LEDUC RENÉ (1898-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’espoir déçu

À partir de 1949, Leduc bénéficie enfin de commandes et des financements de l’État. Le 4 avril 1950, un second avion Leduc 010 accomplit son premier vol libre en plané. Ces essais débouchent l'année suivante sur un prototype amélioré, le Leduc 016, qui diffère du précédent par la présence, à chaque extrémité de la voilure, de deux réacteurs d’appoint (Turboméca Marboré I), et qui sera rapidement abandonné. Le Leduc 016 n’est pas un appareil de combat, contrairement au Leduc 020. Ce dernier, prévu à l’origine avec un armement, a fait l’objet d’un contrat dès 1948 mais il est resté à l’état de projet et s’est transformé en Leduc 021 lorsque sa puissance a été renforcée. Le Leduc 021 possède alors une tuyère impressionnante de 1,45 mètre de diamètre, une nacelle de poste de pilotage vitrée, très prolongée de l'avant, et une voilure légèrement en flèche. Les deux prototypes du modèle Leduc 021 serviront seulement à l'évaluation des équipements embarqués (en rapport avec le pilotage et éventuellement l’armement) destinés à l'avion d'arme définitif, le Leduc 022 S (S pour supersonique). Pour l’heure, les promesses sont tenues : le 7 août 1953, le Leduc 021-01 atteint Mach 0,91 à 14 000 mètres d'altitude. À sa suite, le Leduc 022, qui vole pour la première fois à la fin de l’année 1956, promet des performances plus importantes encore. La grande innovation est que cet avion décolle par ses propres moyens grâce à la présence d’un turboréacteur d’appoint (Atar 101 D 3). Leduc l'a aussi doté d'une tuyère de plus grande dimension, atteignant 2 mètres de diamètre. Avec une vitesse possible de Mach 2, sa vitesse ascensionnelle, à 16 000 mètres d'altitude, est alors estimée à 370 mètres par seconde.

Mais les ennuis s’accumulent… Si l'appareil parvient rapidement à la vitesse de Mach 0,95, ce n’est qu’au cent quarante et unième vol, le 21 décembre 1957, qu’il atteint finalement le mur du son (Mach 1). Deux jours plus tard, lors d'un essai au sol, un incendie, consécutif à une fuite de carburant, endommage définitivement le p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : historien de l'aviation, membre de l'Académie de l'air et de l'espace

Classification


Autres références

«  LEDUC RENÉ (1898-1968)  » est également traité dans :

TURCAT ANDRÉ (1921-2016)

  • Écrit par 
  • Germain CHAMBOST
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À la conquête de records aéronautiques »  : […] Né à Marseille le 23 octobre 1921, André Édouard Turcat est diplômé de l’École polytechnique en 1942. Il opte pour l’armée de l’air et devient officier. Après avoir obtenu son brevet de pilote en 1947, il participe au conflit en Indochine en tant que pilote de transport. En 1950, il intègre le Centre d’essais en vol (CEV) de Brétigny-sur-Orge (Essonne) et obtient sa licence de pilote d’essai l’ann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-turcat/#i_56981

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard MARCK, « LEDUC RENÉ - (1898-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-leduc/