RÉACTEURS NUCLÉAIRES À SELS FONDUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers la génération IV

Quels que soient les scénarios envisagés à l'horizon de 2050, les besoins énergétiques ne cessent de croître du fait de l'augmentation de la population mondiale et du fort développement des pays émergents. Une part importante de cette augmentation se fera en Asie, principalement en Chine et en Inde. Quant aux pays développés, s'ils déploient des efforts d'efficacité énergétique et de maîtrise de l'énergie, ils devront toutefois modifier leur type de production qui est aujourd'hui essentiellement fondée sur les énergies fossiles (hormis quelques pays dont la France). La production d'énergie nucléaire peut alors jouer un rôle déterminant dans la lutte contre le changement climatique, à condition qu'il soit possible d'au moins décupler la puissance installée dans le monde d'ici à 2050.

Si ce défi est réalisable, dans un premier temps, avec les réacteurs actuels (générations II et, bientôt, III), il se heurtera, d'ici à la fin du xxie siècle, aux limites des ressources mondiales en uranium fissile naturel, combustible essentiel de ces réacteurs. Le terme « génération » pour les réacteurs désigne les ruptures technologiques et les diverses améliorations que le nucléaire civil a connues depuis son origine dans les années 1950. Au sein d'une même génération, on distingue différentes filières (ou types) de réacteurs nucléaires, qui sont caractérisées par leur combustible (matière, forme), leur fluide caloporteur (matière utilisée pour extraire la chaleur produite), leur spectre neutronique (dit « thermique » si les neutrons sont ralentis, « rapide » sinon) et, enfin, dans le cas d'un spectre neutronique thermique, par leur modérateur (élément permettant de ralentir la vitesse des neutrons pour assurer une réaction en chaîne efficace). Les installations aujourd'hui en exploitation sont dites de génération II (la première génération regroupant les réacteurs construits avant 1970), principalement représentées par des réacteurs refroidis à l'eau, utilisant de l'uranium comme co [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Nucléaire : réacteur à sels fondus en cycle thorium

Nucléaire : réacteur à sels fondus en cycle thorium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nucléaire : température du sel au sein d'un réacteur

Nucléaire : température du sel au sein d'un réacteur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., IN2P3
  • : docteur ès sciences, enseignante-chercheur, Phelma-I.N.P.G.-L.P.S.C.-IN2P3, C.N.R.S.

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel HEUER, Elsa MERLE-LUCOTTE, « RÉACTEURS NUCLÉAIRES À SELS FONDUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reacteurs-nucleaires-a-sels-fondus/