UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Observées dans certaines tragédies du xvie siècle, les unités d'action, de temps et de lieu sont posées comme règle par Jean de La Taille (1572), sous l'influence de la Poétique de Castelvetro (1570), qui emprunte les deux premières à Aristote. Mais le théâtre baroque fait triompher l'irrégularité dans la tragi-comédie, la pastorale et même la tragédie. En 1629-1630, Jean Mairet, imitant les pastorales italiennes, plie sa Silvanire aux unités, qu'il glorifie dans la Préface (1631). Les « doctes » commencent à en discuter d'autant plus âprement que la tragi-comédie soulève beaucoup de critiques. Chapelain, dans la Lettre sur la règle des vingt-quatre heures (1630), défend aussi l'unité d'action. Les débats sur les justifications et les exigences de la règle se multiplient, avec Scudéry, Corneille, Sarasin, La Mesnardière, d'Aubignac, stimulés par la querelle du Cid. Les œuvres dramatiques, en particulier les tragédies, l'observent de plus en plus fréquemment. Vers 1640, elle est bien définie. Son règne ne devient universel que vers 1660, sans jamais s'imposer absolument à la comédie. Chacune des unités à dû d'ailleurs s'imposer pour son compte, celle de lieu étant la plus tardivement définie.

Les formulations abrégées, telle celle de Boileau, « Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli... », répandent une clarté trompeuse. L'unité d'action, distincte de la simplicité d'action chère à Racine, exige la liaison indissoluble des événements, leur continuité (chaque fil d'action va de l'exposition au dénouement), leur nécessité (ils dépendent des données antérieures, non du hasard). Les actions accessoires, à partir d'Horace et de Cinna, doivent agir sur l'action principale. Les théoriciens étendent l'unité d'action aux genres narratifs. L'unité de temps — une « révolution de soleil » (Aristote) — donne lieu à des interprétations variables : douze ou vingt-quatr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification


Autres références

«  UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire  » est également traité dans :

AUBIGNAC FRANÇOIS HÉDELIN abbé d' (1604-1676)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 702 mots

L'un de ces abbés qui tiennent tant de place dans l'histoire de la littérature — et des théories littéraires — au xvii e siècle. Il a été prédicateur, romancier, dramaturge, poète, mais il a surtout voulu être, quant à lui, le législateur du théâtre. En 1640, une querelle l'oppose à Ménage à propos de la durée de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-aubignac/#i_8750

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entrée en littérature »  : […] Mais, aux alentours de 1630, voici que l'évolution se précipite soudain. L'aristocratie commence à se policer et à s'intéresser aux débats littéraires et philosophiques ; les femmes prennent une place de plus en plus importante dans la société ; des salles de théâtre se créent, encore mal équipées, mais animées par des troupes de premier ordre qui s'y fixent en permanence. Les nouveaux théoriciens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_8750

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Corneille et le genre tragique »  : […] Corneille était certainement convaincu de l'excellence de la tragédie régulière ; son théâtre a marqué un moment dans le triomphe progressif des règles. On n'en trouve pas moins chez lui, de façon latente, une résistance à la régularisation du poème tragique. Il hésitait, à ses débuts, entre le goût moderne et la discipline des doctes. Le Cid est une tragi-comédie médiocrem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_8750

DRAME - Les écritures contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 547 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Déconstruction/Reconstruction »  : […] S'il est un écrivain de théâtre qui, tout au long de sa carrière, fut préoccupé par le libre jeu, au sein de chaque œuvre, du lyrique et de l'épique avec le dramatique et par cette perspective d'assemblage, de métissage que l'on peut nommer la tendance rhapsodique du théâtre moderne, c'est bien Heiner Müller. Plus que tout autre, cet héritier direct de Brecht entretient avec son aîné un rapport qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-les-ecritures-contemporaines/#i_8750

HOUDAR DE LA MOTTE ANTOINE LAMOTTE-HOUDAR dit (1672-1731)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 404 mots

Avec Les Originaux ou l'Italien (1693), Houdar de La Motte fait au théâtre des débuts désastreux qui le conduisent à la Trappe. Mais il revient bientôt aux lettres et entame avec succès une nouvelle et double carrière, dramatique et poétique. Ses opéras en particulier, L'Europe galante (1697), Le Triomphe des arts (1700), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/houdar-de-la-motte/#i_8750

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La pudeur, la vérité et les contraintes »  : […] Tout en sondant impitoyablement les replis de leur cœur, « cet aveugle à qui sont dues toutes nos erreurs », comme l'appelle Saint-Evremond, les écrivains du classicisme n'ont pas, en général (à part quelques mémorialistes dont Retz est le moins réservé), étalé leur moi avec outrecuidance. Plusieurs d'entre eux ont dénoncé les pièges de l'amour de soi et dénié à l'auteur le droit de se préférer à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classicisme/#i_8750

SCALIGER JULES CÉSAR (1484-1558)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 664 mots

Né en Italie d'une famille qu'il prétendait illustre et qui fut très vraisemblablement obscure, condottiere de l'épée avant de devenir « gladiateur des lettres » (Nisard), tour à tour étudiant et moine, Jules César Scaliger s'initie à la médecine, qu'il vient exercer en France : il se fixe à Agen, qu'il ne quittera pratiquement plus. Doué d'une force de travail et d'une mémoire exceptionnelles, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-cesar-scaliger/#i_8750

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] L'Europe, de nom, est encore la Chrétienté. Cependant, l'Église romaine, si elle n'a pas renoncé à sa vocation œcuménique, est trop affaiblie par le schisme pour tenir d'une main ferme les clefs de la civilisation. Grandes découvertes, grandes inventions, révolution copernicienne, restitution des lettres antiques, tout semble se liguer contre la conception théocentrique de l'univers. C'est l' Ital […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_8750

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie dramatique « classique » »  : […] Partons néanmoins de ce qu'il est convenu d'admettre. Que l'art dit « classique » est destiné à n'être pas ostensible, qu'il se veut présent mais invisible, qu'il souhaite émouvoir le spectateur et le transporter sur la scène d'une fable, d'une fiction, qu'il entend représenter. Que la tragédie, le genre le plus remarquable et le plus élevé, est, à « l'âge classique », aux xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_8750

TROIS DISCOURS SUR LE POÈME DRAMATIQUE, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 721 mots

Dans le chapitre « L'atelier de Corneille »  : […] Corneille parle, comme il le souligne, selon son « expérience du Théâtre, et [selon] les réflexions sur ce que j'ai vu y plaire, ou déplaire ». Plus exactement, nous voyons ici, selon l'expression de Georges Forestier, un Corneille « à l'œuvre » qui précise a posteriori les éléments théoriques et pratiques grâce auxquels il conçoit ses pièces. Il s'agit donc ici non point d'un traité, mais d'une s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-discours-sur-le-poeme-dramatique/#i_8750

VRAISEMBLABLE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 647 mots

La règle de la vraisemblance — l'une des plus importantes et des plus générales de la doctrine classique — trouve sa source dans la Poétique d'Aristote : « Il est évident que l'œuvre du poète n'est pas de dire ce qui est arrivé, mais ce qui aurait pu arriver, ce qui était possible selon la nécessité ou la vraisemblance. » Le vrai est l'objet de l'historien, le possible, celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vraisemblable-esthetique/#i_8750

Pour citer l’article

Jean MARMIER, « UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-des-trois-unites-histoire-litteraire/