RÉALISME, mathématique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réalité idéelle des concepts

La réalité immanente des totalités infinies en acte pose leur existence dans un monde séparé d'objets, qui ne sont pas obtenus par abstraction et idéalisation à partir des objets du monde sensible, encore qu'il arrive qu'un réaliste admette simultanément une genèse empirique des objets mathématiques, au moins des objets primitifs : les figures géométriques et les nombres entiers. L'univers mathématique du réaliste est une « Begriffssphäre », un monde d'objets idéels, conceptuels. Cantor considère que le problème de la « réalité » de l'infini est le même que celui de la « réalité » de n'importe quel concept. Et le développement du « matériau idéel » des mathématiques repose uniquement sur la « réalité immanente de leurs concepts », la réalité transcendante étant l'affaire des applications à la mécanique, l'astronomie et la physique. Il s'agit donc d'un développement interne selon des lois de connexion objective qui « ajustent » les nouveaux concepts aux concepts déjà connus et « éprouvés ». Ainsi le concept d'ensemble infini de points est « requis » par l'analyse des problèmes de convergence des séries trigonométriques. Cet auto-engendrement des concepts induit un « réalisme conceptuel » de type dynamique. On est loin du ciel fixe des Idées platoniciennes.

Pour un réaliste strict, le monde idéel objectif n'est pas seulement distinct du monde sensible extérieur et distinct du monde subjectif intérieur. Il est, en outre, irréductible à eux. C'est bien la conception de concepts en soi, détachés des objets qu'ils subsument et indépendants des sujets qui les conçoivent. Il s'ensuit une distinction providentielle entre la réalité, sensible ou mentale, située dans le temps et l'espace, et l'objectivité, qui fonde l'identité transindividuelle et transculturelle des concepts mathématiques. L'origine de cette distinction, explicitement introduite par Frege, vient de la théorie logique des significations obj [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : directrice de recherche émérite, ancienne élève de l'École normale supérieure, docteure ès lettres

Classification


Autres références

«  RÉALISME, mathématique  » est également traité dans :

RÉALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 966 mots

Dans le chapitre « Le réalisme en mathématiques »  : […] Des êtres différents, les habitants d'une galaxie lointaine, auraient les mêmes mathématiques que nous, au langage près pour les exprimer. C'est ce que pensent la plupart des mathématiciens. Ainsi l'univers des mathématiques constitue une réalité indépendante ; le désaccord commence quand il s'agit de dire laquelle. Si on croit que les objets mathématiques sont des formes qui existent à part, on e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-philosophie/#i_41432

VÉRITÉ, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 301 mots

Dans le chapitre « Réalisme »  : […] Pour un réaliste, l'existence des objets mathématiques leur est spécifique et ne se réduit pas à l'existence des objets du monde physique : il y a en quelque sorte deux prédicats « il existe », l'un propre à la physique, l'autre propre aux mathématiques. Le nombre 357 existe (mathématiquement) de toute éternité, et cela n'a rien à voir avec le fait qu'un être doué de raison en ait conscience. De m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite-mathematique/#i_41432

Voir aussi

Pour citer l’article

Hourya BENIS-SINACEUR, « RÉALISME, mathématique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-mathematique/