REDOUTABLE (LE), sous-marin

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la bombe A à la Force océanique stratégique

Sept ans après l’explosion de la première bombe atomique française (13 février 1960) et un an après le retrait de la France du commandement militaire intégré de l’OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord), cette manifestation médiatisée du lancement du Redoutable est la première réalisation du programme de construction (programme Cœlacanthe) de six sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE). Ces derniers présentent sur les autres composantes (aérienne et terrestre) de la force de frappe l’avantage de l’invulnérabilité par la discrétion et la mobilité, l’accès à toutes les mers du globe et la possibilité d’infliger au territoire de l’adversaire principal des dommages très significatifs. Ils doivent être les pièces maîtresses de la doctrine de dissuasion nucléaire, garante de l’indépendance nationale.

Il a fallu quatre ans entre la commande du Redoutable à la Direction des constructions navales (DCN), le 2 mars 1963, et son lancement. Il en a fallu encore autant pour qu’il soit équipé de son réacteur nucléaire, de son électronique et de son armement nucléaire et conventionnel.

Sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la classe du Redoutable : caractéristiques et armement

Tableau : Sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la classe du Redoutable : caractéristiques et armement

La première génération de SNLE (sous-marins nucléaires lanceurs d’engins) est composée de six spécimens qui présentent les mêmes caractéristiques. Le premier d’entre eux est Le Redoutable, qui a été lancé  en 1967.   

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Au printemps 1971, Le Redoutable effectue en plongée, au large du Centre d’essais des Landes, deux tirs de missiles M1 (tirs d’acceptation obligatoires avant la mise en service du sous-marin). Il prend la relève du sous-marin d’essais Le Gymnote, qui servait alors au développement de ce premier type de missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) français. Admis au service actif le 1er décembre 1971, Le Redoutable reçoit sa dotation de seize missiles M1 à tête nucléaire. Le 28 janvier 1972, il appareille enfin avec deux commandants et deux équipages de 135 hommes se relayant jour et nuit. Cette première patrouille opérationnelle marque le début du déploiement fonctionnel de la Force océanique stratégique (FOST) : la France est la troisième puissance à mettre en œuvre un système d’arme stratégique océanique, après les États-Unis et l’URSS.

En 1985, la FOST, basée à l’île Longue en rade d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Le Redoutable, sous-marin nucléaire

Le Redoutable, sous-marin nucléaire
Crédits : AFP

photographie

Sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la classe du Redoutable : caractéristiques et armement

Sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la classe du Redoutable : caractéristiques et armement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Sous-marins nucléaires de la classe du Redoutable 

Sous-marins nucléaires de la classe du Redoutable 
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Sous-marins nucléaires de la classe du Triomphant

Sous-marins nucléaires de la classe du Triomphant
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur honoraire au centre Alexandre Koyré, EHESS-CNRS-MNHN, Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrice BRET, « REDOUTABLE (LE), sous-marin », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/redoutable-le-sous-marin/