REPRÉSENTATIONS COLLECTIVES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un fait social

Bien plus, considérer les représentations collectives comme sociales consiste à admettre que les choses qu'elles expriment non seulement y trouvent leur origine, mais sont aussi des aspects différents de l'être social qui leur sert de contenu. Si bien que la cohérence qu'on attribue au monde et à sa représentation est un artefact de celle qu'on trouve dans la société. Les représentations collectives expriment toujours des choses sociales, c'est-à-dire des aspects de la société plus ou moins transfigurés. Elles « correspondent à la manière dont cet être spécial qu'est la société pense les choses de son expérience propre [...] elles sont riches de son expérience ». C'est pourquoi, selon Dukheim, si l'on s'intéresse à la forme des représentations collectives, on se rend compte que, comme elles symbolisent un état du groupe social, elles « expriment des catégories et des classes plutôt que des objets particuliers ».

Dans Morphologie sociale (1938), Maurice Halbwachs explique que, même si l'âge paraît être une donnée biologique, toutes les sociétés s'en font une représentation qui prend la forme d'une classification, c'est-à-dire une suite d'étapes qui sont : enfance, adolescence, âge adulte, maturité, vieillesse et décrépitude. Cette classification varie certes selon les lieux et les temps, mais elle renvoie toujours à des groupes « engrenés l'un dans l'autre, qui se sentent plus ou moins complémentaires, mais entre lesquels à d'autres égards il y a un antagonisme latent et comme une lutte sourde, chacun défendant ses privilèges traditionnels, ses droits acquis, ou réclamant sa place au soleil ». Ainsi, réaliser une partition de la société entre les âges, c'est contribuer à opérer le renouvellement des générations avec une lenteur suffisante pour que la continuité de la vie sociale ne soit pas brisée : les jeunes avancent patiemment étape par étape ; les plus vieux cèdent progressivement la place. Aussi l'équilibre entre ces groupes et leur succession résultent-ils bien de l'organisation de la société. C'est là le dénominateur commun à toutes les conceptions de l'âge, qui exprime la façon dont la société prend conscience d'elle-même, et fixe en des notions communicables les choses par leur aspect permanent et essentiel.

C'est sans doute l'exemple des sociétés australiennes qui montre clairement comment les « formes primitives de classifications » qui y organisent le monde sont à l'évidence des catégories sociales, puisque toute idée et toute relation entre les êtres et les choses sont organisées sur le modèle de la société. Dans la tribu des Wakelbura, par exemple, on trouve les phratries Mallera et Wutaru, qui divisent tout l'univers en mallera et wutaru, ce qui a des répercussions sur l'ensemble de la vie quotidienne. C'est parce que les groupes humains s'emboîtent les uns dans les autres (le clan dans la phratrie, la phratrie dans la tribu...) que les choses se divisent dans le même ordre. Dans un article célèbre, « De quelques formes primitives de classification. Contribution à l'étude des représentations collectives » (1903), Émile Durkheim et Marcel Mauss soulignent que l'extension de ces dernières (genre, espèce, variété...) « vient de l'extension [...] que présentent les divisions sociales [...] Et si la totalité des choses est conçue comme un système un, c'est que la société elle-même est conçue de la même manière ». La société est un tout, ou plutôt le tout unique auquel tout est rapporté.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  REPRÉSENTATIONS COLLECTIVES  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Problèmes contemporains »  : […] Résultat des efforts critiques et des rencontres théoriques, l'anthropologie moderne représente une force de réflexion vers laquelle se tournent de nombreuses disciplines, car c'est bien là son nouveau paradoxe que d'avoir recentré son objet et affirmé sa perspective holiste en décloisonnant les domaines habituels et en optant pour l' interdisciplinarité. Les travaux actuels s'orientent tous vers […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DU PATRIMOINE

  • Écrit par 
  • Cyril ISNART
  •  • 4 695 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les usages sociaux du patrimoine »  : […] Le second axe d’analyse interroge non plus la fabrication du patrimoine, mais les usages et les destins sociaux, politiques et identitaires de ces corpus d’objets qualifiés de patrimoniaux. Dans ce cas, l’anthropologie se consacre à identifier les acteurs qui entrent en contact avec ces objets, depuis les touristes jusqu’aux personnes qui s’approprient ces artefacts. On peut alors facilement trace […] Lire la suite

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La mentalité primitive selon Lévy-Bruhl »  : […] C'est contre la conception, commune à l'animisme et au rationalisme sociologique durkheimien, d'une homogénéité fondamentale de toutes les mentalités que Lévy-Bruhl a soutenu la spécificité de la mentalité qu'il nommait primitive et que nous appellerions plus volontiers aujourd'hui archaïque. Tandis que, pour l'animiste, les primitifs ont le même appareil intellectuel que nous, mais s'en servent […] Lire la suite

L'ART ET L'ILLUSION, Ernst Gombrich - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 034 mots

Dans le chapitre « L'histoire de l'art comme histoire des conventions de représentation »  : […] Gombrich va démontrer, en analysant un certain nombre d'éléments, le caractère artificiel et culturel des représentations artistiques : les transpositions et les conventions concernant l'usage des couleurs et leur harmonisation, l'enseignement du dessin, qui a toujours consisté à maîtriser des schémas par la copie, le rôle des canons, des livres de modèles, des manuels d'anatomie artistique ou de […] Lire la suite

BANLIEUE

  • Écrit par 
  • Jean BASTIÉ, 
  • Stéphane BEAUD, 
  • Jean ROBERT
  •  • 6 548 mots

Dans le chapitre « Aspects sociaux et politiques »  : […] La représentation négative des banlieues, qui a en France une histoire propre, s'est particulièrement durcie et cristallisée au cours de la longue crise sociale du dernier quart du xx e  siècle durant laquelle l'image de la « banlieue » s'est réduite quasi exclusivement à celle des « cités », « quartiers de relégation », « quartiers défavorisés » ou « quartiers sensibles ». Annie Fourcaut, histor […] Lire la suite

CATÉGORIE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Albert OGIEN
  •  • 544 mots

La notion de catégorie désigne un élément de base de l’activité de connaissance que les êtres humains déploient dans la vie ordinaire comme dans le travail scientifique. Dans la tradition philosophique, cette notion nomme, depuis Aristote, une série finie de principes généraux qui permettent de définir la nature des entités qui peuplent le monde et de procéder à leur distribution en classes. Chez […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 4 745 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La critique wébérienne de la conception marxiste »  : […] À l'encontre des premiers exégètes français de la pensée de Weber qui ont voulu en faire une arme contre le marxisme, substituant une interprétation spiritualiste à une interprétation matérialiste de la civilisation et intervertissant les places du déterminant et du déterminé, les nouvelles traductions et les nouveaux commentateurs ont montré comment Weber hérite de la rupture marxiste avec l'inte […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe ouvrière

  • Écrit par 
  • Julian MISCHI, 
  • Nicolas RENAHY
  •  • 4 408 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la classe ouvrière aux mondes ouvriers »  : […] La marginalisation des ouvriers s'opère d'abord dans les représentations collectives et la vie politique. Alors que le référent « classe ouvrière » était au cœur des mouvements sociaux du xx e  siècle, notamment lors du Front populaire ou de Mai-68, on observe depuis les années 1970 son retrait progressif des débats idéologico-politiques. Ce processus s'ancre dans le déclin des organisations qui […] Lire la suite

COLONISATION (débats actuels)

  • Écrit par 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 3 252 mots
  •  • 3 médias

En 1992, l'historien spécialiste de la colonisation Daniel Rivet affirmait que « le passé colonial s'est suffisamment éloigné pour que nous établissions enfin avec lui un rapport débarrassé du complexe d'arrogance ou du réflexe de culpabilité ». Il encourageait ainsi les historiens à interroger la distance temporelle entre le « moment colonial » et la période contemporaine, et à assurer une « tra […] Lire la suite

CULTURE - Sociologie de la culture

  • Écrit par 
  • Vincent DUBOIS
  •  • 4 264 mots

Dans le chapitre « Questions et propositions »  : […] Depuis le milieu des années 1960, ce champ s'est structuré autour de trois principales séries de questions, revenant sur les représentations communes de la culture. Si elles ont donné lieu à des propositions et des réponses très variées et parfois divergentes, ces questions n'en ont pas moins constitué des bases permettant l'unification et le développement d'un domaine de recherche. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Christophe MARCEL, « REPRÉSENTATIONS COLLECTIVES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/representations-collectives/