PRÉVAL RENÉ (1943-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique haïtien, René Préval fut président de la République de 1996 à 2001, puis de 2006 à 2011.

René García Préval est né le 17 janvier 1943 à Port-au-Prince. Il manifeste de l’intérêt pour la profession de son père, l’agronome Claude Préval et, en 1963, il quitte Haïti pour la Belgique afin d’étudier la discipline, à la faculté d’agronomie de Gembloux, puis à Louvain, avant de poursuivre sa formation scientifique à l’université de Pise. En 1970, il s’installe à New York, dans Brooklyn, où il est tour à tour coursier et serveur. Il revient en Haïti cinq ans plus tard et entre à l’Institut national des ressources minérales.

En 1988, il ouvre à Port-au-Prince une boulangerie qui fournit du pain aux enfants pauvres. C’est là qu’il fait la connaissance de Jean-Bertrand Aristide, un prêtre salésien charismatique qui travaille dans les bidonvilles. Quand ce dernier est élu président, en 1990, René Préval devient Premier ministre. L’année suivante, un coup d’État militaire contraint les deux hommes à l’exil. Cependant, ils reviennent en Haïti en 1994, après qu’une menace d’invasion par les États-Unis a fait céder le régime. En 1995, René Préval est élu sans difficulté pour succéder à Aristide, en obtenant près de 88 p. 100 des voix.

L’influence persistante de son prédécesseur entrave son action à la tête du pays et, quand Aristide forme un nouveau parti politique en 1997, Préval refuse de le rejoindre. Les conflits politiques internes qui paralysent le pays limitent ses réalisations lors de son premier mandat. Ses projets en direction des populations pauvres des régions rurales et des quartiers lui valent le surnom affectueux de Ti (« Petit ») René.

En 2001, Préval devient le premier président d’Haïti élu à quitter son poste au terme d’un mandat complet. Il se retire de la vie publique et s’installe dans la ferme familiale du village de Marmelade. De là, il voit son pays s’enfoncer dans le chaos politique et la violence, lesquels poussent son successeur à s’exiler, en février 2004. Les troubles ne faiblissent pas après la désignation d’un nouveau gouvernement. Au milieu de l’année 2005, après que plusieurs centaines de leaders paysans lui ont demandé instamment de se présenter lors des élections à venir, René Préval consent à retourner à la vie publique. Il forme avec ses alliés une coalition politique, Lespwa (« L’Espoir »), dont il s’impose très vite comme le chef de file. Pour beaucoup, il est le seul candidat qui puisse représenter véritablement les pauvres d’Haïti et obtenir la fin des violences. En février 2006, il est réélu à la présidence dès le premier tour et prête serment le 14 mai 2006 pour un nouveau mandat de cinq ans.

René Préval se trouve confronté à des défis de taille, en tant que dirigeant de l’un des pays les moins développés et les plus pauvres du monde. Ses priorités consistent notamment à surmonter les divisions politiques et sociales qui paralysent Haïti et à former un gouvernement de consensus. Ses efforts sont contrariés par l’augmentation du prix des denrées alimentaires de base, la situation de blocage au Parlement et la menace croissante que représentent les gangs de kidnappeurs armés. Ces obstacles, quoique pesants, passent au second plan lorsqu’un séisme de magnitude 7 frappe Port-au-Prince, le 12 janvier 2010. La ville est dévastée et la défaillance quasi-totale des réseaux électriques et de communication gêne les efforts des secours. Préval consacre une grande partie de sa dernière année au pouvoir à rencontrer des dirigeants étrangers et des responsables d’organisations non gouvernementales afin d’organiser les opérations de secours et de sécurisation.

René Préval est mort à Pétion-Ville, dans la banlieue de Port-au-Prince, le 3 mars 2017.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Elliott School of International Affairs de l'université George-Washington à Washington

Classification

Autres références

«  PRÉVAL RENÉ (1943-2017)  » est également traité dans :

HAÏTI

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 8 677 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Lavalas au pouvoir »  : […] Le président élu peut ainsi finir son mandat interrompu en 1991 et occupe la fonction présidentielle de 1994 à 1996 (il ne peut briguer un second mandat), puis de nouveau de 2001 à 2004. Parmi les mesures prises par le nouveau régime, la dissolution en 1995 des Forces armées d'Haïti est la plus importante : elle fait disparaître l'institution la plus ancienne et la plus puissante de l'État. À part […] Lire la suite

Les derniers événements

20 novembre 2016 Haïti. Élection de Jovenel Moïse à la présidence de la République.

René Préval, obtient 19,5 p. 100 des voix. Moïse Jean-Charles, candidat de la Platfòm Pitit Desalin – « Plate-forme Fils de Dessalines » –, recueille 11 p. 100 des suffrages et Maryse Narcisse, candidate de la Fanmi Lavalas – « Famille Lavalas » –, le parti de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, 9 p. 100. Le taux de participation est de 21 p […] Lire la suite

25 octobre 2015 Haïti. Premier tour de l’élection présidentielle et second tour des législatives.

René Préval, qui recueille 25,3 p. 100 des voix. Moïse Jean-Charles, candidat de la plate-forme Pitit Desalin – « Fils de Dessalines » –, obtient 14,3 p. 100 des suffrages et Maryse Narcisse, candidate de Fanmi Lavalas – « Famille Lavalas » –, la formation fondée par l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, 7,1 p. 100. Le taux de participation est […] Lire la suite

18 mars - 25 avril 2011 Haïti. Élection de Michel Martelly à la présidence

René Préval. Ils sont contestés par Michel Martelly ainsi que par la communauté internationale. Le 25, le Conseil électoral provisoire publie une nouvelle liste expurgée des 19 sièges contestés.  […] Lire la suite

16-26 janvier 2011 Haïti. Retour de Jean-Claude Duvalier en pleine crise électorale

René Préval annonce le retrait de son candidat, Jude Célestin, du second tour de l'élection présidentielle, en raison des menaces des principaux bailleurs de fonds du pays de ne pas financer le scrutin et de ne pas en reconnaître les résultats. Jude Célestin refuse toutefois de se plier à la décision de son parti.  […] Lire la suite

7-20 décembre 2010 Haïti. Contestation des résultats du premier tour de l'élection présidentielle

René Préval, qui obtient 22,4 p. 100 des voix. Arrivé en troisième position avec 21 p. 100 des suffrages, le chanteur populaire Michel Martelly est exclu du second tour. Ses partisans manifestent leur mécontentement dans les rues de Port-au-Prince. Douze des dix-huit candidats à l'élection présidentielle avaient demandé son annulation en raison des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert E. MAGUIRE, « PRÉVAL RENÉ - (1943-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-preval/