DOMINICAINE RÉPUBLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Dominicaine (République) : carte physique

Dominicaine (République) : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Dominicaine (République) : drapeau

Dominicaine (République) : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

République Dominicaine : économie

République Dominicaine : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


Nom officielRépublique Dominicaine (DO)
Chef de l'État et du gouvernementDanilo Medina (depuis le 16 août 2012)
CapitaleSaint-Domingue
Langue officielleespagnol
Unité monétairepeso dominicain (DOP)
Population10 351 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)48 311

Géographie

Un paysage montagneux mais ouvert

Le relief est dominé par la cordillère centrale qui culmine à 3 175 mètres avec le Pico Duarte, le sommet le plus élevé des Antilles. Cette chaîne de montagne constitue l'ossature d'un système de sédiments secondaires plissés, différencié en chaînes et en vallées souvent séparées par des failles. La dépression du lac Enriquillo située dans un graben est à 30 mètres sous le niveau de la mer. Les principaux fleuves, comme le Yaque del Norte, le Yuna, le Camu et le Yaque del Sur coulent entre des contreforts montagneux imposants. Ces vallées laissent pénétrer loin à l'intérieur des terres l'influence des alizés qui soufflent du nord-est et qui sont responsables de l'alternance entre une saison humide (de mai à novembre) et une saison sèche (de novembre à mai). Les versants au vent sont plus arrosés (Samaná, Higüey) que les versants sous le vent (Barahona, Jimani, Pedernales, Montecristi). La végétation s'en ressent et présente une mosaïque de milieux selon l'altitude et l'exposition. On passe ainsi de la forêt dense sempervirente (presqu'île de Samaná) à la savane de type semi-aride (autour de la dépression des grands lacs). Entre juin et novembre, le passage des cyclones provoque des dégâts catastrophiques pour la population, les biens et l'économie.

La primauté de l'héritage hispanique

La Española (nom donné par Colomb à l'île en 1492, devenu Hispaniola) est le premier point d'ancrage de la présence espagnole dans le Nouveau Monde. En même temps que la société créole, se mettent en place une trame urbaine et un semis de ports qui, aujourd'hui encore, constituent les lignes de force de l'organisation de l'espace. Toutes les villes dominicaines d'une certaine importance portent les vestiges de cette période coloniale : Saint-Domingue (Santo Domingo), la capitale, a un patrimoine architectural de grande valeur dont la rénovation a permis une valorisation touristique lucrative, de même à Santiago, Puerto Plata et La Vega. Les principales routes sont déjà tracées par les chemins mulet [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : agrégé de géographie, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  DOMINICAINE RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

DOMINICAINE RÉPUBLIQUE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/republique-dominicaine/#i_20004

BALAGUER JOAQUÍN (1907-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 170 mots

Homme politique dominicain. Après des études de droit, Joaquín Balaguer entre dans les arcanes du pouvoir sous l'égide du dictateur Trujillo, qui le désigne comme vice-ministre des Affaires étrangères en 1937 et même comme président nominal du pays en 1960. Après l'assassinat du tyran en 1961, Balaguer est rapidement poussé à l'exil par les militaires. Il revient en 1965, à la faveur d'une interv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joaquin-balaguer/#i_20004

BOSCH JUAN (1909-2001)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 159 mots

Homme politique dominicain et écrivain. Pour fuir le régime du dictateur Trujillo, ce conteur et romancier du monde rural s'exile à Porto Rico en 1938, puis à Cuba, où il fonde l'année suivante le Parti révolutionnaire dominicain, qui est encore le principal parti politique du pays. De retour à Saint-Domingue en 1961 après l'assassinat de Trujillo, il est élu président de la République en 1962 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-bosch/#i_20004

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 810 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une littérature »  : […] Pendant la première moitié du xvi e  siècle, la ville de Saint-Domingue devient la capitale culturelle du Nouveau Monde, et de son Université et de ses couvents sortent les premiers manuels d'évangélisation et les premiers traités d'ethnologie qui constituent l'apport essentiel de la littérature missionnaire. Néanmoins, durant l'époque coloniale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caraibes-litteratures/#i_20004

HAÏTI

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 8 673 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La nature autoritaire du pouvoir »  : […] La vie politique haïtienne reste centrée sur la nécessité de la défense, laissant aux militaires la haute main sur la chose publique. Divisés entre Mulâtres et Noirs, les héritiers de Toussaint Louverture se font la guerre et, de 1806 à 1820, le pays se trouve scindé en quatre entités distinctes : le royaume du Nord d'Henry Christophe, la république de l'Ouest d'Alexandre Pétion, l'État du Sud d'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haiti/#i_20004

HISPANIOLA

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GIACOTTINO
  •  • 322 mots

Baptisée « la Española » lors de sa découverte par Christophe Colomb en 1492, cette île des Grandes Antilles devint, par déformation, Hispaniola, son nom américain étant Haïti (Grande Terre) ou Quiqueya (Terre haute). Par la suite, on prit coutume de l'appeler Saint-Domingue, du nom de sa capitale (Santo Domingo) fondée en 1496 par Bartolomé Colomb. Elle s'étend sur 76 480 kilomètres carrés au sud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hispaniola/#i_20004

PANAMÉRICANISME

  • Écrit par 
  • René Jean DUPUY
  •  • 4 055 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dissensions interaméricaines »  : […] Les institutions panaméricaines n'ont pas toutes fonctionné avec un égal bonheur. Certes, sur le plan administratif, une œuvre non négligeable a été accomplie, particulièrement au niveau de la qualification du droit international privé. Les rouages et procédures mis en place à Rio et à Bogotá ont permis de résoudre pacifiquement divers conflits survenus, notamment, entre pays d'Amérique centrale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/panamericanisme/#i_20004

SAINT-DOMINGUE, ville

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  •  • 683 mots
  •  • 1 média

Saint-Domingue ( Santo Domingo ), première ville fondée par les Espagnols dans le Nouveau Monde, puis capitale de la république Dominicaine, a été d'abord bâtie sur la rive gauche de la rivière Ozama avant d'être transférée sur la rive droite en 1496, à l'initiative de Bartolomé Colomb, frère de l'amiral. Baptisée Nueva Isabela en hommage à la reine Isabelle la Catholique, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-domingue-ville/#i_20004

TRUJILLO Y MOLINA RAFAEL LEÓNIDAS (1891-1961)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 320 mots

Homme d'État dominicain, né le 24 octobre 1891 à San Cristóbal (république Dominicaine), mort le 30 mai 1961 à Ciudad Trujillo (rebaptisée Saint-Domingue depuis sa mort). Rafael Leónidas Trujillo y Molina entre dans l'armée dominicaine en 1918 et est formé par les marines pendant l'occupation du pays par les États-Unis (1916-1924). De lieutenant il devient colonel de la police nationale de 1919 à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rafael-leonidas-trujillo-y-molina/#i_20004

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Marie THÉODAT, « DOMINICAINE RÉPUBLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-dominicaine/