REPTILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Crâne et mâchoires, régime alimentaire

La profonde variabilité structurale des Reptiles s'exprime nettement au niveau de l'anatomie du crâne ; il suffit de comparer un squelette de Tortue et celui d'un Serpent pour en être persuadé.

Nous donnerons ici, à titre d'exemple, la structure du crâne d'un Saurien. Les traits caractéristiques essentiels sont : sa hauteur relativement grande (plus que chez les Amphibiens) ; son importante fenestration ; la forme allongée (en baguette) de la plupart des os (parasphénoïde, épiptérygoïde, etc.) ; la présence d'un seul condyle occipital ; enfin, une mandibule composée de nombreux os, le plus important étant le dentaire. Ce dernier porte, avec les maxillaires et prémaxillaires, des dents pointues en avant et arrondies postérieurement.

La fenestration de la région temporale permet de diviser l'ensemble de la classe en cinq groupes différents.

Comme chez les Amphibiens, l'oreille moyenne ne comprend qu'un seul os, la columelle, vestige de l'hyomandibulaire ichthyen.

L'étude de la préhension des aliments fait apparaître, sans vouloir lier à tout prix et contre toute évidence anatomie et comportement, divers exemples d'une bonne adaptation de l'organe à la fonction. La plupart des Squamates possèdent un cinétisme crânien, qui se manifeste par l'intermédiaire de deux processus différents : d'une part, la mobilité propre du carré (streptostylie) par rapport à la boîte crânienne, dorsalement, et à la mâchoire inférieure, ventralement ; d'autre part, la mobilité (peu importante, il est vrai) de la portion antérieure du dermocrâne par rapport à la portion postorbitaire. Pendant longtemps, on pensa que ce double dispositif permettait à l'animal d'attraper et d'avaler de plus grosses proies. Avec Carl Gans, on penche maintenant pour une autre interprétation : la plupart des proies sont attrapées et ingérées passivement (inertial feeding), par de simples mouvements verticaux au cours desquels la mâchoire inférieure s'abaisse, puis la mâchoire supérieure se relève, mécanisme très commun chez les Squamates où il est grandement facilité par le cinétisme crânien. Chez les Caméléons, la prise de nourriture par projection de la langue est « active » ; il n'y a pas de cinétisme crânien et celui-ci semble donc étroitement lié à une certaine façon de se nourrir.

Caméléon

Photographie : Caméléon

Caméléon de Jackson (Chamaeleo jakssonii), lézard arboricole et insectivore, qui capture sa proie à l'aide de sa longue langue protractile, après l'avoir repérée de ses yeux très mobiles. 

Crédits : Mike Severns/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

C'est surtout chez les Ophidiens que l'on trouve une structure anatomique parfaitement adaptée à une grande ouverture buccale. D'une part, le carré est une baguette allongée qui s'articule très en arrière du neurocrâne ; la rotation du carré autour de son articulation éloigne très nettement la mandibule de la mâchoire supérieure. D'autre part, un muscle puissant (le depressor mandibulae), tendu entre la région temporale et l'extrémité postérieure de la mandibule, contribue à abaisser encore plus ventralement cette dernière. De ce fait, les Serpents sont capables d'avaler des proies énormes : dans l'estomac d'un python de cinq mètres, on a trouvé un léopard (préalablement étouffé).

Les Crocodiles attrapent leurs proies à terre ou dans l'eau. Avant de les déchiqueter, ils les noient. Dans ces conditions, la cavité buccale est pleine d'eau. Cela serait impossible chez un Lézard, par exemple, car l'eau, pénétrant par ses narines internes (choanes), arriverait jusqu'à l'appareil respiratoire. Chez les Crocodiliens, les choanes sont repoussés en arrière de la cavité buccale grâce à la présence d'un palais secondaire. Ainsi, toute la vaste cavité buccale est pratiquement isolée de l'appareil respiratoire. Pourtant, l'eau pourrait quand même pénétrer dans ce dernier si une valvule de la peau du palais ne venait obstruer et les choanes et l'ouverture de la glotte. Dans ces conditions, l'animal peut nager la gueule ouverte sous l'eau et respirer en même temps, ses narines affleurant la surface.

Pour ce qui est du régime alimentaire, parmi tous les Reptiles actuels, seules certaines Tortues sont exclusivement végétariennes. Les Serpents sont tous carnivores. Les Sauriens sont omnivores et souvent végétariens, bien que leur denture soit du type carnassier.

Le régime est constant durant toute la vie de l'animal. Pourtant, les Crocodiliens présentent une intéressante adaptation de leur régime en fonction de leur taille. Ainsi, les petits (jusqu'à 1 mètre) se nourrissent d'Arthropodes ; les moyens (1 à 4 m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Lézard

Lézard
Crédits : rovingmagpie@flickr.com/ Moment Open/ Getty Images

photographie

Sphenodon : squelette

Sphenodon : squelette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Gecko frangé

