REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ARTLes copies dans la sculpture antique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les copies d'époque impériale

Cette première vague de production intensive, destinée à satisfaire l'appétit de la clientèle romaine, fit place, à partir d'Auguste, à une activité plus différenciée : les copies conformes de statues grecques semblent avoir cédé le pas aux adaptations et contaminations de types grecs. Le style néo-classique augustéen est en partie fondé sur cette combinatoire, dont témoignent les statues officielles qui donnent le ton. C'est un sculpteur grec signant « Cléoménès, fils de Cléoménès, Athénien » qui a réalisé, probablement à Rome entre 40 et 30 avant J.-C., une statue-portrait où l'on a cru reconnaître Octavien, le futur Auguste (Louvre, MA 1207) : la tête, portrait aigu et retenu à la fois, est greffée sur la copie d'une statue d'Hermès datant de 460 avant J.-C. (type dit de l'Hermès Ludovisi), dont le style « sévère » atténue le contraste entre le visage émacié et le corps athlétique. Le sculpteur retrouve donc ici quelque initiative ; il lui revient de choisir un type de corps compatible avec la tête-portrait, afin que la statue présente une certaine unité. Dans le domaine de l'art funéraire, plus industrialisé, l'adaptation est différente : les ateliers disposaient d'un stock de statues toujours prêtes dont seul le visage inachevé restait à sculpter à la ressemblance du défunt.

Même dans ce prêt-à-portrait, la mode change ; pour les statues de femmes, le type dit de la Pudicitia, en vogue au ier siècle avant J.-C., est remplacé à partir d'Auguste par les types de Déméter et de Coré dites les deux Herculanaises : la Grande Herculanaise est utilisée pour les statues de femmes âgées, la Petite, pour les jeunes filles non mariées. Les deux types étant restés en vogue jusqu'au iiie siècle après J.-C., les portraits qu'ils portent permettent de dater ces copies et montrent l'évolution du goût et de la technique, même dans un art aussi répétitif et à première vue sclérosé. À mesure que l'on s'éloigne de la période hellénistique, le sens plastique va s'émoussant, et les copies, même soignées, se font vides et mécaniques : le vêtement des originaux grecs, n'étant plus ni porté ni compris, est souvent recopié d'une matière erronée.

Le iie siècle après J.-C., apogée de la Paix romaine qui stimule l'unification de l'Empire étendu à toute la Méditerranée, est marqué par un regain d'hellénisme, mais sur un mode désormais nostalgique : les contemporains d'Hadrien et de Marc Aurèle, qui ont compris plus profondément la civilisation grecque que leurs ancêtres hâtifs et prédateurs, savent qu'elle est révolue, même si elle se survit à Athènes et dans les cités florissantes de l'Asie Mineure ; c'est par un romantisme semblable à celui qui fit redécouvrir au xixe siècle le Moyen Âge que l'on s'attache à l'art classique. Les copies et variantes de Polyclète et de Phidias abondent ; les statues d'Antinoüs, le jeune amant d'Hadrien divinisé après sa mort, empruntent à des types d'athlètes de la première et de la seconde moitié du ve siècle. Hadrien lui-même ira plus loin encore : dans son vaste domaine de Tivoli, on trouve non seulement des répliques de statues grecques, comme dans toute villa romaine depuis le ier siècle avant J.-C., mais des copies de bâtiments et un pot-pourri des sites qui l'avaient enchanté lors de ses voyages en Orient. L'évolution des coutumes funéraires, avec la mode du sarcophage, ouvre alors aux ateliers de copistes une voie nouvelle : désormais, on peut copier non seulement les statues en ronde bosse mais aussi les frises architecturales sculptées ou transposer en reliefs des types statuaires ; les ateliers attiques seront prompts à exploiter ce filon. Pour la clientèle plus modeste, les stèles stéréotypées n'attendent plus que l'inscription qui les individualisera. Ainsi la copie, plus ou moins conforme, est devenue au iie siècle après J.-C. l'acte essentiel de l'activité artistique : elle règne dans la plastique religieuse, honorifique et funéraire, la création proprement dite étant limitée aux portraits et aux reliefs historiques (sur les colonnes et arcs de triomphe), genres politiques d'une actualité toujours renouvelée. Mais, même en ce domaine, l'originalité périclite durant le iiie siècle ; on ne copie même plus, on remploie : les portraits de seconde main, retouchés ou même remodelés pour représenter un autre p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  REPRODUCTION DES OEUVRES D'ART  » est également traité dans :

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Copie et reproduction depuis la Renaissance

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 3 632 mots

Dans sa Storia dell'iconografia anatomica publiée en 1957, Loris Premuda a reproduit en photogravure une planche des Icones anatomicae de Leopoldo Caldani (1801), dessinée et gravée par Gaetano Bosa ; elle figure en taille douce une vue d'un Apollon du Belvédère ; un, car la gravure exhibe une recon […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 030 mots
  •  • 4 médias

