RÉDUCTEUR, chimie

AMMONIAC

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 051 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Il convient de distinguer les propriétés du gaz ammoniac de celles de ses solutions aqueuses (ammoniaque). Dans la molécule à l'état gazeux, l'azote est au degré d'oxydation minimal (–3), ce qui explique ses propriétés réductrices. La présence d'un doublet libre, qui traduit une non-saturation de la molécule, se manifeste par des réactions d'addition ; enfin certaines réactions de substitution lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammoniac/#i_29191

CHIMIOSYNTHÈSES

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 601 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'assimilation du carbone »  : […] Le mécanisme de la fixation et de la réduction du bioxyde de carbone par les bactéries chimiolithotrophes est très voisin du mécanisme réalisé par les végétaux à photosynthèse. Il a été étudié avec Thiobacillus denitrificans et un Hydrogenomonas , à l'aide de dioxyde de carbone enrichi en atomes radioactifs, 14 CO 2 . La radioac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimiosyntheses/#i_29191

ÉLECTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques SIMONET
  •  • 6 283 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Notion de transfert de charge »  : […] Il est bien établi que la réaction chimique fait, en général, intervenir des transferts d'électrons soit par paire – attaque d'une entité possédant un doublet d'électrons tel un nucléophile –, soit par unité – transfert monoélectronique. Ainsi, certains métaux fortement donneurs d'électrons, par exemple le lithium, ou certaines molécules organiques riches en électrons peuvent être spontanément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrochimie/#i_29191

FERMENTATIONS

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 3 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mécanismes des fermentations anaérobies »  : […] L'ensemble des très nombreuses réactions biochimiques rendant compte de la transformation des sucres en produits de fermentation est difficile à décrire dans ses détails, mais on peut faire les commentaires d'ordre général suivants : 1. Le processus fondamental consiste en une oxydoréduction interne du sucre métabolisé sous l'action d'enzymes. Des réactions d' oxydation (III, 1, 11) portent sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fermentations/#i_29191

FORMIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Bernard BACH
  •  • 331 mots

Encore appelé acide méthanoïque, l'acide formique est secrété notamment par la fourmi. Formule brute H—COOH Masse moléculaire : 50,00 Point d'ébullition : 101  0 C Point de fusion : 8,6  0 C Densité : 1,22 Liquide incolore, à odeur d'acide acétique, miscible à l'eau. Les propriétés chimiques du premier représentant des acides aliphatiques diffèrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-formique/#i_29191

HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Paul HAGENMULLER
  •  • 3 566 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hydrures covalents »  : […] Seuls les hydrures covalents les plus stables se forment par synthèse directe. Ils caractérisent les éléments les plus électronégatifs, c'est-à-dire les éléments B de la classification périodique et les éléments des périodes courtes qui s'y rattachent. La figure montre que l' énergie de liaison croît avec l'électronégativité de l'élément associé. Les températures de fusion et d'ébullition suiven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrogene/#i_29191

MAGNÉSIUM

  • Écrit par 
  • Maurice HARDOUIN, 
  • Michel SCHEIDECKER
  •  • 4 262 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Domaines d'application »  : […] Les fonctions réductrices du magnésium donnent lieu à des applications tant en métallurgie (magnésiothermie) qu'en chimie (réaction de Grignard). Le caractère analogique du magnésium en fait un agent énergique, très employé dans la protection des pièces d'acier soumises à une corrosion par voie humide : cuves contenant de l'eau ou des liquides non déshydratés, canalisations enterrées, pieds d'ouvr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnesium/#i_29191

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 043 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés réductrices »  : […] Les métaux eux-mêmes ont une grande réactivité chimique, essentiellement réductrice . On les conserve à l'abri de l'air dans du pétrole, sinon ils se recouvrent très rapidement d'une croûte d'hydroxyde et de carbonate, en absorbant la vapeur d'eau et le gaz carbonique de l'air ; le sodium est d'ailleurs couramment utilisé pour absorber les dernières traces d'eau contenues dans des solvants organiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalins/#i_29191

MÉTAUX - Métaux alcalino-terreux

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 581 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés chimiques des alcalino-terreux et de leurs composés »  : […] Les métaux alcalino-terreux possèdent une grande réactivité chimique ; essentiellement réducteurs, ils s'unissent facilement avec la plupart des corps simples . Il est nécessaire de les conserver sous une couche d'huile minérale ou de pétrole, car à l'air, surtout humide, leur surface se ternit très rapidement, par suite de l'apparition d'une croûte d'oxyde, d'hydroxyde, et de carbonate. Dès la te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalino-terreux/#i_29191

MÉTAUX - Métaux de transition

  • Écrit par 
  • André CASALOT
  •  • 2 160 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] La chimie des éléments de transition s'avère très riche puisqu'elle englobe la chimie de coordination et la chimie du solide. Très fortement électropositifs, les éléments de transition sont des réducteurs puissants qui réagissent facilement avec la plupart des agents chimiques. Leur oxydation mène à plusieurs stades de stabilité variable, ce qui provoque parfois leur dismutation : L'oxyde supéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-de-transition/#i_29191

OXALIQUE ACIDE ou ACIDE ÉTHANEDIOÏQUE

  • Écrit par 
  • Guy FOURNET
  •  • 634 mots

HOOC—COOH, 2 H 2 O Masse moléculaire : 126,07 g Masse spécifique : 1,68 g/cm 3 Point de fusion : 189,5  0 C Point de sublimation : 150,0  0 C. Solide cristallin, incolore et translucide, l'acide oxalique ou acide éthanedioïque est le plus simple des diacides carboxyliques. Il a été découvert en 1776 par le chimiste suédois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxalique-acide-ethanedioique/#i_29191

PHOSPHORE

  • Écrit par 
  • François MATHEY, 
  • Maurice MAURIN, 
  • Maurice SLANSKY
  •  • 9 137 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Oxoacides inférieurs »  : […] Assez nombreux, de structure linéaire ou cyclique, les oxoacides inférieurs ne sont pas toujours isolés en tant qu'acides, mais au moins connus en tant que sels. On ne donnera ici des indications que sur quelques-uns d'entre eux. L' acide hypophosphoreux H 3 PO 2 (acide en P I ) peut être préparé à partir d'une solution d'hydro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phosphore/#i_29191

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 971 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le procédé chromogène »  : […] À la différence des techniques historiques, qui emploient des colorants ou des pigments préexistants participant directement à la formulation des couches photographiques, le concept de traitement chromogène repose sur la synthèse chimique de composés colorés dans la couche image, lors de l'opération de développement . Dès la seconde moitié du xix e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-argentiques/#i_29191

PYROGALLOL

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 261 mots

Trihydroxy-1,2,3-benzène, improprement dit acide pyrogallique. Formule brute : C 6 H 3 (OH) 3 Masse moléculaire : 126,11 g Masse spécifique : 1,453 g/cm 3 Point de fusion : 131-133 0 C Point d'ébullition : 309 0 C Composé inodore, cristallisant en aiguilles ou en feuilles blanches. Soluble dans l'eau, l'éthanol, l'éther, lé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyrogallol/#i_29191

SODIUM

  • Écrit par 
  • Luc AUFFRET, 
  • Albert HÉROLD, 
  • André METROT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 688 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Synthèse organique »  : […] Le plomb tétraéthyle , antidétonant employé pour améliorer l'indice d'octane des carburants, représente une production de 120 000 t dans le monde et est obtenu par l'action d'un alliage plomb-sodium sur le chlorure d'éthyle : De nombreux alcools gras , matières premières dans la synthèse des détergents, sont obtenus en réduisant par le sodium des esters […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sodium/#i_29191

SOLUTION ÉQUILIBRES EN

  • Écrit par 
  • Claude COLIN, 
  • Alain JARDY
  •  • 9 735 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Cas des systèmes complexes »  : […] Dans ce cas, la prévision des réactions se fait avec les potentiels normaux apparents. On les introduit à la place des potentiels normaux dans la relation (3). Le sens et la quantitativité de la réaction dépendent du pH, puisque les potentiels normaux apparents en dépendent eux-mêmes. En pratique, il suffit de superposer sur un même diagramme les variations, en fonction du pH, des potentiels norma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibres-en-solution/#i_29191

SULFURE D'HYDROGÈNE ou HYDROGÈNE SULFURÉ

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 351 mots

Formule brute : H 2 S Masse moléculaire : 34,08 Point de fusion : — 85,5 0 C Point d'ébullition : — 60,7 0 C Température critique : 100,38 0 C Gaz incolore, d'odeur caractéristique d'œufs pourris, assez soluble dans l'eau où il cristallise avec sept molécules d'eau ; il apparaît toujours dans la décomposition des substances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfure-d-hydrogene/#i_29191