RÉALISME, art et littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gerôme

Réception des ambassadeurs du Siam à Fontainebleau, J. L. Gerôme
Crédits : DEA / G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Le Pont de l'Europe, G. Caillebotte

Le Pont de l'Europe, G. Caillebotte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Autoportrait par Louis Corinth

Autoportrait par Louis Corinth
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Art

Réalisme anti-idéaliste ou révolutionnaire

Dans ses premières manifestations, la peinture réaliste se dresse contre les traditions dominantes dans le domaine de l'art et dans les conventions sociales. Il n'y a rien d'étonnant à ce que le réalisme anti-idéaliste surgisse immédiatement après les événements politiques de 1848. Gustave Courbet ignore les règles de procédure et de bienséance en transcrivant ses sujets directement et avec fidélité. Son opposition démocratique aux prescriptions hiérarchiques de l'Académie fait prévaloir la peinture de genre sur la peinture d'histoire et l'allégorie, les paysans et les travailleurs sur les dieux et les aristocrates, et les compositions libres sur les agencements savants. Entre 1848 et 1855, il peint une série de scènes de la vie campagnarde où les paysans sont traités en tant qu'individus, et non en tant que types. Les compositions sont banales ou familières, mais les dimensions des toiles sont gigantesques et n'ont rien à voir avec les petits formats traditionnellement réservés à la peinture de genre. Dans les Demoiselles du village (Metropolitan Museum, New York), on voit nettement que les personnages ont été peints en atelier et placés avec désinvolture dans un paysage composé séparément. Pour l'essentiel, Courbet conserve les catégories les plus plausibles de la peinture : peinture de genre, paysage, portrait et nature morte.

Édouard Manet est souvent considéré comme le peintre réaliste le plus inventif après Courbet. Réputation curieuse, car Manet est un artiste dont l'œuvre est beaucoup plus élaborée et la thématique bien plus conventionnelle que celle de Courbet : il était l'élève de Thomas Couture, ennemi déclaré du réalisme. Au cours des années 1860, Manet produit une série de chefs-d'œuvre, où il s'inspire des Vénitiens et des Espagnols et s'ef [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÉALISME, art et littérature  » est également traité dans :

DESCRIPTION, notion de

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 987 mots

La description permet de donner à voir en imagination, grâce au langage. Elle constitue une pause, un contretemps dans le flux du récit. Sa finalité représentative semble ainsi l'opposer aux visées narratives de ce dernier. Toutefois, cette distinction théorique est plus complexe dans la pratique, où il s'avère parfois malaisé de distinguer récit et description. C'est pourquoi, selon Gérard Genet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-notion-de/#i_48970

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 787 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une chronologie complexe »  : […] La question de la chronologie s’avère particulièrement délicate pour le xix e  siècle, premier siècle à se nommer et à se considérer comme une unité : Études de mœurs au XIX siècle (Honoré de Balzac, 1833) ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xixe-s/#i_48970

Voir aussi

Pour citer l’article

Gerald M. ACKERMAN, Henri MITTERAND, « RÉALISME, art et littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-art-et-litterature/