Tributaire de l'évolution des techniques et des mentalités, la notion de « reproduction », en art, implique une ressemblance entre deux objets, mais elle ne requiert pas leur similitude. Il existe en effet plusieurs sortes de reproductions. Les copies et les répliques de peintures ou les moulages de sculptures diffèrent peu de leurs modèles, tandis que les gravures ou les photographies ne peuvent […] Lire la suite

ALINARI LES

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 1 435 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La création du studio Alinari »  : […] Le studio Fratelli Alinari, fotografi editore , prit son essor grâce à l'association artistique et commerciale de trois frères : Leopoldo (1832-1865), le photographe – qui s'était initié à la photographie auprès du célèbre graveur Bardi –, Giuseppe (1836-1892), l'homme d'affaires, et Romualdo (1830-1891), le gestionnaire. Ils se firent immédiatement un nom grâce à la qualité de leur reproduction […] Lire la suite

AQUAFORTISTES MOUVEMENT DES

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 854 mots

En 1862, la fondation de la Société des aquafortistes fut la première manifestation d'un mouvement de renaissance de l'eau-forte originale de peintre ; la Société était animée par l'imprimeur Auguste Delâtre (1822-1907) et par le marchand d'estampes Alfred Cadart (1828-1875). Ils publièrent trois cents eaux-fortes originales entre septembre 1862 et août 1867 dans la publication mensuelle de la Soc […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 254 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel public pour l'art ? »  : […] Dans l'art occidental tel que nous le connaissons, la notion de public commence avec le mécénat, autrement dit la commande d'œuvres par des instances collectives, religieuses d'abord, princières ensuite, avec le développement de la « curialisation » analysée par Norbert Elias dans La Société de cour . Dans ce contexte cultuel ou somptuaire, les œuvres avaient deux catégories de spectateurs : d'un […] Lire la suite

ART (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 279 mots

Dans le chapitre « Mort ou renaissance ? »  : […] Un autre facteur pourrait bien conduire à la mort de l’art : c’est la reproductibilité des œuvres . De la Renaissance à nos jours, c’est dans leur unicité que semblait résider la valeur inestimable des grandes créations. Que devient cette valeur quand des moyens techniques de plus en plus performants permettent une reproduction illimitée des œuvres ? Aux œuvres uniques n’existant qu’ici et mainten […] Lire la suite

BARBEDIENNE FERDINAND (1810-1892)

  • Écrit par 
  • Sylvain BELLENGER
  •  • 1 009 mots

Né à Saint-Martin-du-Fresnoy en Normandie, Ferdinand Barbedienne s'installe à Paris dès 1822 et tient de 1833 à 1838 un magasin de papiers peints. Sa rencontre avec Achille Collas (1795-1859) date de ces années-là. Celui-ci avait inventé un modèle de cylindre pour l'impression des toiles peintes et des indiennes, industrie florissante qui fut, au moment où se développaient la machine à vapeur et l […] Lire la suite

BENJAMIN WALTER (1892-1940)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 2 750 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'artiste comme producteur »  : […] Aux alentours de 1930, Benjamin, écrivain libre, s'est fait un nom dans la critique littéraire, en suivant des voies qui n'ont pourtant rien d'orthodoxe, puisqu'elles conduisent l'exégèse au seuil d'une praxis subversive. À Gershom Scholem, il écrit : « Je n'ai jamais pu développer mes recherches que dans un sens, si je puis dire, théologique, en conformité avec la doctrine talmudique des quarante […] Lire la suite

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les arts décoratifs au service d'un genre »  : […] Mais cette diffusion passe aussi par d'autres voies, et Boucher est sans doute, au xviii e  siècle, le premier artiste, sinon le seul, à avoir connu de son vivant, et depuis ses débuts, une aussi prodigieuse diffusion de ses modèles et de ses inventions par la gravure de reproduction. Dès 1733, Gérard Jean Baptiste Scotin grave la Naissance et la Mort d'Adonis , l'année suivante Bernard Lépicié pr […] Lire la suite

BRAUN ADOLPHE (1812-1877)

  • Écrit par 
  • Laure BOYER
  •  • 1 161 mots

La maison photographique fondée par Adolphe Braun à Dornach en 1853 est significative, dans sa production et son industrialisation progressive, des préoccupations de l'époque. Créée dans l'esprit des entreprises Blanquart-Evrard, Bisson Frères et Goupil & Cie, elle comptera pendant plus d'un siècle parmi les plus grandes maisons d'édition d'art. Adolphe Braun est né à Besançon en 1812. Dessinateu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Les copies dans la sculpture antique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-des-oeuvres-d-art-les-copies-dans-la-sculpture-antique/