ? Et pourquoi telle marque plutôt que telle autre ? Ces questions ont donné naissance à toute une série de travaux centrés sur les notions de besoins et de motivations. Même si la terminologie varie selon les auteurs (besoin, désir, mobile, instinct, pulsion, etc.), toutes les approches centrées sur la motivation font l'hypothèse de forces […] Lire la suite

CONSPIRATIONNISME

  • Écrit par 
  • Emmanuel TAÏEB
  •  • 6 438 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dimension politique et outils de diffusion »  : […] La dimension politique du conspirationnisme est centrale. Dans les années 1960, l’un des pionniers de la recherche sur le complotisme aux États-Unis, Richard Hofstadter, avait précisément corrélé l’imaginaire du complot à l’orientation politique, notamment à l’extrême droite, dans l’hostilité à l’égard du gouvernement fédéral, dans le suprématisme blanc, et plus généralement dans un sentiment de […] Lire la suite

ÉVALUATION DE LA RECHERCHE

  • Écrit par 
  • Ghislaine FILLIATREAU
  •  • 3 207 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nécessité d’une évaluation de la recherche »  : […] Ainsi, la recherche n’est plus vue comme une dépense plus ou moins nécessaire, mais comme un investissement porteur de développements futurs. En même temps, elle est perçue par les investisseurs comme à la fois coûteuse et ésotérique : rien d’étonnant à ce que la demande d’évaluation explose. Ces évaluations peuvent être demandées par une fondation ou un ministère, pour décider à quels projets ou […] Lire la suite

FINANCEMENT PARTICIPATIF ou CROWDFUNDING

  • Écrit par 
  • Jean-Charles DUFEU
  •  • 3 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Souscription-abonnement »  : […] Le principe de souscription régulière, sous la forme d’une participation libre et récurrente, est essentiellement utilisé par les producteurs de contenu éditorial, capables de proposer à leurs contributeurs une contrepartie à intervalle constant. En échange d’une garantie de contenu, les souscripteurs versent une certaine somme d’argent tous les mois au porteur de projet. Cette souscription collec […] Lire la suite

INTERNET - Les usages sociaux

  • Écrit par 
  • Dominique CARDON
  •  • 3 205 mots

Dans le chapitre « Individualisme et nouvelles solidarités »  : […] Les usages d'Internet témoignent et amplifient les transformations de l'individualisme contemporain. Celui-ci se manifeste d'abord sous sa forme expressive à travers les blogs, les sites de partage de contenus (DailyMotion, Flickr...) et les sites de réseaux sociaux (MySpace, FaceBook...), ensemble de plates-formes relationnelles que l'on identifie aujourd'hui sous l'étiquette Web 2.0. Le dévelop […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 juin 2020 France. Censure par le Conseil constitutionnel de la loi contre les contenus haineux sur Internet.

Le Conseil constitutionnel censure les principales dispositions de la loi contre les contenus haineux en ligne, adoptée en mai. Le Conseil estime que l’obligation imposée aux réseaux sociaux de supprimer ce type de contenus dans les vingt-quatre heures suivant leur signalement risque de porter « une atteinte à l’exercice de la liberté d’expression […] Lire la suite

13 mai 2020 France. Adoption de la loi contre les contenus haineux sur Internet.

réseaux sociaux, plateformes collaboratives et moteurs de recherche. Le texte est critiqué par nombre d’organisations professionnelles, d’associations de défense des droits humains et des libertés sur Internet, ainsi que par la Commission européenne. […] Lire la suite

14-30 novembre 2018 France. Mouvement des « gilets jaunes ».

Internet aboutit à la désignation de huit « messagers » chargés de prendre contact avec les représentants de l’État. Leurs principales revendications sont « la baisse de toutes les taxes » et la création d’une « assemblée citoyenne ». Leur légitimité est aussitôt mise en cause sur les réseaux sociaux. Le 27, dans un discours prononcé à l’Élysée, Emmanuel […] Lire la suite

15 mars 2018 États-Unis. Annonce de sanctions financières dans le cadre de l'« enquête russe ».

l’Internet Research Agency et cinq entités inculpées en février pour avoir tenté d’influer sur le scrutin par le canal des réseaux sociaux, ainsi que six membres du renseignement militaire russe, le GRU. La mesure inclut un gel des avoirs, ainsi que l’interdiction pour les sociétés américaines de collaborer avec elles. […] Lire la suite

2-24 février 2018 États-Unis. Avancées dans l'« enquête russe ».

réseaux sociaux. L’acte d’accusation met en cause un organisme russe de propagande sur Internet situé à Saint-Pétersbourg, l’Internet Research Agency. Le président républicain avait jusque-là qualifié ces soupçons de « bobards ». Ce volet de l’« enquête russe » ne concerne pas le piratage informatique du Parti démocrate ni les soupçons de collusion […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique CARDON, « RÉSEAUX SOCIAUX, Internet », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reseaux-sociaux-internet/