MAGRITTE RENÉ (1898-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers une reconnaissance internationale

La Seconde Guerre mondiale remet en cause son œuvre. À nouveau, le peintre estime devoir réagir aux conditions de l'époque et, en 1943, il abandonne un style qu'il juge trop cérébral et trop pessimiste pour exalter le plaisir dans la couleur : c'est sa période « Renoir » (1943-1947). En 1945, il adhère au Parti communiste belge. Pour Magritte, l'artiste doit aller vers le soleil afin de créer les conditions non plus d'une critique de la société, mais d'un « réenchantement » du réel. Jugée kitsch et grossière, cette veine le conduit à l'échec. En 1948, réagissant avec une virulence provocatrice, Magritte prend congé de ce style de peinture à l'occasion de sa première exposition personnelle à Paris. Présentées à la galerie du Faubourg, ses œuvres sont alors qualifiées de « vaches » ou de « fauves » (d'où le nom de la « période vache », 1947-1948) et soulèvent une incompréhension que la Préface de Scutenaire, baptisée « Les Pieds dans le plat », ne fait que renforcer, avec ses accents empruntés à Céline.

Magritte fait bientôt marche arrière. Sa rencontre, en 1948, avec le marchand new-yorkais Alexandre Iolas, qui devient son galeriste attitré jusqu'à sa mort, le conforte dans ce sens. Revenant à un imaginaire qu'il décline avec volupté en imagerie, Magritte va multiplier ses images poétiques comme autant de poèmes plastiques (La Clé de verre, 1959, collection Menil, Houston). La reconnaissance vient progressivement. Il expose avec régularité et les rétrospectives se multiplient. En 1953, il obtient la commande d'une décoration murale destinée au Casino communal de Knokke-le-Zoute : Le Domaine enchanté. En 1959, Luc de Heusch réalise le film Magritte, ou la Leçon des choses. Magritte reprend ses projets de revues (La Carte d'après nature en 1952, Rhétorique en 1961). En 1965, la rétrospective organisée au Museum of Modern Art de New York sonne l'heure d'une célébration dont Magritte profite peu. Il décède le 15 août 1967.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université libre de Bruxelles, directeur général des Musées royaux des beaux-arts de Belgique

Classification


Autres références

«  MAGRITTE RENÉ (1898-1967)  » est également traité dans :

MAGRITTE (exposition)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 995 mots

Partant de l'irréductible originalité du peintre belge René Magritte (1898-1967) – au sein même du groupe surréaliste auquel il est le plus souvent affilié –, Daniel Abadie, directeur de la Galerie nationale du Jeu de Paume et commissaire de l'exposition Magritte (11 février-9 juin 2003), s'est attaché à montrer les échos de son œuv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magritte/#i_15191

PUBLICITÉ ET ART

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 6 477 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le surréalisme comme élément perturbateur dans la peinture et la publicité »  : […] À l'intérieur de la logique évolutionniste qui contraignit la critique et le public cultivé à comprendre – ou tout au moins à s'expliquer – les grandes secousses de l'art moderne (au prix, il est vrai, de quelques oublis, ceux de l'Art nouveau et de la sécession, par exemple), le surréalisme avec Chirico, Max Ernst, Dalí et surtout Magritte allait jeter le trouble et donner à la publicité des arm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/publicite-et-art/#i_15191

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une seconde génération : de la peinture au cinéma et à l'« objet » »  : […] Avec les noms que nous venons de citer, tout est en place pour le développement de l'art d'origine et d'appartenance surréaliste. C'est la vision d'un tableau de Chirico ( Le Cerveau de l'enfant ) qui déterminera (indépendamment l'une de l'autre, bien entendu) la véritable vocation de Magritte et celle de Tanguy , inventeur de décors désertiques où se mirent des ciels marins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_15191

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DRAGUET, « MAGRITTE RENÉ - (1898-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-magritte/