RÉACTION INFLAMMATOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Élie Metchnikov (1845-1916)

Élie Metchnikov (1845-1916)
Crédits : F. Nadar/ Wellcome Library, London

photographie

Activation et contrôle de la réaction inflammatoire

Activation et contrôle de la réaction inflammatoire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

L’interleukine 1 au centre de la réaction inflammatoire.

L’interleukine 1 au centre de la réaction inflammatoire.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Complexité des médiateurs de l’inflammation

Complexité des médiateurs de l’inflammation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Les cellules inflammatoires au travail

Les cellules sont attirées, s’accumulent et produisent des médiateurs et effecteurs de l’inflammation. Elles agissent aussi par elles-mêmes. Les neutrophiles, les monocytes/macrophages et les cellules dendritiques (ne pas confondre avec des cellules nerveuses, il s’agit de cellules essentielles à la réponse immunitaire) sont capables d'ingérer les agents pathogènes et de les détruire par phagocytose. Ce phénomène peut être favorisé par des produits issus de l'activation du système du complément ou par des anticorps spécifiques de l’agent pathogène. Dans ce cas, les anticorps se fixent sur ce dernier et le complexe anticorps-cible est reconnu et ingéré par la cellule phagocytaire. On parle alors d'opsonisation, terme introduit dès 1903 par sir Edward Almroth Wright (le mot grec opsono signifiant « préparer des victuailles »). Enfin, la phagocytose concerne aussi l'élimination des cellules mortes et joue un rôle dans la résolution du processus inflammatoire et le retour à l'homéostasie. On parle alors d'efferocytose, terme introduit en 2003 à partir du mot latin qui signifie « emmener à la tombe ». Une autre façon pour les neutrophiles de lutter contre les bactéries est de mourir en relâchant leur ADN. L’ADN ainsi libéré forme un filet dans lequel sont capturées les bactéries, confrontées alors au contenu microbicide associé à ces filets. Joliment imaginé, le mot anglais net (« filet ») a été utilisé comme abréviation de neutrophil extracellular trap (« piège extracellulaire des neutrophiles »). Les éosinophiles et les mastocytes sont également capables de former de tels filets.

Les mouvements des cellules de l’inflammation

Les mouvements des cellules de l’inflammation

Dessin

Au voisinage du foyer inflammatoire et sous son influence, l'endothélium des vaisseaux sanguins est modifié. Des molécules de reconnaissance, sélectines et intégrines, exprimées par les globules blancs, interagissent avec d'autres molécules néoformées à la surface des cellules... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'apoptose (ou mort cellulaire programmée) est aussi étroitement associée à l’inflammation. L’apoptose de certaines cellules est déclenchée sur le site de l’inflammation. À l'inverse de la nécrose qui entraîne la libération de signaux de danger, l'apoptose est une mort silencieuse qui n'amplifie pas la réponse inflammatoire. Au contr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc CAVAILLON, « RÉACTION INFLAMMATOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-inflammatoire/