Gecko frangé
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Orvet fragile

Orvet fragile
Crédits : Laurent Lebois/ flickr ; CC-BY 2,0

photographie

Afficher les 8 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  REPTILES  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Théodore MONOD
  •  • 5 805 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Peuplement animal »  : […] Un genre de Limnoméduse, Limnocnida , est connu de l'Afrique tropicale et du Sahara. Les Crustacés Décapodes d'eau douce appartiennent à des familles à vaste répartition, qu'il s'agisse des crabes (Potamonidés) ou des crevettes (Palaemonidés, Atyidés) ; on constate l'absence à peu près totale d'Amphipodes d'eau douce, à part les Gammarides de Berbérie, les Phreatoicidae et les Gammarides hypogés […] Lire la suite

ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 136 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Où classer Archaeopteryx ? »  : […] Depuis le xix e  siècle, des opinions divergentes ont été émises au sujet de la position d’ Archaeopteryx dans la classification zoologique : s’agit-il d’un oiseau très primitif ou d’un reptile emplumé ? La question se pose de nouveau de nos jours du fait que l’on connaît désormais nombre de dinosaures non aviens qui étaient couverts de plumes. Ces dernières ne suffisent donc plus à définir les […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La faune »  : […] Les Vertébrés terrestres et dulçaquicoles groupent une centaine de Mammifères placentaires, plus de 100 Marsupiaux, 2 Monotrèmes, plus de 500 Oiseaux, près de 400 Reptiles, une centaine de Batraciens anoures (pas de salamandres ni de tritons) et 180 Poissons. Chez les Invertébrés, 700 Mollusques et, selon Keast (1959), 50 000 Insectes sont à mentionner. Les Oiseaux, qui constituent le groupe le mi […] Lire la suite

CHÉLONIENS ou TORTUES

  • Écrit par 
  • Vivian de BUFFRÉNIL
  •  • 4 611 mots
  •  • 5 médias

Les tortues, que l'on groupe dans l'ordre des Chéloniens, restent assez abondantes dans la nature ; elles colonisent toutes les régions du monde, exception faite des contrées au nord du 50 e  parallèle nord. Sous leur apparence familière, les tortues sont des reptiles au « cachet anatomique » et aux particularités physiologiques fort originales, associant certains caractères très archaïques à d' […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Les systèmes circulatoires des animaux

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 4 516 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cœur et la « sortie des eaux » »  : […] Le passage de la circulation unique des poissons à la double circulation des tétrapodes s'accompagne d'importants changements morphologiques et fonctionnels au niveau de la pompe cardiaque. Déjà chez les poissons ayant une respiration aérienne accessoire, tels que les dipneustes par exemple, le sang hématosé dans les organes d'échanges aériens retourne au cœur au lieu d'être distribué directement, […] Lire la suite

CROCODILIENS

  • Écrit par 
  • Vivian de BUFFRÉNIL
  •  • 3 468 mots
  •  • 5 médias

Dans la nature actuelle, l'ordre des Crocodiliens est représenté par le sous-ordre des Eusuchiens, groupe très homogène et peu diversifié. Les Eusuchiens sont apparus au Crétacé et ne se sont pas, depuis cette époque, notablement modifiés. Ce « conservatisme » témoigne de l'excellente adaptation des crocodiles au rôle écologique qu'ils occupent depuis leur origine. Animaux amphibies, ils constitu […] Lire la suite

DENTS

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 6 075 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Reptiles »  : […] Il y a en général polyodontie et homodontie ; les dents sont de type haplodonte cylindro-coniques comme chez les lézards et les crocodiles, ou incurvées vers l'arrière comme chez beaucoup de serpents. Les Reptiles fossiles avaient des dents de morphologie plus variée que les formes actuelles. Les Placodontes, Sauroptérygiens marins, avaient quelques énormes dents en pavés : c'étaient des broyeurs […] Lire la suite

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 231 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Gastrulation chez les invertébrés à trois feuillets »  : […] D'autres invertébrés, tels les échinodermes, notamment l'oursin (cf. fig. 4) ont une gastrulation qui génère trois feuillets. À partir d'un stade à l'aspect globuleux (cœloblastula), lorsque la gastrulation commence, le pôle végétatif s'aplatit, tandis qu'une touffe de longs cils vibratiles marque le pôle « animal » . Des cellules, dérivant des cellules du pôle « végétatif », se détachent et migre […] Lire la suite

EURASIE, biogéographie

  • Écrit par 
  • Pierre PFEFFER
  •  • 6 510 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Peuplement avien et reptilien »  : […] Parmi les Oiseaux, seule la famille des Aegithinidés est endémique de la région ; elle compte une quinzaine d'espèces, appartenant pour la plupart à l'archipel Malais. Ce sont des Oiseaux de la taille d'un pinson à celle d'une grive, à bec assez long et à petites pattes, dont les plus remarquables sont l'oiseau bleu des fées ( Irena puella ) au plumage azur et bleu velouté et, bien connus des oise […] Lire la suite

LAMPRIS GUTTATUS

  • Écrit par 
  • Lionel CAVIN
  •  • 1 044 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Animaux homéothermes et poïkilothermes, endothermes et ectothermes  »  : […] La plupart des mammifères et des oiseaux gardent leur température corporelle à peu près constante : on dit qu’ils sont homéothermes. Ils sont aussi capables de produire de la chaleur grâce à leur activité métabolique : on dit qu’ils sont endothermes. Au contraire, les amphibiens et les reptiles, dans leur grande majorité, ont une température corporelle qui varie avec la température extérieure : i […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, « REPTILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles/