RÉSEAU, cristallographie

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 350 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Alliages métalliques industriels »  : […] Après ces considérations générales, nous pouvons maintenant nous intéresser à des alliages industriels. Les plus utilisés sont les aciers, qui présentent une palette particulièrement riche de produits, depuis ce qu'il est convenu d'appeler, plus ou moins péjorativement, la ferraille, jusqu'aux aciers inoxydables, en passant par les maragings , mis en œuvre pour des usages tel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliages/#i_29364

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 291 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les systèmes cristallins et les réseaux de Bravais »  : […] La notion de cristal repose historiquement sur des observations de minéralogistes. En effet, pour une espèce chimique donnée, le sel par exemple, bien que les cristaux soient de tailles et de formes très variables, leurs facettes forment entre elles un petit nombre d'angles différents que l'on retrouve d'un échantillon à un autre. D'où l'idée que ces cristaux étaient faits d'empilements réguliers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux/#i_29364

DIFFRACTION DES RAYONS X

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 360 mots
  •  • 2 médias

La thèse de William Lawrence Bragg (1890-1971), publiée en 1913 dans les comptes-rendus de la Cambridge Philosophical Society et titrée Diffraction d'ondes courtes électromagnétiques par un cristal , marque la naissance de l'étude moderne des solides, et en particulier des cristaux. Après ses études à Adélaïde en Australie (sa ville natale), puis à l'université de Cambridge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diffraction-des-rayons-x/#i_29364

GLACE

  • Écrit par 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 7 960 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Réseau cristallin de la glace I »  : […] La diffraction des rayons X et la spectroscopie montrent que, dans le minéral glace ordinaire (glace Ih), chaque atome d'oxygène se trouve au centre d'un tétraèdre régulier formé par les quatre atomes d'oxygène les plus proches, situés à 0,2767 nm, auxquels il est lié par l'intermédiaire des liaisons hydrogène. L'angle entre deux liaisons hydrogène est de 109,47 0 . Cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glace/#i_29364

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Ferrimagnétisme »  : […] Lorsque les atomes magnétiques, qui peuvent être de nature différente, sont situés sur des sites cristallographiques distincts, ils sont soumis à des champs moléculaires différents. On est ainsi conduit à diviser le réseau cristallin en sous-réseaux A, B, C, ..., d'aimantation partielle M A , M B , M C , ..., correspondant chacun à des sites identiques et soumis à des champs moléculaires H A , H B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_29364

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idéalisation de l'espace cristallin ; un détour heuristique vers les structures moléculaires »  : […] De longue date, la distinction et l'identification des minéraux se faisait d'après leurs attributs organoleptiques ; le repérage de formes caractéristiques n'était que l'un des arguments d'une diagnose mal assurée dans la hiérarchie des critères. Cependant, à la fin du xviii e  siècle, sur la voie de la reconnaissance d'espèces minérales (et non p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere/#i_29364

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Atomes interstitiels et défauts de Frenkel »  : […] Les atomes interstitiels sont des atomes qui s'introduisent dans les interstices du réseau cristallin et produisent des distorsions locales du réseau. Ces distorsions sont a priori très importantes quand les atomes interstitiels sont identiques ou de même diamètre que les atomes du réseau hôte. L'énergie qu'il faut fournir pour introduire un interstitiel est très grande et l'énergie thermique n'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_29364

MÉSOMORPHE ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jacques SIMON
  •  • 3 041 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Rupture d'ordre de type rotationnel »  : […] La symétrie tridimensionnelle du réseau monocristallin peut être rompue par l'induction de rotations des molécules qui le constituent . La molécule initialement immobile et ordonnée commence généralement par tourner autour de son plus grand axe . Les centres de gravité conservent ou ne conservent pas la position qu'ils occupaient à l'état solide. L'amplitude de la rotation peut varier d'un mouvem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-mesomorphe/#i_29364

OPTIQUE CRISTALLINE - Diffraction par les cristaux

  • Écrit par 
  • André AUTHIER
  •  • 8 875 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Étude dans l'espace réciproque »  : […] L'approche de Bragg pour l'interprétation de la diffraction des rayonnements par les cristaux n'est pas seule que l'on puisse envisager. Celle due à M. von Laue est tout aussi utilisée et doit être décrite ici. Elle fait appel à la notion de réseau réciproque associé au réseau cristallin (cf.  cristaux  - Cristallographie). On peut rappeler que le réseau réciproque est co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/optique-cristalline-diffraction-par-les-cristaux/#i_29364

TRANSITION ORDRE-DÉSORDRE

  • Écrit par 
  • Hubert CURIEN
  •  • 4 690 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Désordre réticulaire et désordre topologique »  : […] L'ordre qui règne dans un cristal est caractérisé par le fait que l'arrangement des atomes autour d'un point  r se retrouve identique en tous les points r  +  l , l étant l'une quelconque des translations du réseau  : On peut tout aussi bien dire que l'édifice cristallin est ramené en co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transition-ordre-desordre/#i_29364

UMKLAPP PROCESSUS

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 470 mots

Processus d'interaction, d'un type particulier, ayant lieu entre particules (électrons) ou quasi-particules (phonons, photons, magnons, etc.) à l'intérieur d'un réseau cristallin. Tandis que, dans un processus « normal » (ou « N »), la conservation de l'impulsion ou de la quasi-impulsion totale est toujours vérifiée, elle ne l'est dans un processus « Umklapp » (ou « U ») qu'à condition de faire in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/processus-umklapp/#i_29364

VITREUX ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jean FLAHAUT
  •  • 5 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure des verres »  : […] Nous présenterons, pour commencer, un ensemble de données définissant les structures des verres d'oxydes. Puis nous étendrons ces conclusions à des verres non traditionnels dans lesquels l'oxygène est remplacé par un autre non-métal tel que S, Se, Te ou F. Les verres d'oxydes sont constitués d'un réseau tridimensionnel formé par les atomes d'oxygène et les atomes d'un semi-métal A, tels que Si, G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-vitreux/#i_29364


Affichage 

Dislocation linéaire

dessin

Dislocation linéaire : dans ce type de défaut simple dans un réseau cristallin, un plan d'atomes vertical s'interrompt brusquement sur une « ligne de dislocation » 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dislocation linéaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin