REPRÉSENTATION POLITIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les origines du gouvernement représentatif

Pourquoi représenter ? La réponse à cette question est lourde de conséquences sur un plan normatif. La représentation politique se conçoit-elle comme un mal nécessaire, un substitut à une démocratie authentique, un simple impératif technique lié à l'impossibilité, dans les grands États, de réunir physiquement le peuple ? Ou faut-il penser le « gouvernement représentatif » comme une forme politique distincte, délibérément choisie afin d'écarter des affaires gouvernementales un peuple jugé incapable, au profit d'une « aristocratie démocratique » ? L'histoire de cette forme de gouvernement, apparue dans la seconde moitié du xviiie siècle dans le contexte des révolutions américaine et française, garde la trace de cette ambiguïté fondatrice, jamais véritablement levée. Les révolutionnaires ont fait le choix d'une stricte division du travail politique entre gouvernants et gouvernés. Le « gouvernement représentatif », en tant que concept et en tant que réalité institutionnelle, repose dès lors sur quatre principes essentiels : la réitération de l'élection ; l'indépendance des gouvernants ; le rôle central dévolu au débat parlementaire ; la liberté d'opinion (Bernard Manin). Dans une telle configuration de pouvoir, l'autonomie et la liberté de manœuvre des représentants doivent être le plus possible préservées. Le parlement n'est pas « un congrès d'ambassadeurs » (Edmund Burke) et les députés ne doivent pas se sentir liés à l'opinion préétablie de leurs électeurs. Un mandat leur a été confié, dont ils peuvent faire libre usage en l'attente d'une éventuelle sanction lors de l'élection suivante. La Constitution française de 1958, fidèle à cette conception, confirme ainsi que « tout mandat impératif est nul » (article 27).

Dans le même temps, la représentation est perçue comme un lieu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur des universités à l'I.E.P. de Lille, C.E.R.A.P.S., Lille-II

Classification


Autres références

«  REPRÉSENTATION POLITIQUE  » est également traité dans :

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 321 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Représenter la société »  : […] Si « la vie locale » des entités infra-étatique peut s'exprimer par le canal de la seconde Chambre, la vie économique et sociale doit également pouvoir le faire. Bref la « société civile » devrait pouvoir être représentée au sein du Parlement. Cette idée a d'abord été développée dans le cadre du corporatisme, exalté dans les années 1930 par les régimes fascistes, ce qui a contribué à la discrédit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bicamerisme-bicameralisme/#i_42749

BOBBIO NORBERTO (1909-2004)

  • Écrit par 
  • Giovanni BUSINO
  •  • 2 402 mots

Dans le chapitre « Un « philosophe militant » »  : […] À partir de la fin des années 1960, Bobbio devient un « philosophe militant ». Il analyse les questions d'actualité, du mouvement estudiantin au terrorisme, de la crise du marxisme à l'involution du communisme, du retour de la droite à la guerre du Golfe, du pacifisme à l'écologie, des combats pour l'Europe à la crise de la société italienne. Il fuit les vérités absolues réputées meurtrières pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norberto-bobbio/#i_42749

ÉTAT

  • Écrit par 
  • Olivier BEAUD
  •  • 6 344 mots

Dans le chapitre « Représentation de l'État »  : […] L'institutionnalisation n'a pas pour unique fonction d'assurer la pérennité du pouvoir ; elle opère encore un clivage décisif entre la personne publique et la personne privée, en permettant l'imputation des actes accomplis par des hommes, les gouvernants, à un être moral, à une personne juridique, l'État. Derrière l'acte pris par un individu, le droit a été obligé de faire appel, selon l'expressio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat/#i_42749

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 280 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Formes de mobilisation au niveau européen »  : […] En partant de la réalité sociologique, il faut observer que les Églises ont dû s'adapter à un territoire qui n'était pas le leur originellement. Si l'Église catholique, de tradition centralisatrice et à vocation internationale, a réussi assez vite à s'organiser sur le plan européen, il n'en a pas été de même pour les Églises protestantes, habituées à se comporter comme des Églises nationales et pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-diversite-religieuse/#i_42749

LA DÉMOCRATIE INACHEVÉE (P. Rosanvallon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 992 mots

Après Le Sacre du citoyen (1992) et Le Peuple introuvable (1998), c'est-à-dire après son histoire du suffrage universel et son histoire de la représentation démocratique, Pierre Rosanvallon aborde, dans La Démocratie inachevée (Gallimard, 2000), le problème de la souveraineté du peuple en France. S'interrogeant sur la façon dont cette souveraineté a été mise en œuvre et prenant acte des décept […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-democratie-inachevee/#i_42749

RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BUSSIÈRE
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « La république et la représentation du peuple »  : […] Avant la Révolution française, la notion renvoie, chez les philosophes des Lumières, notamment dans l'œuvre de Jean-Jacques Rousseau ( Du contrat social , 1762), à une conception de la souveraineté qui exclut le principe dynastique et son corollaire, l'incarnation de la souveraineté dans le corps du roi, pour faire valoir une conception qui a pour origine le peuple, quel que soit le régime polit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique/#i_42749

SÉNAT (France)

  • Écrit par 
  • Arnaud LE PILLOUER
  •  • 2 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La légitimité de la composition du Sénat »  : […] L'idée même d'introduire une seconde chambre chargée de « représenter les collectivités territoriales » (à la manière, donc, d'un État fédéral), dans un État unitaire comme la France, ne va pas de soi. On peut estimer que l'expression, consacrée à l'art. 24 de la Constitution, permet surtout de justifier l'utilisation d'un suffrage à deux degrés pour l'élection d'une des deux chambres du Parlemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/senat/#i_42749

Voir aussi

Pour citer l’article

Loïc BLONDIAUX, « REPRÉSENTATION POLITIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/representation-politique/