RÉFORMISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dialectique réforme-révolution

Réforme, révolution : alors que le premier mot, qui évoque d'abord l'aventure spirituelle de Luther, dérive du vocabulaire religieux vers le vocabulaire politique, le second, qui est d'abord politique, finit souvent par désigner une forme particulière de religiosité temporelle. La logique politique est toujours, peu ou prou, une logique passionnelle qui tend à aligner la nature de son diagnostic sur l'ordre de ses désirs. Pour le révolutionnaire, le réformisme est à combattre à la fois parce qu'il ne peut qu'échouer et aussi parce qu'il risque de réussir. La contradiction est allègrement assumée. Et pourtant, dans le meilleur des cas, la révolution n'est rien d'autre que la réforme poursuivie par d'autres moyens. Lorsqu'une société finit par perdre la flexibilité indispensable à tout ensemble politique et écarte indéfiniment des réformes devenues nécessaires, la révolution devient alors la seule issue. Certes, dans le tempérament révolutionnaire, on découvrirait tout autre chose : la négativité purificatrice, la volonté de maintenir intacte l'autonomie culturelle d'un milieu donné. Mais le tempérament révolutionnaire ne fait pas plus la révolution que la générosité ou l'instinct de conservation ne suffisent à produire des réformes. Au vrai, s'il y a contradiction psychologique entre le réformiste et le révolutionnaire, il n'y a pas de contradiction logique entre la réforme et la révolution : il n'y a que des situations historiques, déterminées par la plus ou moins grande résistance du corps social au changement. Devant l'alternative réforme ou révolution, l'histoire, qui est devenir social, c'est-à-dire collectif, est en général beaucoup plus opportuniste que les individus : en toute circonstance, elle est beaucoup moins idéologique qu'on ne pourrait le croire et se fait sous la poussée des forces économiques, sociales et politiques en présence.

Finalement, l'opposition réformisme-révolution pourrait bien recouvrir la distinction, introduite par Henri de Man, entre réformes de répartition et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÉFORMISME  » est également traité dans :

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les origines »  : […] Les origines de la C.G.T. remontent à la fin du xix e  siècle. Après la Commune de Paris et malgré la répression qui a suivi sa défaite, les organisations syndicales réapparaissent rapidement. En 1881, on dénombre déjà en France cinq cents chambres syndicales. Des congrès ouvriers se réunissent à Paris en 1876, à Lyon en 1878 et à Marseille en 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-generale-du-travail/#i_4910

C.G.T.-F.O. (Confédération générale du travail-Force ouvrière)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 1 804 mots
  •  • 1 média

Née d'une scission de la C.G.T. intervenue en décembre 1947 et consacrée par un congrès constitutif en avril 1948, la Confédération générale du travail-Force ouvrière se déclare continuatrice du syndicalisme réformiste de la « vieille C.G.T. » de l'entre-deux-guerres. Depuis ses origines, l'organisation a connu une lente mais assez régulière progression et son ambition reste de reconquérir la pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-generale-du-travail-force-ouvriere/#i_4910

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « Aujourd'hui »  : […] La « guerre des classes », qui semblait posséder l'évidence du vrai au xix e siècle et faisait de l'économie l'enjeu essentiel du politique, ne pouvait que susciter des mythologies radicales. Mais ce radicalisme va s'émousser au fil du siècle, sous l'effet de la démocratisation du politique et de l'intégration dans la société civile des groupes e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-la-theorie-de-la-lutte-de-classes/#i_4910

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le révisionnisme, terreau d'une radicalisation ultérieure »  : […] Le révisionnisme bernsteinien se définit négativement par sa renonciation aux principes philosophiques et aux conséquences politiques du marxisme : remettant en cause les mécanismes économiques de la société capitaliste, il propose de repenser les théories marxistes de la plus-value et de la concentration capitaliste, ainsi que la loi de l'accumulation qui implique la polarisation des richesses. B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_4910

CONSERVATEURS, Royaume-Uni

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 218 mots
  •  • 4 médias

L'un des grands partis politiques britanniques, dont le nom apparaît vers 1836 pour succéder au traditionnel terme « tory ». Dès la naissance du parti, Robert Peel lui fixe l'objectif d'associer classes moyennes et supérieures et de favoriser les évolutions qui ne compromettraient pas les fondements de l'ordre et de la vie nationale. Constamment attentif à l'importance des problèmes sociaux et sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conservateurs-royaume-uni/#i_4910

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 403 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Partis des classes dominantes »  : […] Vers 1890-1895, quatre classes sociales s'opposent à Cuba : une classe de gens de couleur libres, une classe d'anciens propriétaires terriens qui se retrouvent ruinés par la transition impérialiste et la destruction du système esclavagiste, une classe de technocrates employés dans l'appareil d'État colonial et qui sont les piliers de la domination – et de l'oppression – espagnole, une classe de ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuba/#i_4910

FABIAN SOCIETY ou SOCIÉTÉ FABIENNE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Les « Fabiens » constituent depuis 1884 le plus célèbre club de pensée socialiste en Angleterre . Gros de quelques centaines de membres dans les années 1890, il en compte 2 462 en 1909, dont plus de la moitié sont des Londoniens. Ce nombre a plus que doublé à notre époque. Depuis sa naissance, on y a vu figurer la plupart des grands intellectuels de gauche, à commencer par G. B. Shaw et les Webb, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fabian-society-societe-fabienne/#i_4910

FÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE (F.S.I.)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 837 mots

Très tôt le mouvement syndical a senti la nécessité de se regrouper par-delà les frontières nationales. Mais les premières associations se forment sur la base des fédérations de métiers : ainsi se créent les fédérations professionnelles internationales des mineurs, des métallurgistes, des travailleurs des transports. De nombreuses tentatives, émanant notamment des centrales syndicales scandinaves, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federation-syndicale-internationale/#i_4910

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « L'État justicier »  : […] À l'interventionnisme social, on chercherait en vain une doctrine précise : le réformisme qui l'inspire a pris même différents aspects suivant les écoles politiques, philosophiques ou religieuses. Parmi elles, le catholicisme social se présente comme le corps de principes le plus cohérent (respect de la personne, sauvegarde de la famille, liberté d'association, préférence accordée aux « corps inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intervention-de-l-etat-economie/#i_4910

JAURÈS JEAN (1859-1914)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 2 656 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une dimension internationale »  : […] Pour assumer ces responsabilités, Jaurès ne voit que l'Internationale. Certes elle n'a pas à dicter leur conduite aux partis nationaux, mais à ses yeux elle est plus qu'un club de discussion, « une force intermittente et superficielle ». Il lui faut mobiliser l'opinion publique et proposer des règles, des moyens d'action. Seule, en effet, pense-t-il, la classe ouvrière, internationalement organisé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jaures/#i_4910

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans l'histoire du socialisme, le terme « révisionnisme » fait problème. Toute entreprise, avouée ou non, de révision de l'œuvre de Marx n'est pas tenue pour révisionniste : ni Lénine, ni Mao Zedong, ni Castro ne passent pour « révisionnistes ». Dans les débats marxistes, la notion de révisionnisme est souvent confondue avec celle de réformisme ou d'opportunisme. Dans la dernière décennie du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-les-revisions-du-marxisme/#i_4910

PROLÉTARIAT & PROLÉTARISATION

  • Écrit par 
  • Serge MALLET
  •  • 9 630 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Concertation et réformisme »  : […] Dans les plus anciens pays capitalistes, la puissance de l'organisation ouvrière a contraint le mode de production capitaliste à élever de manière importante le niveau de vie de la classe ouvrière. Le mouvement socialiste et syndical s'est orienté vers une « concertation » permanente qui ne laisse jamais la lutte de classes se développer jusqu'à ses conséquences révolutionnaires. Le relatif succ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proletariat-et-proletarisation/#i_4910

ROHANI HASSAN (1948- )

  • Écrit par 
  • Fariba ADELKHAH
  •  • 1 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Itinéraire religieux »  : […] Le jeune Hassan commence sa scolarité à l’école publique, rejoint l’enseignement religieux de Qom à l’âge de treize ans, puis poursuit des études à l’université publique de Téhéran, dont il est diplômé en droit, avant d’obtenir un Ph D en droit constitutionnel à l’université de Glasgow. Il s’inscrit dans un courant puissant au sein du clergé, d’inspiration aristotélicienne, qui a vu dans l’enseign […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-rohani/#i_4910

SISMONDI JEAN CHARLES LÉONARD SIMONDE DE (1773-1842)

  • Écrit par 
  • Hélène FISERA
  •  • 734 mots

Économiste et historien, fils d'un pasteur genevois d'origine toscane, Sismondi, en 1803, publia son ouvrage De la richesse commerciale , qui le fit apparaître comme un disciple d'Adam Smith. Après avoir achevé son Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge (1817), il entreprit à partir de 1818 une monumentale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sismondi-jean-charles-leonard-simonde-de/#i_4910

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Marxisme et réformisme en Europe industrielle »  : […] Les pays de l'Ouest européen, avec quelques réserves pour l'Allemagne, ont, dans leur ensemble, connu un destin commun. L'unité nationale y est assurée, les institutions libérales, voire démocratiques, y ont triomphé d'une façon que l'on peut juger définitive. Au point de vue social, la féodalité a disparu depuis au moins trois quarts de siècle ; et les intérêts agraires reculent devant ceux de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_4910

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Compromis et synthèse sociaux-démocrates »  : […] Avec le début de la guerre froide, le combat anticapitaliste des décennies précédentes est abandonné au profit de politiques résolument réformistes. La renaissance de la social-démocratie dans l'après-guerre repose sur le recours à un État interventionniste. Le keynésianisme fournit le cadre intellectuel qui manquait encore à une social-démocratie débarrassée du marxisme. Des politiques économiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-social-democratie/#i_4910

TOLAIN HENRI LOUIS (1828-1897)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 511 mots

Ouvrier ciseleur, Tolain étudie en Angleterre l'organisation des Trade Unions et devient un des créateurs de l'Association internationale des travailleurs. Il est célèbre en 1862 grâce à une lettre publiée dans L'Opinion nationale , où il prône un réformisme de classe, s'appuyant sur des réformes législatives, les syndicats, la grève, les sociétés de secours mutuel et l'instr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-louis-tolain/#i_4910

Pour citer l’article

Jacques JULLIARD, « RÉFORMISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reformisme/